Sciences / Santé

«Je mérite mieux, un homme qui me traiterait bien et voudrait avoir une vraie relation avec moi»

Temps de lecture : 5 min

Cette semaine, Lucile conseille M., qui s'interroge sur le manque de considération dont fait part l'homme qu'elle a rencontré à Berlin quelques mois plus tôt.

Double-portrait of Marie and P.S. Krøyer | Marie & P.S. Krøyer via Wikimedia Commons License by
Double-portrait of Marie and P.S. Krøyer | Marie & P.S. Krøyer via Wikimedia Commons License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast».

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

Chère Lucile,

Il y a ce garçon, Olivier, que j’ai rencontré sur une célèbre application de rencontre il y a huit mois. Le courant est très vite passé lors de notre première rencontre, et nous avons même couché ensemble le premier soir. Le truc, c’est qu’il vit à Berlin et n'était à Paris qu'une semaine, pour son boulot.

Nous avons passé toute la semaine ensemble et je me suis même vue vivre avec lui une relation durable, si chacun y mettait du sien. Mon problème est que je n’ai jamais vécu de relation sérieuse ou normale qui dure plus d’une semaine, donc je ne sais pas vraiment comment m’y prendre. Étant introvertie, je ne parle même pas de ma vie intime avec des amis.

De peur de briser l’alchimie qui nous unissait, je n’ai pas osé aborder avec Olivier la suite de notre relation, même si je lui tendais souvent la perche en espérant qu’il la saisisse.

La semaine terminée, Olivier reparti, on s’écrivait beaucoup. J’ai pris mon courage à deux mains et lui ai demandé s’il voulait continuer une relation sérieuse. Il m'a répondu qu'il ne faisait pas dans les relations sérieuses, puis il a continué à se justifier en parlant de la distance géographique. J’ai commencé à me détacher, jusqu’à supprimer son numéro de mon répertoire.

Quatre mois plus tard, un jeudi, je reçois un message d’Olivier me disant qu’il est à Paris et qu’on pourrait se voir. Fière, je lui dis que je n’étais pas dispo ce soir là, mais lui demande combien de temps il restait à Paris. Il était en voyage à Paris de jeudi à mardi, mais au cours de ce voyage, il avait prévu de partir voir un ami en Belgique. Je me suis sentie reléguée au second rang.

Lundi, je vais dîner avec lui et on finit dans sa chambre d’hôtel. Le lendemain, je devais partir tôt, mais il n’a même pas pris la peine de se lever pour me raccompagner, ne serait-ce qu’à la porte. Je me suis sentie humiliée.

Encore une fois, peu de temps après cette rencontre, j’ai supprimé son numéro en me disant que je méritais mieux, un homme qui me traiterait bien et voudrait avoir une vraie relation avec moi.

À l’heure où je vous écris (presque quatre mois après notre deuxième rencontre), Olivier vient de m’informer qu’il vient à Paris pour toute une semaine. Sa question est: «Seras-tu libre?». Ce à quoi j’ai répondu: «Je serai à Paris à ce moment».

Je n’ai pas envie de me donner à nouveau à lui et de vivre une semaine éphémère où je me surprendrais à rêver, alors que la réalité est tout autre. J’en ai déjà discuté avec lui, mais il évoque toujours le problème de la distance. Je tiens à préciser que nous travaillons tous les deux et avons les moyens de nous payer des billets pour se voir toutes les semaines minimum.

Dans ma tête, je me dis que je dîne simplement avec lui et rentre me coucher toute seule après. Mais je ne sais pas si je devrais me laisser tenter encore une fois. Vu mon manque d’expérience, j’ai besoin d’un avis extérieur.

M.

Chère M.,

C’est moins la distance, le problème, que votre capacité à dire non quand l’autre ne vous respecte pas. Imaginez qu’il habite à l’autre bout de la rue; ses arguments pour ne pas s’engager pourraient être multiples: «Je sors d’une histoire longue et j’ai besoin de ma liberté», «J’ai peur de gâcher ce qu’on a», etc.

Quel serait alors votre seuil de tolérance à ces excuses? Un rendez-vous? Deux rendez-vous? Dix? Oui, vous méritez mieux, M., dans le sens où vous méritez quelqu’un qui vous apporte ce que vous désirez. Mais oui, je comprends que la tentation de répondre est grande, et que celle d’essayer de le faire changer d’avis l'est encore plus.

Je peux juste vous dire que vous n’y arriverez pas. Qu’aussi belle et apprêtée que vous pourriez être, aussi charmante en conversation au dîner, aussi enthousiaste au lit ensuite, vous ne le pousserez pas à reconsidérer ses positions. Il aura juste passé une excellente soirée et sera convaincu de vous rappeler plus tard, des mois après, lors d’un prochain passage à Paris. Je ne peux même pas vous dire que c’est une question de signes: cet homme vous a dit dès le départ qu’il n’était pas intéressé par une relation sérieuse.

La distance n’est pas une excuse, c’est une protection. Cela veut aussi probablement dire que vous n’êtes pas la seule à attendre ses messages. Son comportement est sans équivoque. Irrespectueux au possible, mais sans équivoque. Si on peut facilement lui reprocher sa muflerie, son honnêteté, elle, est irréprochable.

Pour moi, aller à ce dîner ne pourra que vous faire du mal. Cet homme n’attend en effet rien de plus de vous. C’est-à-dire qu’il sait qu’il passera une soirée agréable, qu’il fera probablement son possible pour vous rendre la pareille, mais il n’imagine pas une seconde vous en offrir plus. Et si certaines femmes trouveraient leur compte dans cet arrangement, ce qui n'est aucunement répréhensible, vous n'êtes pas de celles-là.

C’est là que je désapprouve son comportement. Quelle que soit la nature de la relation, elle doit se jouer entre deux parties consentantes. Malheureusement, en vous rendant à ces rendez-vous, vous acceptez tacitement, sans en avoir vraiment conscience, ses règles.

Alors la question est simple et claire maintenant: si vous avez envie de passer une bonne soirée en agréable compagnie sans rien en attendre en retour, vous pouvez encore tout à fait le rencontrer la fois prochaine. Mais si vous ne vous sentez pas prête pour le sexe sans lendemain et que vous n’attendez qu’une relation qui dure, alors restez chez vous.

C’est à vous de prendre la décision. Ce n’est pas plus compliqué que ça, et il n’y a pas de demi-mesure. C’est une déception à accepter, un échec relationnel à mettre dans la liste de ceux que vous vivrez probablement dans votre vie.

Mon conseil est le suivant, M.: gardez les bons souvenirs et repoussez les fantasmes et les questionnements qui vous alourdissent. Soyez bien sûre de ce que vous attendez de la vie et des hommes et tenez vous à cette ligne de conduite en acceptant les bonnes surprises.

Parce que cette histoire était une bonne surprise: c’est l’histoire de deux personnes qui n’attendaient pas la même chose de la vie et qui se sont rencontrées, un temps. Elles ont partagé, se sont donné du plaisir et puis ont repris leur route. Un jour, sans doute, vous rencontrerez quelqu’un qui partagera vos valeurs et vos envies.

Lucile Bellan Journaliste

Newsletters

Faire la grasse matinée le week-end pourrait augmenter votre espérance de vie

Faire la grasse matinée le week-end pourrait augmenter votre espérance de vie

Une bonne excuse à dégainer pour trainer au lit.

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Elles manquent toujours à l'appel dans la recherche cardiovasculaire, par exemple.

Les humains ne réprésentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant)

Les humains ne réprésentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant)

Nous sommes les moins nombreux, mais les plus gênants.

Newsletters