Culture

Quel nom donner à la génération qui succède aux millennials?

Temps de lecture : 2 min

Ils sont nés après les années 2000... Mais n'ont toujours pas de nom.

Des jeunes | Natureaddict via Pixabay CC0 License by
Des jeunes | Natureaddict via Pixabay CC0 License by

C'est une sorte d'appel à contribution que lance le New York Times sur son site: comment appeller cette génération mal définie qui succède à cette autre génération mal définie, à laquelle on fait souvent référence en lui accolant un «Y» ou le substantif anglais «millenials»?

Les millennials deviennent vieux, constate tristement le New York Times: ils travaillent et leurs vétérans approchent de la quarantaine, lentement mais sûrement. La relève arrive, qui n'est plus tout à fait celle qui a vécu l'apparition des technologies numériques dans les foyers ou, plus humblement, l'époque des pogs.

Cette cohorte peine à trouver son nom: Géneration Z, Post-Millennials, Homeland Generation, iGeneration... Les propositions ne manquent pas, mais elles laissent à désirer.

Un éclairage rétrospectif

Le terme de «millennials», proposé par Neil Howe et William Strauss à la fin des années 1980, fut employé avant même que celui de «baby boomers» ne soit popularisé par les auteurs; comme pour les mouvements artistiques ou les périodes historiques, les dénominations ont tendance à s'éclairer rétrospectivement: rien ne presse.

De son côté, Malcolm Harris, auteur du livre Kids These Days: Human Capital and the Making of Millennials, relève que «quelques gens ont un intérêt financier à les nommer le plus tôt possible: ce sont les gens qui essayent de vendre des choses. C'est la première perspective que nous trouvons pour chaque cohorte et je ne pense pas qu'elle soit nécessairement très bonne».

Guerre des dates insoluble

À cela s'ajoute une guerre des dates insoluble, qui peut faire varier les tranches chronologiques de cinq à dix ans selon la perspective choisie: la génération Y s'arrête-t-elle en 1990? En 2000? Entre les deux? Un peu après? Est-ce vraiment la même que celle des millenials? Et au fait, quelles sont vraiment ses spécificités?

«Les gens à la marge [de ces dates] peuvent se sentir comme s'ils n'avaient quasiment rien en commun avec le reste du groupe. Une différence de quelques années peut déterminer si vous auriez pu être conscrit pour le Vietnam, regarder les premières vidéos MTV ou être né dans un monde de messagerie instantanée», écrit le New York Times.

La catégorisation étant aussi précaire que discutable, le journal a donc décidé de la prendre pour ce qu'elle est et de s'en amuser, en proposant à ses jeunes lecteurs un formulaire dans lequel ils peuvent suggérer le nom qu'ils trouvent le plus adapté à leur propre génération.

Slate.fr

Newsletters

Jusqu’où peut aller un biopic dans le mensonge?

Jusqu’où peut aller un biopic dans le mensonge?

Si les biopics hollywoodiens préfèrent embellir la vie de leurs célèbres héros, «Bohemian Rhapsody» raconte au contraire de dangereux et sournois mensonges sur la vie de Freddie Mercury.

Qu’aurait pensé Charlemagne de nos reconversions professionnelles en série?

Qu’aurait pensé Charlemagne de nos reconversions professionnelles en série?

Beaucoup de gens aujourd'hui changent de métier au moins une fois dans leur vie. Mais qu'en était-il au Moyen Âge?

Lou, l'héroïne qui grandit entre les cases

Lou, l'héroïne qui grandit entre les cases

À l’occasion de la sortie du huitième tome de la série, l’auteur Julien Neel revient sur la conception de sa BD culte. Papier réalisé par un journaliste de 43 ans et une jeune pousse de 10 ans.

Newsletters