Tech & internetMonde

Un prof de Berkeley détruit son ordinateur en plein cours pour encourager ses étudiants à innover

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 31.01.2018 à 12 h 48

Repéré sur Laughing Squid

Le but de cette «performance» est de permettre aux étudiants de se libérer des attentes et de révéler leur «moi authentique».

Cours d'Eric Paulos | Capture d'écran via YouTube

Cours d'Eric Paulos | Capture d'écran via YouTube

À l'université de Berkeley en Californie, le cours «Critical Making» fait partie du cursus de «Design Innovation», dont le but est d'introduire le «design comme moyen créatif et critique d'innover –de définir, d'imaginer et de promouvoir un avenir globalement juste».

Ce cours est enseigné par le professeur de science informatique Eric Paulos, qui est aussi artiste, inventeur et roboticien. Ce semestre, il a commencé son cours par un «laptotp smash» ou destruction d'ordinateur portable, une «performance» qu'il avait répétée à l'avance:

Avant de détruire l'ordinateur, Paulos fait un discours motivationnel pour inciter les étudiants à remettre en question les «attentes» qu'ils ont par rapport à l'université et les «fardeaux» qui les empêchent de réaliser leurs passions. 

«Je veux que pendant ce cours, vous puissiez vous libérez de tout ça, dit-il avant de balancer l'ordinateur sur le sol. À partir de maintenant, vous allez faire du design différemment, vous allez regarder le monde différemment, vous allez avoir une perspective différente.»

Sous les applaudissements des étudiants

La vidéo de la «performance» est disponible sur YouTube, avec des gros plans sur les visages choqués, surpris et amusés des étudiants, qui applaudissent à la fin.

Sur le site du cours, Paulos explique que les étudiants ont discuté du sens de la performance quelques jours plus tard et que les bouts d'ordinateur cassés ont tous été recyclés.

Le cours de «Critical Making» approche le «design» au sens large, comme la création d'objets, d'interfaces, d'expériences ou de systèmes permettant de résoudre des problèmes de société.

Les élèves font des croquis, travaillent avec du carton et de la mousse et apprennent des notions d'électronique, de hacking et d'impression 3D. Les projets de fin de cours sont intitulés «provocations». 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte