Monde

Trump lance un trophée des pires médias: des humoristes se battent pour gagner

Temps de lecture : 2 min

Les présentateurs Stephen Colbert et Trevor Noah sont déterminés à remporter les Fake News Awards annoncés par le président américain.

Trump parle à des journalistes à la Maison Blanche le 22 décembre 2017. CHIP SOMODEVILLA/AFP
Trump parle à des journalistes à la Maison Blanche le 22 décembre 2017. CHIP SOMODEVILLA/AFP

Juste après le tweet de Donald Trump sur son «bouton nucléaire» plus «gros» que celui de Kim Jong Un, le président a fait une autre déclaration étrange. Il a tweeté que le lundi 8 janvier, il annoncerait les vainqueurs d'une compétition de «fake news»:

«J'annoncerai les trophées des médias les plus malhonnêtes et corrompus de l'année ce lundi à 17h. Il y aura plusieurs catégories de Fake News Media avec des sujets qui inclueront la malhonnêteté et le mauvais reportage. Restez connectés!»

Cela fait plus d'un an que Trump s'amuse à donner des surnoms ridicules aux médias qui le critiquent, en particulier le «failing» New York Times («en faillite») ou encore CNN, rebaptisé Fake News Network (FNN), la chaîne des Fake News. Tout cela est devenu un jeu dangereux (les faits n'ont plus d'importance), et il n'est pas étonnant que le président (qui a fait 1.950 déclarations erronées depuis son élection) continue de se moquer des journalistes «menteurs».

Certains reporters ont feint de prendre l'annonce au sérieux et demandé des détails à la porte-parole de la Maison-Blanche, qui a répondu qu'elle ne voulait pas gâcher la surprise:

«Je pense qu'il y a de nombreux individus qui pourraient gagner ces trophées, et nous verrons ce qui va se passer lundi.»

Mais ce sont surtout les humoristes qui ont décidé de jouer le jeu du président. Trevor Noah du Daily Show a acheté une pleine page de pub dans le New York Times, comme le font parfois les nominés aux Oscars, pour expliquer pourquoi il devrait gagner aux «trophées des médias les plus malhonnêtes et corrompus».

Sa photo est accompagnée de vraies citations de publications conservatrices critiques de son émission:

«De la propagande politique déguisée en divertissement», selon le site pro-Trump Breitbart, ou encore: «Dogme de gauche monotone», selon le New York Post.

Quant à Stephen Colbert, il a placé un grand panneau d'affichage à Times Square et déclaré qu'il était très motivé car «rien ne donne plus de crédibilité à quelqu'un qu'être traité de menteur par Donald Trump». Il a même créé toute une série de catégories: «Malhonnêteté la plus fausse», «Fausseté la plus corrompue» ou encore «Plus petit bouton», en référence à Kim Jong Un.

Newsletters

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 23 au 29 novembre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 23 au 29 novembre

Plongée dans la logorrhée du futur ex-président américain.

Des policiers anglais couchaient avec les «cibles» qu'ils espionnaient

Des policiers anglais couchaient avec les «cibles» qu'ils espionnaient

Au Royaume-Uni, une enquête publique tente de faire la lumière sur les pratiques très controversées de policiers infiltrés auprès de divers groupes militants.

À Jérusalem, un ancien ministre d'extrême droite proposé à la direction du mémorial de la Shoah

À Jérusalem, un ancien ministre d'extrême droite proposé à la direction du mémorial de la Shoah

La nomination d'Effie Eitam à la tête du Yad Vashem a suscité la colère des historiens et des rescapés de la Shoah.

Newsletters