Culture

Le favori des Oscars accusé de plagiat

Temps de lecture : 2 min

Nommé 13 fois aux Oscars, La Forme de l'eau de Guillermo del Toro présenterait des ressemblances troublantes avec une pièce de théâtre datant de 1969.

Sally Hawkins dans La Forme de leau (The Shape of water), de Guillermo del Toro
Sally Hawkins dans La Forme de leau (The Shape of water), de Guillermo del Toro

Le 4 mars prochain, à l'occasion de la 90ème cérémonie des Oscars, Guillermo del Toro a de fortes chances de remporter l'Oscar du meilleur réalisateur, ce qui porterait le score du Mexique à 4 statuettes en 5 ans dans cette catégorie. Alfonso Cuarón l'avait emporté en 2014 pour Gravity, avant qu'Alejandro González Iñárritu ne réalise un prodigieux doublé en 2015 et 2016 (Birdman puis The Revenant).

Favori des Academy Awards avec 13 nominations récoltées, La Forme de l'eau peut notamment prétendre à l'Oscar du meilleur scénario original. Un script coécrit par le cinéaste mexicain et Vanessa Taylor, scénariste et productrice à qui on doit notamment le scénario de Divergente.

La belle carrière du film vient hélas d'être entachée par des accusations de plagiat, portées par l'entourage de l'auteur Paul Zindel. Couronné par le prix Pulitzer pour sa pièce De l'influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites en 1971 (adaptée à l'écran par Paul Newman), Zindel avait écrit en 1969 une pièce intitulée Let me hear you whisper, mettant en scène gardienne d'un laboratoire de recherche qui tentait de secourir un dauphin captif. Un pitch qui ressemble étrangement à celui de La Forme de l'eau, dont la sortie française est fixée au 21 février.

Choqués et déçus

David Zindel, fils de l'auteur décédé en 2003, a en tout cas écrit au Guardian pour expliquer son indignation. «Nous sommes choqués qu'un studio puisse produire un film si clairement inspiré du travail de mon père sans que personne ne nous ait consultés à propos des droits de la pièce», a-t-il affirmé dans un mail.

Sur le papier, il est vrai que l'histoire coécrite par Taylor et Del Toro, qui raconte la relation entre l'employée d'un laboratoire de Baltimore et une créature aquatique semble présenter plus d'une similarité avec la pièce de Paul Zindel, adaptée à la télévision en 1969. Les porte-parole de Fox Searchlight, qui chapeaute le film, ont fermement rejeté ces accusations, qui ne devraient cependant pas rester sans suite.

Slate.fr

Newsletters

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

[BLOG You will never hate alone] Dans un long texte pudique et toute en retenue, Moses Farrow tient à dire sa vérité. À ses yeux, son père n'a jamais pu commettre les actes qui lui sont reprochés.

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Philip Roth n'aurait sans doute pas imaginé que son roman aiderait un homme transgenre confiné dans un refuge pour femmes victimes de violences conjugales.

Silence, on mange!

Silence, on mange!

Le cinéma français n’aime rien tant que casser la croûte. À tel point que la cuisine et la gastronomie sont devenues un élément central de ses chefs-d’œuvre. Ou de ses navets.

Newsletters