Égalités / Culture

Musique: malheureusement, les instruments ont un sexe

Temps de lecture : 8 min

On associe certains instruments de musique à un genre: masculin ou féminin. Une réflexion qui relève à la fois de l’histoire de la musique, mais surtout de bons gros clichés.

Un homme et sa trompette | StockSnap via Pixabay CO License by
Un homme et sa trompette | StockSnap via Pixabay CO License by

Quand j’étais petite, je vénérais mes Barbies (surtout le camping-car), ma couleur préférée c’était le rose, j’adorais me déguiser en princesse, et je rêvais de jouer de la flûte traversière. Un vrai petit cliché sur pattes. Aujourd’hui, avec un peu de recul, je sais que ce choix d’instrument, la flûte, était comme prédéfini: par l’histoire, la société, la culture et par des stéréotypes que l’on a encore du mal à balayer.

Que celui qui n’a jamais un peu buggué devant une fille au saxophone ou un garçon à la harpe lève la main. Eh oui, mais c’est normal.

So cliché

Un des premiers clichés sur les instruments de musique consiste à les trier par taille et par sonorité. Les instruments imposants, forts et graves pour les garçons. Les plus petits, moins puissants et aigus pour les filles. Ce tri n’est pas anodin. Il reflète les comportements genrés de la société actuelle, à l’image du «manterrupting», tendance qui consiste à couper la parole aux femmes dans un débat, une réunion ou une discussion informelle.

Ces hommes qui interrompent les femmes. Via YouTube

Cette distribution des instruments de musique, opérée depuis des siècles, oppose les genres. D’un côté, l’homme est visible, il fait du bruit, il s’impose. De l’autre, la femme est cachée, elle n’attire pas le regard, elle est effacée.

La différenciation par la sonorité, elle, s’explique dans la voix. Les hommes ont généralement des voix plus graves que les femmes, à l’exception des contre-ténors ou des contraltos. Donc on classe inconsciemment les instruments en fonction de leur «ambitus» (étendue sonore d’un instrument, de sa note la plus grave à la plus aiguë): les instruments graves, comme la contrebasse, le basson, le tuba, dans les mains des hommes; et les instruments aigus, comme le violon, la flûte, le hautbois, dans les mains des femmes.

Nathalie Stutzmann, chef d'orchestre et contralto. Via YouTube

Enfin, dernier cliché: la morphologie. Comment une fille toute petite et menue peut-elle jouer de la trompette ou des percussions? Il faut du souffle, de la force et les femmes (c’est bien connu) n’en ont pas assez. Faux, faux et faux. La maîtrise d’un instrument dépend surtout du jeu, de l’équilibre, de la technique, du phrasé. Des atouts que les hommes comme les femmes peuvent avoir. Le plus beau contre-exemple reste la pratique de la harpe. Instrument soi-disant féminin qui demande pourtant une grande force physique, un doigté ferme, et peut entraîner des légères blessures aux doigts, sans oublier les pieds qui sont constamment en train d’activer des pédales. Bref, jouer de la harpe, c’est sportif.

L’homme viril, la femme sensible

Pourquoi a-t-on alors l’image d’un instrument ultra-féminisé? Parce que la harpe, avec sa sonorité cristalline, véhicule une image douce, belle, légère. À l’image de la femme telle qu’on nous la renvoie la plupart du temps, dans la pub, au cinéma, et au quotidien.

Via Nitrate Diva

La harpe possède tout ce qui pourrait porter atteinte à la virilité d’un homme, comme l’écrit en 1912 le critique musical Emile Vuillermoz dans Le Péril rose:

«Aux concours annuels de harpe, on voit parfois un timide adolescent, fourvoyé dans l’essaim blanc et rose des fillettes aux doigts légers se présenter gauchement sur la scène qu’attriste son veston noir et froisser de ses rudes phalanges les cordes d’or toutes vibrantes de la douce caresse de jolis bras nus.»

Ekaterina Walter-Kühne - Fantaisie sur un thème d'Eugène Onéguine. Via YouTube.

Si l’on moque les hommes qui jouent des instruments dits féminins, les musiciennes qui osent jouer des instruments dits masculins sont clairement des «bonhommes». Un autre critique musical, Albert Cler, écrit dans les années 1840:

«La femme qui empiète sur les instruments spécialement réservés aux hommes et qui, par exemple, joue du violon, de la flûte ou de la contrebasse, a, pour l’ordinaire, une allure de caractère masculin et un soupçon de moustaches.»

Ces deux propos rétrogrades montrent la position d’une société à une certaine époque. Nous sommes en Europe, entre le début du XIXe et le milieu du XXe. Une période où les femmes sont confinées à des rôles décoratifs. Et l’art n’est qu’un accessoire utilisé pour montrer son éducation et sa bonne conduite.

Les instruments interdits

À cette époque, dans les milieux bourgeois, les jeunes filles apprennent à jouer d’un instrument pour divertir et accompagner les dîners mondains. Pas question d’en faire un métier. Pour elles, le choix des instruments est très limité. Si la jeune fille possède une jolie voix, elle chantera. Sinon, elle pourra se mettre à la harpe, mais jouée en amazone pour ne pas avoir à écarter les jambes, ou au piano.

«Il semble que le piano soit consciemment ou inconsciemment perçu comme l’instrument le moins directement sensuel qui existe alors. La position assise au clavier est “modeste”, pieds rapprochés sur les pédales», écrit Florence Launay dans son ouvrage Les compositrices en France au XIXe. Voix, harpe ou piano... ce choix est restreint pour des histoires de mœurs.

Les instruments à vent sont proscrits car il faut placer un bec ou une anche dans la bouche. Trop sexuel. De plus, ils risquent de déformer le visage des jeunes filles quand elles soufflent dedans. Seule la flûte traversière défiera ces codes du XIXe siècle pour s’imposer comme un instrument féminin –la bouche est délicatement posée sur l’embouchure, donc ça passe encore.

Dans la famille des cordes, le violon est toléré mais on le joue parfois sur les genoux, car le contact de l’instrument avec le corps d’une femme peut être jugé comme indécent et il ne faut pas faire de mouvements trop amples quand on est une jeune fille bien éduquée. L’alto, à la sonorité plus grave que le violon, est mis sur la touche. Le violoncelle ne convient pas non plus aux jeunes filles puisqu’on doit le jouer (ô scandale) entre ses jambes écartées, ce qui a valu un célèbre commentaire prononcé par le chef d’orchestre Hermann Scherchen à une violoncelliste: «Mademoiselle, le bon dieu vous a donné le merveilleux instrument que vous avez entre les jambes pour envoyer les hommes au ciel et non pas pour le gratter». Classe. Et la contrebasse? N’en parlons pas. Trop grosse, trop grande, trop grave, hors de question que les femmes s’y mettent.

Enfin il y a les percussions. Des instruments que l’on frotte, tape, frappe. Pour cela, il faut mettre son corps en mouvement et faire du bruit, deux actions impensables pour les femmes de cette époque.

Libertango par Adélaïde Ferrière. Via YouTube

L’Histoire a fait un immense pas en arrière sur la place des femmes dans la musique. Au Moyen-Âge, non seulement il existait des musiciennes qui pouvaient jouer de la lyre et frapper dans des tambours, mais on comptait aussi des trobairitz, des femmes troubadours qui composaient et interprétaient leur propre musique.

Beatriz de Dia - A chantar m'er de so q"ieu no voldria. Via YouTube.

Une féminisation récente et lente

Notre héritage en musique s’est malheureusement inspiré de celui du XIXe siècle. Et le schéma traditionnel, qui consiste à répartir les instruments de musique par genre, participe à l’exclusion des femmes du monde musical. Prenez les Victoires de la musique classique. L’édition 2018 présente quatre chanteuses sur six nominations; et six instrumentistes hommes: aucune femme donc. Les filles chantent, les garçons jouent. Pour la composition, c’est encore pire: aucune compositrice n’a été récompensée depuis la création des Victoires.

La prise de conscience dans les médias, la culture et les mentalités risque de prendre du temps. Armons-nous de patience et regardons du bon côté des choses: l’évolution! La musicologue Hyacinthe Ravet, auteure du livre Musiciennes: enquête sur les femmes et la musique, invitée dans la matinale de France Musique en 2014, décrit une «évolution de la question de la mise en scène du corps».

Au XXe siècle, les femmes ne sont plus cantonnées à un rôle d’intérieur et commencent à s’émanciper, à prendre de la place dans la sphère publique. Autre nouveauté, les musiciennes peuvent enfin envisager de se professionnaliser, un choix réservé jusqu’alors aux hommes. Pendant des siècles, ils purent suivre des études musicales sérieuses, composer, donner des concerts publics, tandis que le rôle des femmes s’arrêta la plupart du temps à l'enseignement.

On garde encore cette tradition avec des conservatoires et écoles de musique remplies de professeures, et des orchestres encore à domination masculine (les orchestres paritaires, c’est mieux, mais c’est pas pour tout de suite). L’évolution est lente car elle est récente. Il a fallu attendre les années 1970 pour que les classes de hautbois, clarinette et basson ouvrent leurs portes aux femmes. Et les années 1980/1990 pour qu’elles puissent suivre des cours de trompette, trombone, cor, tuba, etc.

Lucienne Renaudin Vary interprète Haydn aux Victoires 2016. Via YouTube

Résultat de cette mise à l’écart des femmes dans le monde de la musique classique: les hommes dominent un peu partout. Ils sont à la tête des institutions, comme en France, où, entre 2012 et 2016, ils sont 89% à diriger des maisons d’opéra et et 72% à diriger des scènes nationales selon les chiffres de la SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques).

Et les pupitres d’instruments dits masculins sont encore majoritairement occupés par des hommes. En 2009, l’association française des orchestres publie quelques chiffres: les femmes représentent dans les orchestres symphoniques français 43,3% des cordes, 21,8% des bois, 7,3% des percussions et 4,6% des cuivres.

Depuis presque 10 ans, il faut imaginer que ces chiffres ont grimpé. La féminisation des pupitres des orchestres est en hausse, grâce à des actions de la part des ensembles musicaux et à la multiplication des modèles féminins. Sarah Willis est corniste dans l’Orchestre philharmonique de Berlin, Sophie Dartigalongue bassoniste solo à l’Orchestre philharmonique de Vienne, Adélaïde Ferrière, une jeune percussionniste, a été nommée «Révélation» des Victoires de la musique classique en 2017 (où le palmarès était très féminin cette fois) et de nombreux grands solistes harpistes sont dorénavant... des hommes.

La Moldau (arrangement pour harpe) par Xavier de Maistre. Via YouTube

Les freins sont moins nombreux car le choix d’un instrument arrive souvent tôt, quand l’enfant ne baigne pas encore dans un monde stéréotypé. À nous de ne pas perpétuer les clichés. Un message qui s’adresse surtout aux familles de musiciens. La chercheuse Catherine Monnot montre, dans son ouvrage De la harpe au trombone - apprentissage instrumental et construction du genre, que dans une famille initiée à la musique, les choix transgressifs d’instruments sont plus rares par rapport à une famille de néophytes, «affranchie de tout modèle ou références culturelles directes en matière d’attribution des instruments». Verdict: écoutons les enfants et laissons-les choisir leurs instruments.

Retrouvez toutes les chroniques d'Aliette de Laleu sur France Musique

Aliette de Laleu  Journaliste spécialisée en musique classique

Newsletters

Les hommes sous-estiment le niveau de harcèlement sexuel auquel sont exposées les femmes

Les hommes sous-estiment le niveau de harcèlement sexuel auquel sont exposées les femmes

Les femmes aussi, mais pas autant.

Google Traduction propose maintenant les deux genres

Google Traduction propose maintenant les deux genres

Il a mis fin à son biais sexiste.

Pourquoi c’est dur d’être drôle quand on est une femme (et beaucoup moins si on est un homme)

Pourquoi c’est dur d’être drôle quand on est une femme (et beaucoup moins si on est un homme)

De retour pour une nouvelle saison le 5 décembre, «The Marvelous Mrs. Maisel» raconte comment une mère au foyer du New York des fifties se lance dans le monde du stand-up, offrant un coup de projecteur aux réelles pionnières du genre.

Newsletters