France / Sports

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

Temps de lecture : 12 min

*Et les supportrices.

Illustration par Laurence Bentz
Illustration par Laurence Bentz

Non, Slate ne déteste pas les supporters de football. Notre série «Pourquoi déteste-t-on les…?» recense les préjugés les plus courants pour les expliquer et les démonter.

Beaufs, fonctionnaires, punks à chien… Retrouvez chaque semaine la déconstruction d'un nouveau stéréotype.

Tous les épisodes de la série «Pourquoi déteste-t-on les...?»

16 juin 1986. Voilà quatre semaines que la Coupe du monde bat son plein. Dans quelques jours, elle verra le célèbre but de Diego Maradona de la main contre l’Angleterre, puis la victoire des Argentins en finale. Avec à chaque fois des explosions de joie de la part des supporters.

Mais Pierre Desproges n’en faisait pas partie. Lui «subit» depuis des semaines le Mondial. Dans son texte «À mort le foot», l’humoriste décédé voilà trente ans tacle (durement) le ballon rond et ses contemplateurs:

«Quel bâtard en rut de quel corniaud branlé oserait manifester publiquement sa libido en s'enlaçant frénétiquement comme ils le font par paquets de 8, à grands coups de pattes grasses et mouillées, en ululant des gutturalités simiesques à choquer un rocker d'usine? Quelle brute glacée, quel monstre décérébré de quel ordre noir oserait rire sur des cadavres comme nous le vîmes en vérité, certain soir du Heysel où vos idoles, calamiteux goalistes extatiques, ont exulté de joie folle au milieu de 40 morts piétinés, tout ça parce que la baballe était dans les bois?».

On ne va pas vous mentir, en tant que grands fans de football, ça fait mal. Chaque fois que l’on parle de notre passion commune, il y a un risque de provoquer un profond soupir ou des sourires narquois chez la personne en face de nous. Que ce soit la belle-sœur, le directeur de formation ou l’expert en assurances. «Ça va, c’est pas trop dur de rencontrer des gros beaufs tous les week-ends?», nous avait décoché ce dernier lorsqu’on lui avait confié notre projet de sillonner la France à la rencontre des supporters de Ligue 1.

«L’image sociale du supporter est très négative en France, annonce d’entrée Ludovic Lestrelin, enseignant-chercheur à l’université de Caen Normandie et auteur de L'autre public des matchs de football. Je ne sais pas si on peut dire que c’est une spécificité française mais ça tient à la faible légitimité culturelle du football en France. Même si les choses ont un peu évolué depuis quinze ou vingt ans, cela reste un sport largement méprisé par nos élites intellectuelles.» Ce qui montre tous les signes d’un certain «mépris de classe» selon lui.

«Une sorte de beauf»

Le constat est le même pour Nicolas Hourcade. «La consommation du spectacle sportif en France est peu légitime. C’est un pays où les théories hostiles au sport rencontrent un écho important. Le sport est vu comme l’opium du peuple, qui détournerait les masses de l’essentiel, qui leur ferait perdre de vue des enjeux importants pour adorer des idoles. De plus, le spectacle sportif est dévalorisé par opposition à la pratique. Enfin, le foot est dénigré par rapport à d'autres sports. Ces différentes perceptions, souvent élitistes, jouent négativement sur l'image des supporters de football», indique le professeur agrégé de sciences sociales à l'École centrale de Lyon, et présenté comme LE spécialiste des supporters de football.

De leurs points de vue, deux stéréotypes principaux touchent le supporter de football. «Soit c’est une sorte d’abruti aliéné, une sorte de beauf qui n’aurait comme seule occupation et seul moment positif dans sa piètre existence le match de football du week-end, débute Lestrelin. C’est une vision très misérabiliste. Une sorte de chômeur bête. Le football étant souvent présenté comme un sport simple, fait pour les gens simples.»

Pour Nicolas Hourcade, le supporter a même l’image «du beauf de Cabu: bourrin, bébête, bas du front, machiste, raciste, chauvin…». Mais il y en a une autre, bien plus dangereuse pour sa condition: le supporter violent. Le hooligan. Une figure «assez complexe», selon Ludovic Lestrelin, car il y a l’idée «assez ancienne» que le supporter est «celui qui s’épanche, manifeste sa colère ou sa joie, qui vocifère. Le passage de la manifestation excessive verbale à l’acte potentiellement violent est toujours là».

«L’image du supporter devient celle d’un hooligan»

La temporalité des événements européens ne va rien arranger. «En France jusqu’aux années 1970-1980, il n’y a pas vraiment de supporters, résume Nicolas Hourcade. Il y a une mobilisation pour les finales de coupe, des gens vont aux matchs, mais il n’y a pas de supportérisme actif comme en Angleterre et en Allemagne. En France, les premiers mouvements de supporters massifs, c’est autour des années 1970. Et le supportérisme se développe dans les années 1980, le pays devient plus urbain, et justement, le football est une culture urbaine. L’autonomisation de la jeunesse va aussi faire que le stade va devenir un lieu où les jeunes peuvent se retrouver et développer leurs propres pratiques».

En même temps que naissent les premiers groupes ultras en France, forme de fanatisme du supportérisme, un drame survient: trente-neuf personnes décèdent à cause de mouvements de foule, dus aux hooligans, au stade du Heysel. «Quand le douzième homme commence à émerger, c’est le moment où surviennent les grandes catastrophes du football européen [en 1989, c’est la «tragédie d’Hillsborough», où quatre-vingt-seize personnes périssent suite à des mouvements de foule attribués à tort aux supporters, ndlr]. C’est aussi le moment où la fine fleur du macadam parisien décide d’aller en tribune Boulogne. L’un dans l’autre, l’image du supporter devient celle d’un hooligan, donc celle d’un violent et d'un facho. Cette représentation s’ancre très fortement dans le corps social français. Le supporter se développe quand on commence à en avoir peur. On n’a pas le temps de s’habituer à sa présence dans les gradins qu'on se focalise directement sur les violences, qui sont réelles mais ne représentent pas l'ensemble du supportérisme. Ce sont deux phénomènes qui font que le supporter a été détesté en France.»

À LIRE AUSSI Le supporter entre passion, violence et clichés

Une tribune loin d’être une et indivisible

Ludovic Lestrelin partage ce constat de la temporalité, en avouant toutefois que la violence «fait partie de l’univers» des ultras. Le stéréotype a la vie dure et s’inscrit dans la culture populaire, mélangeant sans shaker supportérisme actif, mouvement ultra et fan de foot, alors même que le supportérisme ne se limite pas simplement aux ultras. Dans les stades, des groupes se forment pour assister aux rencontres et soutenir leur équipe sans épouser toutes les thèses des groupes ultras, des animations jusqu’à l’usage de la violence territoriale.

Tout ceci ne se fait pas sans heurts. Raphaël est un assidu de la tribune Loire, dans le stade du FC Nantes, où se trouvent les ultras. Il a été étonné parfois d’une «certaine détestation de l’ultra de la part des personnes en tribunes latérales. Comme si on leur gâchait leur plaisir de venir en tant que spectateurs». La réciproque est parfois vraie, certains groupes estimant avoir LA bonne manière de supporter. Pour Nicolas Hourcade, les supporters «se distinguent les uns des autres», mais l’ouverture est en cours:

«Si les ultras ont réussi à s’implanter, c’est parce que certains groupes ont réussi à sortir de cet isolement et s’adresser à l’ensemble du public. Quand tu dois faire des chorés sur toute une tribune dans un grand stade, tu ne dois pas avoir un discours que pour ton noyau dur».

Sans distinction, le chanteur Renaud parle de «hordes de supporters / Ces fanatiques fous furieux / Abreuvés de haine et de bière» dans «Miss Maggie» (comble de l’histoire, Renaud finira par faire partie des South Winners dans les années 1990). Dans une fausse pub, Les Nuls et Desproges parodient la marque 33 Export et son slogan: «On peut rester actif après une bonne bière», en mettant en scène une horde de supporters qui bousculent tout le monde et slaloment entre les cadavres d’une tribune de stade. Pierre Desproges s’assoie sur des marches à côté de trois morts, et rote après avoir déclamé la marque de bière.

C’est Jérôme Latta qui nous a rappelé ces deux histoires, pour appuyer ce stéréotype de la violence. Pour lui, un autre cliché est à associer: celui du «footix», «cette image apparue lors de la Coupe du monde 1998, du supporter bariolé, costumé… Et donc facilement ridiculisable, puisque représenté comme un peu stupide», explique le rédacteur en chef et fondateur des Cahiers du football.

