Monde

La genèse des fausses images sur Haïti

Slate.fr, mis à jour le 14.01.2010 à 18 h 51

Après l'erreur de Libération qui a publié jeudi 14 janvier, pour illustrer les articles sur le tremblement de terre de Haïti, une photo de celui du Sichuan en mai 2008, et celle de BFM TV et France 3, qui ont diffusé dans leurs journaux télévisés des images de Californie les présentant comme celles d'Haïti, 20Minutes.fr revient sur la façon dont les médias ont relayé les images du tremblement de terre.

Une confusion due à une cascade d’approximations, notamment dans les agences de photos de presse, là où piochent - moyennant finances - les journaux et les sites Web d’infos pour illustrer leurs articles. Mais problème: aux premières heures de la catastrophe, mardi soir, aucune agence de photo n’est présente sur place, en Haïti. Pourtant, des clichés, tous les mêmes, ont commencé à affluer sur le fil de la plupart des agences. Des photos qui proviennent en fait... de Twitter.

Différentes agences de presse interviewées par 20 Minutes ont souligné qu'il n'était «pas toujours facile» de travailler dans les conditions qui sont celles des médias face au tremblement de terre haïtien. «L'erreur est humaine» selon le service photo de Reuters; «rentrer en contact avec des témoins (et possibles photographes) sur place n'est 'pas toujours facile' ajoute le service photo de l'AFP à Paris, qui assure vérifier soigneusement ses sources 'amateurs'». Une source «difficile à contrôler» sur les événements comme Haïti, confirme Sipa à 20minutes.fr, qui se défend d’avoir récupéré des clichés «directement sur le Net», mais qui a été prévenue par l’agence Chine Nouvelle pour son erreur sur le Sichuan.

Joint par Téléobs.com, le rédacteur en chef des reportages et enquêtes de France 3, Jean-Jacques Basier, a indiqué qu'il s'agissait d'une erreur de la part d'une journaliste qui recherchait des images sur Internet. «Aucun cadre n'a été averti de la diffusion de ces images», précise-t-il. Or la consigne en vigueur à France 3 est «de ne jamais utiliser des vidéos de Dailymotion ou Youtube, à l'exception d'avoir minutieusement vérifié leur origine», a-t-il rappelé.

[Lire l'article complet sur 20MInutes.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: mikebaird, Flickr, CC

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte