Santé

Une application de contraception sous le feu des critiques après 37 grossesses non désirées

Temps de lecture : 2 min

Natural Cycles, développée par la prix Nobel Elina Berglund, se propose comme alternative à la contraception hormonale.

L'application Natural Cycles | Capture d'écran Natural Cycles
L'application Natural Cycles | Capture d'écran Natural Cycles

Natural Cycles avait été la première application à recevoir le marquage CE de l'Union européenne et à être reconnue comme une forme de contraception. Elle vient de recevoir une vague de plaintes, après que 37 femmes se sont rendues dans un hôpital pour avorter, étant tombées enceinte alors qu'elles utilisaient l'application. L'hôpital suédois Södersjukhuset l'a également signalée à l'agence de régulation des produits médicaux (MPA).

L'application se présente comme une alternative aux méthodes de contraception hormonales, épargnant leurs effets secondaires. Basée sur un algorithme mesurant différents facteurs tels que la température, les irrégularités de cycles menstruels ou la survie du sperme, l'application est censée indiquer aux personnes qui l'utilisent leur fertilité et les différentes étapes de leur cycle, afin de prévenir des grossesses involontaires.

700.000 utilisateurs à travers le monde

D'après The Verge, Natural Cycles serait en relation avec la MPA afin de traiter chaque cas individuel et aurait entamé une enquête interne au sein de son département clinique:

«Aucune contraception n'est efficace à 100%, et les grossesses involontaires sont le risque malheureux de toute contraception. Natural Cycles a un indice de Pearl de 7, ce qui signifie qu'il est efficace à 93% pour un cas d'utilisation classique, ce que nous avons également partagé.

À première vue, le nombre mentionné dans les médias n'est pas surprenant étant donnée la popularité de l'application, et il demeure aligné sur nos taux d'efficacité. De même que notre base d'utilisatrices augmente, de même augmentera le nombre de grossesses involontaires chez les personnes utilisant Natural Cycles, ce qui est une réalité inévitable», s'est défendue la compagnie.

Selon les cycles, l'application propose un calendrier réparti entre jours vert et jours rouge. Les premiers indiquent que la personne n'est pas fertile et peut, conséquemment, avoir des rapports non protégés sans risquer une grossesse, quand les seconds recommandent protection ou abstinence. Si l'application possède sa propre marge d'erreur, elle n'est évidemment qu'indicatrice, et suppose une utilisation rigoureuse.

Dans un précédent rapport, le FDA estimait que le nombre d'utilisateurs d'applications médicales atteindrait 50% des 3,4 milliards de personnes possédant un smartphone ou une tablette. Natural Cycles compte aujourd'hui près de 700.000 utilisateurs à travers le monde, mais n'est accessible qu'aux plus de 18 ans, suggérant aux mineures d'avoir recours à d'autres formes de contraception.

Slate.fr

Newsletters

Il y aura bientôt moins de vitamines dans le riz à cause du changement climatique

Il y aura bientôt moins de vitamines dans le riz à cause du changement climatique

Un effet des émissions de CO2 qui pourrait affecter la santé de centaines de millions de personnes.

«Les personnes obèses devraient avoir le droit d'arriver plus tard au travail»

«Les personnes obèses devraient avoir le droit d'arriver plus tard au travail»

C'est l'une des recommandations du directeur des recherches en ressources humaines de l'Institut des études sur l'emploi, au Royaume-Uni.

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

Depuis le début de l'année, le pays n'est plus approvisionné en Septrin, un traitement antirétroviral administré notamment aux personnes atteintes du Sida.

Newsletters