Face aux différents stéréotypes, «il n’y a pas eu l’émergence d’un autre type de supporter», selon lui. La difficulté réside donc là. Essayer «de donner une vision du public plus conforme, plus fine, plus nuancée», souligne Ludovic Lestrelin. Qui ajoute: «Certes le football est confronté à la violence d’une frange minime de son public. Ce qu’il se passe dans les tribunes ne se limite pas à la question de la violence et du racisme».

À LIRE AUSSI La footophobie, ce mal français

Des études de plus en plus légitimes

Mais, depuis la Coupe du monde en France, l’image du football a évolué. «En 1998, on a vu des intellectuels en parler, des médias non spécialisés aussi, ajoute Jérôme Latta tout en buvant un café. En parallèle, le football est devenu un sujet d’étude légitime dans les milieux universitaires. Et notamment dans les sciences sociales comme l’ethnologie ou la sociologie. Il y a eu de plus en plus de travaux consacrés au public du football et sur le supporter en premier lieu. Ça traduit une reconnaissance du football en tant que culture populaire et comme vecteur de socialité. Et ça a contribué à démonter les stéréotypes des caricatures.»

À l’aube de la Coupe du monde 1998, justement, M6 se targue d’être une chaîne 0% foot. Preuve que les mentalités ont évolué, aujourd’hui, «pas même Arte n’oserait dire au moment d’un Mondial qu’il est 0% foot», appuie Nicolas Hourcade.

Avant cela, il a fallu cravacher pour les chercheurs qui voulaient étudier le ballon rond. «Le football n’était pas considéré comme un objet légitime en sciences sociales, indique le sociologue, qui cite ici Christian Bromberger et ses travaux. Il l’est devenu petit à petit, notamment par la pratique, avec la création des UFR de Staps à l’université.» Le co-rédacteur du «Livre vert du supportérisme» ponctue son analyse par «une anecdote amusante»:

«Quand j’ai fait ma maîtrise à Nanterre en 1994, j'ai mis beaucoup de temps à trouver un enseignant acceptant de l’encadrer. Aujourd’hui, j’ai un mail d’étudiant par semaine qui fait un master ou un truc sur les ultras, sur le football ou les supporters. Il y a une plus grande considération de cet objet. Même si beaucoup d'universitaires pensent toujours que ce n’est pas sérieux.»

À LIRE AUSSI Le sport comme objet d'histoire politique et sociale

Des stéréotypes même dans le milieu du foot

D’un naturel optimiste, Nicolas Hourcade prend note des évolutions et les fait connaître. «Si l’image a évolué, c’est aussi parce que les supporters se sont implantés dans les clubs. Les Bad Gones [supporters de l'Olympique lyonnais, ndlr] ont fêté leurs trente ans, ils sont devenus une institution locale. Le maire de Lyon leur a rendu visite dans leur tribune. Les autorités locales étaient présentes à l’inauguration de leur local. Quand les Girondins de Bordeaux ont limogé Jocelyn Gourvennec, entraîneur de l’équipe, la première chose qu'a faite De Tavernost (patron de M6, propriétaire du club) c’est de rencontrer les Ultramarines [supporters des Girondins, ndlr].»

Pourtant, les préjugés sont ancrés également dans le monde du football, troublant la vision des dirigeants et médias vis-à-vis du sportif. Les stéréotypes ne sont pas les mêmes mais existent. «Le football est paternaliste, avec la fameuse devise: “Les dirigeants dirigent, les joueurs jouent et les supporters supportent”, détaille encore le sociologue, qui cite l’Allemagne en contre-exemple. Il y a l’idée que ces derniers ne doivent pas faire plus. On dit qu’il faut des supporters. On construit des grands stades. Et en même temps, ce douzième homme ne devrait pas avoir son mot à dire sur la façon dont le football évolue et comment un club est géré.»

Cette incompréhension explique, selon le sociologue, que les revendications de supporters augmentent et qu’ils deviennent de véritables interlocuteurs dans le monde footballistique. Cependant, malgré ces progrès, le problème de fond demeure, pour Jérôme Latta:

«Les supporters et surtout les ultras sont vus comme des emmerdeurs. Parce qu’ils dérangent tout le monde: les clubs, car ils sont susceptibles de critiquer les politiques internes; les instances, car ils critiquent les politiques menées à leurs égards par ces dernières.»

Médias traditionnels et diffuseurs renforcent cette image du «chacun à sa place», comme l’indique Nicolas Hourcade, idem parfois pour les délégués de la Ligue de football professionnel (LFP) qui rappellent aux ayants droit que, lors de diffusions télévisées, «l’important c’est le terrain, pas les tribunes».

Dès lors, si le canal médiatique renvoie cette image, elle s’inscrit dans l’esprit des observateurs extérieurs. «C’est la tradition ouverte par Coubertin, analyse Hourcade. Soit tu fais du sport et c’est bien. Soit tu regardes et t’es un con. Puis on accepte que tu regardes mais en esthète, en spectateur. Ça rejoint la critique élitiste des supporters. Cette perception reste hyper ancrée.»

À LIRE AUSSI La LFP est-elle en train de tuer le football français?

Les supporters jouent parfois de cette détestation

Ce regard du supporter est entretenu par deux facteurs. Le premier, un paternalisme du football. Pour Hourcade, «les supporters sont vus comme des interlocuteurs pas fiables, ce sont des enfants. Ils seraient des gamins turbulents dont on a besoin pour l’ambiance mais pas pour réfléchir».

Les médias traditionnels participent à cette image, toujours selon le sociologue. Le supporter doit supporter inconditionnellement sans esprit critique. «Mais il y a dorénavant des voix dissonantes, pense Nicolas Hourcade. Des jeunes qui ont fréquenté les tribunes deviennent journalistes. Ils sont sensibilisés à ce sujet-là parce qu’ils ont un vécu stade. Des dirigeants de clubs sont aussi sensibles à l'importance des supporters. Aulas les considère même comme une sorte de syndicat.»

Le second facteur est lié à une fermeture des supporters actifs, et en particulier des ultras, à la sphère médiatique. Un «entre-soi» expliqué par Ludovic Lestrelin, alimenté par un traitement médiatique plus proche du fait divers que de l’actualité sportive. Mais là encore, les choses pourraient changer, selon Nicolas Hourcade:

«À partir du moment où ils ont vu qu’ils pouvaient être médiatisés autrement qu’à charge… C’est-à-dire que si certains ultras arrêtaient de parler aux médias c’est parce qu’ils avaient l’impression que leur parole était détournée ou contextualisée particulièrement. À partir du moment où ils voient que des journalistes sérieux traitent sérieusement et de manière équilibrée leur passion…»

Néanmoins, les supporters jouent parfois de cet antagonisme, cette détestation. À Milwall, club où les fans sont les plus détestés d’Angleterre, le chant favori est «No one likes us, we don’t care» («Personne ne nous aime mais on s’en fout»). «Il y a un aspect tribal, un caractère de groupe essentiel, selon Jérôme Latta, qui parle surtout dans ce cas des ultras. Il y a chez eux une dimension de provocation dans l’affirmation de leur identité, car ils voient bien que ça heurte les représentations et aspirations d’un football plus normé et plus sage.»

Tout ça n’aide pas Raphaël, l'habitué de la tribune Loire, quand il doit affronter les clichés dans ses rencontres et discussions (mais rassurez-vous, il n’en est pas déprimé pour autant). «Dès que tu dis que tu es dans la tribune, on me parle de la violence. L’alcool ensuite. Il y a aussi la peur de la passion englobante.» Bien qu’on ne l’attaque pas sur les trois en général, souligne-t-il. Face à ces généralités, il préfère passer par l’humour: «L’alcool, je dis qu’il n’est pas autorisé en tribune populaire, juste dans les loges. Après je commence par démythifier les choses. Je dis que la tribune est une, elle est mixte et genrée. C’est plus bigarré».

Et pour la violence? «J’essaie d’expliquer la distinction entre ultras et hooligans. Et généralement, tu perds les gens à cet endroit-là», conclut-il dans un rire.

Christophe-Cécil Garnier Journaliste à Slate.fr

Frédéric Scarbonchi Journaliste

Pourquoi déteste-t-on les...
Pourquoi déteste-t-on les vieilles?*

Épisode 11

Pourquoi déteste-t-on les vieilles?*

Pourquoi déteste-t-on les blondes?*

Épisode 13

Pourquoi déteste-t-on les blondes?*

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters