Monde

Bill Clinton croit encore en Haïti

Temps de lecture : 2 min

Dans une tribune pour le Washington Post, Bill Clinton lance un appel à la communauté internationale pour la reconstruction de ce pays, qu'il connaît particulièrement bien et pour le développement duquel il œuvre depuis son premier voyage là-bas en 1975:

En tant que président, j'ai travaillé à mettre fin à une violente dictature militaire à Haïti et à remettre au pouvoir le président élu. En juin dernier, j'ai accepté le poste d'envoyé spécial des Nations Unies à Haïti pour aider à implémenter le plan de développement à long terme du pays...

S'il souligne le besoin de secours et d'aide humanitaire urgent pour venir en aide aux Haïtiens après ce qu'il qualifie d'«une des grandes urgences de l'histoire des Amériques», il insiste sur le travail de reconstruction et de rétablissement. «Nous avons fait du bon travail, et avant le séisme j'étais persuadé qu'Haïti était plus proche que jamais de s'assurer un futur meilleur, écrit l'ancien président des Etats-Unis. Malgré cette tragédie, je crois encore qu'Haïti peut y arriver.»

[Lire l'article complet sur washingtonpost.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Bill Clinton, Wikimedia Commons

A LIRE AUSSI SUR SLATE: «Haïti n'est pas le pire pays du monde»

Slate.fr

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Frappes israéliennes à Gaza, inondations au Koweït, «Camp Fire» en Californie... La semaine du 12 novembre en images. 

Pour une journée à Toronto, Melania Trump a dépensé 150.000 euros en frais d'hôtel

Pour une journée à Toronto, Melania Trump a dépensé 150.000 euros en frais d'hôtel

La première dame n'a pourtant pas passé la nuit à Toronto.

Des députés européens veulent interdire les symboles soviétiques sur Amazon

Des députés européens veulent interdire les symboles soviétiques sur Amazon

Des députés de l'ancien bloc de l'Est demandent à Amazon le retrait de ses articles portant des symboles soviétiques.

Newsletters