Science & santé

La Terre est ronde et c'est un jeu d'enfant de le prouver

Ian Whittaker, mis à jour le 18.01.2018 à 11 h 33

Mike Hughes, dit Mad Mike (Mike le fou), membre de la Flat Earth Society (la société de la Terre plate) est déterminé à construire sa propre fusée pour constater par lui-même que la Terre est plate.


Planet earth is blue | qimono via Pixabay CO License by

Planet earth is blue | qimono via Pixabay CO License by

Au cours des cinquante dernières années, des images de la Terre depuis l’espace nous sont parvenues: autant de preuves que notre planète est bien ronde. Mais la facilité avec laquelle les images pourraient bien être trafiquées («on nous la fait pas») et l'effervescence des théories du complot sur Internet semblent avoir alimenté une résurgence de la croyance en une Terre plate. En France, par exemple, un groupe Facebook regroupe plus de 10.000 «platistes»: des croyants de la Terre plate.

La science a depuis longtemps démontré que nous vivions sur un globe, sans que nous ayons eu besoin de le quitter. Mike Hughes n'y croit pas une seconde. Je lui souhaite bonne chance dans ses efforts, car au moins il est prêt à tout essayer pour prouver sa théorie. Peut-être que si plus de gens voyaient vraiment les preuves, nous pourrions inverser cette tendance inquiétante à remettre en cause le réel. Un bon point de départ serait de s’assurer que les enfants aient la chance d’expérimenter et de comprendre par eux-mêmes.

Une découverte qui remonte... aux Grecs anciens

L’une des méthodes les mieux documentées pour déterminer la rotondité de la Terre a d’abord été réalisée (à notre connaissance) par les Grecs anciens. Elle fut réalisée en comparant les ombres des bâtons dans différents endroits. Quand le soleil éclairait directement au-dessus d’un endroit, le bâton ne projetait aucune ombre. Dans le même temps, dans une ville située à 800 kilomètres au Nord, le bâton projetait une ombre. C’est le savant Eratosthène qui eut cette idée géniale. Toutes les explications dans la vidéo ci-dessous.

Bruce Benamran a consacré le premier épisode de sa chaîne YouTube « e-penser » à l’expérience d’Eratosthène et sa mesure de la circonférence du globe terrestre.

Si la Terre était plate, alors les deux bâtons devraient montrer la même ombre (ou une absence) parce qu’ils seraient positionnés dans le même angle par rapport aux rayons du soleil. Les anciens Grecs ont compris que les ombres étaient différentes parce que les bâtons étaient à des angles différents et donc que la Terre était courbée. Ils ont ensuite utilisé la différence de ces angles pour calculer la circonférence de la Terre. Ils ont réussi à obtenir un chiffre juste à 10% près –pas mal pour l’époque: environ 250 av. J.-C..

Un autre élément de preuve est la différence entre le ciel nocturne des hémisphères nord et sud. La vue est complètement différente parce que la Terre sous vos pieds pointe dans une direction différente. Si la Terre était plate, la vue devrait être la même. Cela est encore plus facile à comprendre quand l’on sait qu’au même moment il fait nuit dans certains pays alors qu’il fait jour dans d’autres…

Après les «fake news», «la fake science»

La science peut faire avancer les connaissances, mais lorsque les expériences sont incorrectes ou mal interprétées, elles peuvent donner le résultat inverse. Si elles sont partagées sur les réseaux sociaux, ces idées fausses peuvent être diffusées rapidement sans que personne ne pointe leurs failles.

Un exemple courant est l’expérience du canal de Bedford, réalisée en 1838 pour «prouver» que la Terre était plate.

Cette expérience consistait à placer une marque à une hauteur déterminée à chaque extrémité d’un canal d’environ dix kilomètres de long. Si la Terre était ronde, alors une des marques, observée à travers un télescope, devrait apparaître plus bas que l’autre: le marqueur le plus éloigné devrait disparaître sous la courbure de la Terre.

Il fut observé que les marques étaient à la même hauteur, suggérant que la Terre est réellement plate. Les théoriciens modernes de la Terre plate citent encore cette expérience.

Le problème est que cela ne prend pas en compte l’effet optique de l’air sur l’eau, qui plie ou réfracte la lumière lorsqu’elle se déplace de la marque au télescope et donne l’impression qu’ils ont la même hauteur. La solution consiste à utiliser plusieurs marqueurs le long du canal qui, lorsqu’ils sont observés, semblent tous être à des hauteurs différentes. Il aura fallu plus de 30 ans pour que l'explication soit trouvée.

L’expérience la plus impressionnante, que même les écoles peuvent aujourd’hui réaliser, consiste à envoyer une caméra dans un ballon à haute altitude. La vidéo montrera que d’un point de vue assez élevé vous pouvez voir la courbure de la Terre.

C’est ce que Mike Hughes va voir de ses propres yeux, s’il fait, un jour, fonctionner sa fusée.

En fin de compte, argumenter sur Internet n’est pas la meilleure voie à suivre pour mener une entreprise scientifique. Nous devons fournir aux gens les moyens de tester ces théories elles-mêmes et de comprendre les résultats qu’ils obtiennent.

 

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

The Conversation

Ian Whittaker
Ian Whittaker (1 article)
Maître de conférence à la Nottingham Trent University.
espaceplanètefuséefou
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte