Monde

Ce livre sur le racisme du système judiciaire américain est interdit dans plusieurs prisons

Temps de lecture : 2 min

En Floride et en Caroline du Nord, un best seller sur l'incarcération de masse des Afro-Américains est censuré en prison.

Prison de San Quentin en Californie en 2017. EZRA SHAW/AFP
Prison de San Quentin en Californie en 2017. EZRA SHAW/AFP

Le livre de la professeure de droit Michelle Alexander sur le racisme du système juridique américain - The New Jim Crow - est un best- seller vendu à plus d'un million d'exemplaires (et traduit en français sous le nom La couleur de la justice). Mais dans certaines prisons américaines, l'ouvrage est interdit.

En Floride, des formulaires expliquent que le livre présente un risque pour la sécurité et qu'il évoque trop les questions raciales. En Caroline du Nord, le livre a été interdit plusieurs fois car il est vu comme «susceptible de provoquer des confrontations entre groupe raciaux», rapporte le New York Times. Dans le New Jersey, la récente censure du livre en prison a finalement été suspendue suite aux plaintes d'une association.

L'ouvrage est vu comme explosif car il explique comment le système juridique américain a recréé une forme de ségrégation et de contrôle social des noirs, après la fin officielle des politiques de ségrégation en 1964. Depuis les années 1980, les lourdes peines pour le trafic et la possession de drogue touchent principalement les Afro-Américains et Latino-Américains, qui se retrouvent aussi parfois en prison s'ils ne peuvent pas payer des amendes.

«Des membres de l'administration carcérale sont déterminés à maintenir les détenus dans l'gnorance au sujet des dynamiques raciales, sociales et politiques qui ont fait des Etats-Unis la nation la plus punitive du monde» explique Alexander.

Comme le rappelle le New York Times, lorsque le livre n'est pas formellement interdit, il peut être malgré tout très difficile à obtenir, comme dans le cas d'un détenu du Michigan en prison neuf ans pour cambriolage armé: on lui a refusé le livre, il a dû faire appel et dû acheter l'ouvrage avec son propre argent.

Le cas le plus emblématique de l'impact que peut avoir ce livre est celui de Jason Hernandez, qui purgeait une peine de prison à vie pour trafic de drogue (sans violence). Après avoir emprunté le livre, il a monté une association pour aider les autres condamnés à vie pour trafic de drogue non violent. Il a demandé à Barack Obama de le grâcier et a obtenu d'être libéré en 2015.

Slate.fr

Newsletters

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Bébé royal, légalisation du cannabis au Canada et «meurtre de masse» en Crimée... La semaine du 14 octobre en images. 

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

Newsletters