Double X

Le mouvement #balancetonporc vient-il (enfin) d'arriver en Chine?

Repéré par Fabien Jannic-Cherbonnel, mis à jour le 06.01.2018 à 16 h 56

Repéré sur BBC

Le témoignage d'une universitaire a provoqué de vives réactions en ligne.

Une manifestation contre le harcèlement sexuel à Paris le 19 octobre 2017. Bertrand GUAY / AFP

Une manifestation contre le harcèlement sexuel à Paris le 19 octobre 2017. Bertrand GUAY / AFP

Jusqu’à présent, la Chine n’avait pas été touchée par une vague, en ligne, de dénonciations des comportements sexistes et de harcèlement. En somme, le pays n’avait pas eu le droit à son moment #metoo ou #balancetonporc. Mais cela est en train de changer, raconte la BBC.

Tout commence le 1er janvier 2018, quand Luo Xixi, une universitaire de l’Université de Beihang, explique avoir été agressée sexuellement par l’un de ses professeurs lorsqu'elle était étudiante, 12 ans plus tôt. Son histoire, postée sur Weibo (l’équivalent chinois de Twitter) est rapidement vue plus de trois millions de fois et provoque un intense débat sur le harcèlement sexuel. L’enseignant, qui a nié les allégations, a été suspendu de son poste par l’université.

Bien que pour l’instant, la Chine n’ait pas encore d’équivalent du mouvement #metoo, la BBC explique que de nombreux groupes féministes encouragent les Chinoises à suivre l’exemple de Luo Xixi. Celle-ci explique d’ailleurs avoir été inspirée, et encouragée, par les millions de femmes qui ont partagé leurs expériences sur les réseaux sociaux. D’après The Diplomat, de nombreux témoignages, anonymes, avaient été postés auparavant par d’anciennes étudiantes du professeur, l’accusant de harcèlement. 

La censure pourrait tout arrêter

Mais suivre l’exemple de Luo Xixi reste compliqué pour de nombreuses femmes, explique Feng Yuan, la co-fondatrice de l’association Equality :

«La Chine ne possède pas de lois condamnant le harcèlement sexuel. Les écoles et entreprises n’ont pas les bons mécanismes pour gérer ce problème. D’autres révélations, qui ne sont pas aussi bien préparées que celle de Luo, peuvent être ignorées. C’est pour cela que celles qui parlent sont exceptionnelles.»

Il n’est pas surprenant que la première dénonciation publique chinoise se passe pour des faits arrivés sur un campus. D’après un récent sondage relayé par Human Rights Watch, 67% des étudiantes du pays auraient été harcelées à l’université. En cause, le rapport qu’ont les étudiants avec leurs professeurs, souvent considérés comme intouchables, ainsi que «la règle tacite» qui veut que les victimes ne parlent pas de leurs expériences.

S’il fait peu de doute que le témoignage de Luo Xixi ouvrira la voie à de nombreuses femmes chinoises, le mouvement pourrait bien s’arrêter net sous pression des autorités. «Si l’indignation atteint un certain point et en devient déstabilisante, le gouvernement n’hésitera pas à l’arrêter», explique Leta Hong Fincher, auteure d’un livre sur le féminisme en chine. En 2015, cinq féministes avaient été arrêtées pour avoir organisé un réseau visant à combattre le harcèlement.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte