Culture

Backwards Books: l'étrange tendance déco du livre rangé à l'envers

Temps de lecture : 2 min

L'idée de cacher les titres de livres pour obtenir un look minimaliste a scandalisé des centaines d'internautes.

Capture d'écran Instagram / dueshome
Capture d'écran Instagram / dueshome

Certains classent leurs livres par ordre alphabétique, d'autres par thèmes, voire par couleurs des tranches. Mais les fans de «tons neutres» ont une autre solution: ranger ses livres à l'envers, cacher les titres pour mettre en valeur les dégradés de beiges des pages. La mode s'est répandue sur Instagram et Pinterest avec le hashtag #backwardsbooks (livresàlenvers).

En novembre, le site Apartment Therapy donnait ce conseil à ses lecteurs sur Instagram:

«Vos livres ne vont pas avec votre déco? Pas grave. Une solution incroyablement facile? Retournez les pour un style parfaitement coordonné.»

Le post a généré plus de 900 commentaires: d'un côté, des lecteurs scandalisés que les livres deviennent ainsi de vulgaires accessoires déco, de l'autre des fans de #backwardbooks perplexes face au mépris des critiques.

Ces derniers expliquent que cette façon de ranger les livres n'implique pas qu'on soit un mauvais lecteur (ils disent qu'il reste possible d'identifier les ouvrages). Mais la majorité des gens, ceux qui ne se posent pas la question d'une coordination entre leurs livres et leur canapé, trouvent ça révoltant.

Cette phrase tirée du magazine Ideal Home (Maison idéale) a été beaucoup ridiculisée sur Twitter:

«Lauren cultive un look très neutre en rangeant les livres à l'envers».

Ce à quoi cet internaute britannique a rétorqué:

«Lauren est vraiment débile, non?»

Ce mois-ci, le site Flavorwire a aussi écrit sur le sujet, et suscité beaucoup d'indignation sur Twitter avec des commentaires comme «c'est le truc le plus con que j'ai jamais vu de ma vie» ou encore «on est seulement le 10 janvier, mais je pense que c'est le truc le plus con que je verrai cette année».

Un blogueur a été jusqu'à dire qu'il s'agissait d'une «promoti0n de l'illettrisme».

Pour Heather Schwedel dans Slate.com, backwards books est la parfaite métaphore de la superficialité d'Instagram, où cela fait bien longtemps que les livres sont des accessoires qui font joli à côté d'une couverture en grosse maille:

A post shared by Hannah (@thistle.harvest) on

Slate.fr

Newsletters

Faut-il encore défendre le rap?

Faut-il encore défendre le rap?

Cela fait trente ans que certains acteurs du milieu rap tentent d’expliquer ce qu’est réellement cette musique, devant des gens qui ne veulent rien entendre dans le but de servir une idéologie. La polémique sur Médine en est un nouvel exemple.

Quand les actrices cédaient leurs corps et leur vie personnelle aux studios

Quand les actrices cédaient leurs corps et leur vie personnelle aux studios

En devenant une industrie, Hollywood s'est structuré en studios, avec le corps des femmes, actrices malléables à volonté, comme valeur marchande, et avec les avortements forcés, le «slut shaming» ou le chantage comme outils de coercition.

Il n'est pas surprenant que Simeoni et Talamoni aient proposé d'ouvrir les ports corses aux migrants

Il n'est pas surprenant que Simeoni et Talamoni aient proposé d'ouvrir les ports corses aux migrants

Les dirigeants nationalistes ont proposé d'accueillir l'Aquarius. Une démarche qui s'inscrit dans une longue tradition d'accueil.

Newsletters