Égalités / Culture

Les «femmes en rouge» de Wikipédia, l'histoire d'un vide encyclopédique

Temps de lecture : 3 min

Le Wikipédia francophone compte aujourd'hui seulement 17% de biographies de femmes.

Enluminure représentant Marie de France | Wikimedia Commons

Les femmes sont sur Wikipédia ce que les liens rouges sont au corps du texte: quelque chose qui n'a de présence que le nom, tout en surface, et qui échappe aux profondeurs de l'hypertexte. Il serait à peine exagéré d'écrire, en filant le message d'erreur qu'affiche le site à la suite des liens rouges, qu'elles «n'existe[nt] pas encore».

«Women in Red»

C'est de ce constat initial qu'est parti le projet Women in Red en 2015, qui se propose depuis de donner une visibilité plus grande aux femmes, en créant des contenus concernant des personnalités ayant sombré dans l'oubli ou avec l'indolence de contributeurs peu soucieux d'inclure dans la moitié des biographies de l'encyclopédie cette autre moitié de l'humanité.

En novembre 2014, seulement 15% environ des pages biographiques du Wikipédia anglais concernaient des femmes. Au 15 janvier 2018, on en comptait 17,39%, soit 263.022 sur un total de 1.512.528: progression lente et patiente.

S'inspirant de l'initiative américaine, le projet Les sans pagEs voyait le jour en 2016 pour tâcher de rééquilibrer le Wikipédia francophone: il compte aujourd'hui 16,65% de biographies de femmes, soit 87.405 pour un total de 524.813. Curiosité statistique, l'azéri est la langue dans laquelle les femmes sont les plus présentes, avec un pic à 35,63% pour 7.301 biographies sur 20.492.

Ces projets, soutenus en interne par la Wikimedia Foundation, ont assez vite reçu l'appui d'institutions ou de campagnes pour la visibilité des femmes. Dès 2014, Art+Feminism lance un edit-a-thon (une contraction de «édition» et «marathon», qui désigne sur les projets contributifs en ligne un événement éditorial massif) pour constituer une base de données sur les artistes femmes. En 2016, le Bureau de l'égalité de l'Université de Genève inaugure «Let’s Fill the Wikipedia Gender Gap» («Comblons l’écart de genre sur Wikipédia»), qui entend «faire de l’encyclopédie en ligne ce pourquoi elle a été inventée, soit un véritable outil de savoir démocratique et… égalitaire».

Des femmes absentes aux femmes effacées

Démocratique, Wikipédia l'est dans son principe même: une encyclopédie par le peuple, pour le peuple. En principe, tout le monde peut la lire, et tout le monde l'éditer. Dans les faits, ce dernier «tout le monde» serait très masculin, à 83,9%, et à seulement 16,1% féminin. À peu de choses près, les contributrices sont donc aussi rares que les contenus genrés qui les représentent.

Serait-ce parce qu'il y a moins à dire sur les femmes? Qu'il y en eût moins «d'utilité publique»? Que leur faible proportion sur Wikipédia serait le résultat logique d'une histoire mondiale où celles-ci ont majoritairement été tenues à l'écart du pouvoir, du savoir et de leurs lieux d'expression? Probablement pas.

Un peu plus tôt ce mois-ci, Titiou Lecoq questionnait sur notre site l'absence d'auteures dans la littérature française. À l'argument bien connu invoquant l'absence historique de conditions de possibilité d'écrire courant jusqu'au XXe siècle pour les femmes, elle ajoutait une seconde réponse: lors même que les femmes ont écrit, on les a effacées:

«Les historiens qui ont travaillé sur le phénomène de leur disparition remarquent que les ouvrages recensant les auteurs de théâtre commencent à faire disparaître les femmes dès le XVIIIe siècle et continuent jusqu’à nous. Leur importance diminue, leurs œuvres sont revues comme mineures, attribuées à des hommes, jusqu’à l’oubli complet.

L’inconscient collectif est une puissante machine performative qui reproduit ses attendus. Pour que les choses changent, il faut bousculer nos représentations, redécouvrir celles qui ont créé, inventé, découvert, lutté.»

Dans l'arène du savoir

Alors quid d'un «savoir égalitaire»? L'expression est sans doute malheureuse, dans la mesure où il s'agirait davantage de penser l'égalité sur le plan de la production et de la transmission des savoirs.

Or tant que l'histoire des femmes sera conçue comme une histoire des minorités, celle-ci continuera d'être envisagée comme mineure, comme une histoire des marges. La lutte féministe réintroduit à cet égard le politique dans l'écriture même d'une histoire qui se veut collective.

Alors que Wikipédia saute par-dessus l'historien et le savant, l'arène redevient proprement publique: s'il est un lieu où l'égalité revendiquée par les féministes pourrait trouver sa libre expression, celui-ci est privilégié. Reste aux contributeurs à faire leur office.

La Gaîté Lyrique ouvre le bal de 2018 à Paris, en proposant à partir du 20 janvier une série d'ateliers liés aux Sans pagEs, «ouverts à toutes et tous, sans restriction de genre ou de niveau, pour travailler sur des biographies de femmes et des pages Wikipédia en rapport avec les femmes et le féminisme». Le travail sera encore de longue haleine.

Léa Polverini Journaliste

Newsletters

Les studios de production de films pornos devraient s'inspirer de TimTales

Les studios de production de films pornos devraient s'inspirer de TimTales

Qualité d'image, performance sexuelle, ambiance positive, hommes multiethniques... TimTales dépasse les productions berlinoise, londonienne et parisienne.

«Les personnes obèses devraient avoir le droit d'arriver plus tard au travail»

«Les personnes obèses devraient avoir le droit d'arriver plus tard au travail»

C'est l'une des recommandations du directeur des recherches en ressources humaines de l'Institut des études sur l'emploi, au Royaume-Uni.

Pourquoi une fois ado, votre fils ne lit plus de livres (et pourquoi ça fait peur)

Pourquoi une fois ado, votre fils ne lit plus de livres (et pourquoi ça fait peur)

Si les élèves de primaire manifestent quasi unanimement un intérêt pour la lecture, les garçons ont dès le collège tendance à lâcher leurs livres pour d'autres loisirs.

Newsletters