HistoireMonde

Quel est le «drapeau d’unification» sous lequel les deux Corées vont défiler aux prochains JO?

Repéré par Fabien Jannic-Cherbonnel, mis à jour le 22.01.2018 à 9 h 48

Repéré sur Quartz

D'apparence toute simple, le drapeau est bien plus politique qu'il n'y paraît.

Des Sud-Coréens et le drapeau de l'unification en avril 2017. JUNG Yeon-Je / AFP

Des Sud-Coréens et le drapeau de l'unification en avril 2017. JUNG Yeon-Je / AFP

C’est désormais acquis. Les deux Corées marcheront ensemble lors des cérémonies d’ouverture et de fermeture des Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang. De plus, comme l’explique France 24, la Corée du Sud et la Corée du Nord proposeront également une équipe unie dans le tournoi féminin de hockey sur glace. Cette marche commune n’était arrivée que trois fois, en 2000, 2004 et 2006. Les athlètes défileront donc sous la bannière de la Corée unie. Mais ce drapeau, s'il est connu, est loin d’être officiel. Explication.

Vous l’avez forcément déjà vu. Le drapeau est tout simple: sur fond blanc, la Corée entière est représentée en bleu. Mais s'il est symbolique, cet emblème possède une histoire compliquée, explique Quartz. Celui-ci est le fruit de longues discussions, démarrées dans les années 1960, pour la création d’équipes sportives communes aux deux pays. Le drapeau naît en 1990, sous le nom du «drapeau d’unification coréen», mais n’est utilisé pour la première fois qu’en 1991, lors d’un tournoi de tennis de table au Japon. Depuis, celui a été réutilisé de nombreuses fois, mais jamais de façon automatique.

Le drapeau de la discorde?

De façon surprenante, le drapeau blanc et bleu ne possède aucun statut officiel. Pour Kim Hyo-jong, un professeur de politique de l’Université Nationale de Séoul, «le drapeau a été choisi par des officiels du Sud et du Nord comme solution temporaire. Le problème est que de nombreuses personnes le voient comme le drapeau officiel d’une Corée unie». De nombreux Sud-Coréens s’élèvent d’ailleurs contre l’utilisation du drapeau lors des prochains jeux, les récentes provocations du régime du Nord rendant impossible toute idée d’unification dans un futur proche.

D’apparence inoffensive, le drapeau est également un objet éminemment politique, continue Quartz. Les frontières représentées ont d’ailleurs évolué fréquemment en fonction des revendications territoriales des deux Corées. Les rochers Liancourt ont notamment été ajoutés au design en 2003, alors que le Japon revendique également leur appartenance. Le sujet est une source de friction majeure entre les deux pays.

Reste donc à voir quelle version du drapeau de l’unification sera utilisée par les deux pays dans un peu moins d’un mois. Celui-ci donnera certainement un indice sur la relation des deux Corées, entre-elles et avec leurs voisins.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte