Égalités

Dans la tête des anti-féministes

Temps de lecture : 3 min

Sachant combien il est important de penser contre soi-même, j'ai tenté de me mettre dans la peau des anti-féministes, ces gens qu'on entend si peu, pour mieux saisir la richesse de leurs arguments. Voilà le résultat. 

Arguments à la noix | Ulleo du photographe via Flickr CC License by
Arguments à la noix | Ulleo du photographe via Flickr CC License by

Allez les féministes, il est temps de tomber le masque. Si vous voulez être égales aux hommes, c’est la preuve que vous les détestez. Bah oui, vous voulez changer leur univers et leur mode de vie alors qu’eux, ils étaient bien comme ça. Si vous ne détestiez pas les hommes, vous ne viendriez pas les déranger.

«Moi, j’ai pas de problème avec les hommes mais j’ai pas envie qu’un inconnu me touche le cul dans le métro.» Mais est-ce que vous avez déjà entendu une phrase aussi égoïste? La meuf, elle ne pense qu’à elle; pas un instant, je dis bien pas un instant, elle n’a une pensée pour le pauvre type qui en est réduit à tripoter des fesses dans les transports en commun. Y’a quand même un producteur, un mec millionnaire, qui est tellement mal qu’il en est réduit à éjaculer dans un ficus et pas une pour voir sa détresse? Bravo l’humanisme! Bravo la France! Bravo les femmes!

Il faut le dire si le patriarcat, ça vous dérange

On ne peut pas continuer à rester aveugle face à tant de monstruosité. Vous avez voulu travailler pour gagner de l’argent, on vous a laissées travailler –même sans l’autorisation de votre mari. Maintenant, vous voulez gagner autant. Et vous voulez tout changer: l’éducation, l’orthographe, la médecine, la drague, le sexe, les tâches ménagères. Non mais oh, il faut le dire si le patriarcat, ça vous dérange. On rêve… Je vais vous dire, je trouve ça assez autocentré de votre part de faire passer l’amélioration de vos vies, vos quêtes de liberté avant le bien-être des hommes. Vous pouvez quand même admettre que c’est pas hyper, hyper sympa.

Alors on va me dire qu’il y a des hommes féministes, des hommes qui disent qu’ils seraient plus heureux si la société était plus juste et égalitaire. Vous déconnez complètement les mecs. Comment vous voulez être plus heureux si vous devez récurer les chiottes une semaine sur deux?! Faut réfléchir un peu.

Il y a de plus en plus de femmes qui refusent des rapports sexuels sous prétexte qu’elles n'ont pas «envie». Mais vous avez conscience qu’un homme peut mourir si vous lui refusez un rapport sexuel? C’est le syndrome de la misère sexuelle, c’est hyper connu. C’est dû à un engorgement de sperme qui remonte vers le cœur et provoque une crise d’apoplexie.

C’est comme vos règles. Non mais franchement, vous saignez du sexe plusieurs jours par mois et vous dites que c’est naturel. Naturel, ouais, c’est ça. Moi, je pense surtout que c’est une stratégie pour terroriser les hommes. La preuve: on est sympa, on met un joli liquide bleu dans les pubs et vous gueulez parce que vous voulez qu’on voit du sang, du gore. J’appelle ça une stratégie de la terreur totalitaire.

Les progrès de l’humanité, vous vous en foutez

Comme votre théorie du genre. Vous laissez des petits garçons jouer à la poupée. Merde, et quoi après? Quand ils seront adultes, va falloir qu’ils changent des couches? C’est ça le monde que vous voulez? Comment vous voulez qu’on construise des fusées pour aller sur Mars, si on doit aussi torcher des culs de bébés? Mais les progrès de l’humanité, vous vous en foutez, toutes percluses d’égoïsme que vous êtes.

Et la loi pour la parité, sujet ou pas sujet? Parce que si on fait des lois comme ça, on fait quoi pour les animaux? On extermine toutes les espèces qui ne respecteront pas les règles de l’égalité entre les sexes? Super. Après, vous allez expliquer aux petits garçons que vous forcerez à jouer à la poupée que vous avez tué les lions parce qu’ils branlaient rien pendant que les lionnes chassaient? Eh beh.

Et votre histoire d’écriture inclusive… M’en parlez pas, ça me rend dingue. Ça va finir, on va devoir tout féminiser. On commence par «Madame la directrice» et après on écrit «Monsieur le directrice». Ensuite, on va être obligé d’écrire «la moustique vole au-dessus du table», parce que vous aurez décidé que les noms d’objets sont tous masculins et que les être vivants sont tous féminins.

Quant au pauvre Roman Polanski… Quatre accusations de viol et il se fait siffler à sa rétrospective à la cinémathèque. C’est quoi la prochaine étape? On rase le Panthéon? À la place, on construit un temple dédié au culte de Simone de Beauvoir, entretenu par de jeunes hommes vierges se baladant à poil sous leur toge et qu’on appellera les Jean-Paul? C’est ça? Pitié.

Vous savez à qui vous me faites penser? À elle:



Ouais. Je sais qu’en vrai vous n’êtes pas des reptiliennes débarquées pour nous asservir, je ne suis pas un débile qui croit au complot. Mais enfin quand même, vous pouvez admettre qu’on commence à se poser des questions.

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq. Pour vous abonner, c'est ici. Pour la lire en entier:

Titiou Lecoq

Newsletters

Au Pérou, un film LGBT+ en langue quechua bouscule les idées reçues

Au Pérou, un film LGBT+ en langue quechua bouscule les idées reçues

«Mon père», qui sort le 19 décembre en France, raconte l’histoire de Segundo, un garçon issu d’une communauté reculée des Andes et confronté à un secret de famille.

Encore une nouvelle inégalité filles-garçons à l'école

Encore une nouvelle inégalité filles-garçons à l'école

Une étude le démontre de manière flagrante.

D'autres facs de médecine japonaises reconnaissent avoir désavantagé des filles

D'autres facs de médecine japonaises reconnaissent avoir désavantagé des filles

Deux nouvelles écoles révèlent avoir pratiqué une discrimination volontaire dans la notation.

Newsletters