Santé

Bientôt plus de bus pour ramasser les personnes ivres au Royaume Uni?

Temps de lecture : 2 min

Le NHS pourrait généraliser son dispositif de «drunk tanks» pour désengorger les urgences.

/
Sleep sounder | D.C Atty via Flickr CC License by

Depuis quelques années, pour éviter que les urgences se retrouvent bondées par les personnes qui ont bu le(s) verre(s) de trop et qui ne répondent plus de rien, douze villes britanniques ont mis en place des «drunk tanks»: ces bus déambulent dans les centres-villes, et ramassent les personnes qui ont abusé de l'alcool.

Pour les autorités britanniques, la nuit du 31 décembre apparaît comme le test ultime et parfait pour juger de l'efficacité de ce dispositif: quelle autre nuit que celle du réveillon voit défiler plus de personnes saoûles dans les rues? Après ce week-end, le NHS décidera donc s'il étendra ou non ses «drunk tanks» à d'autres villes du Royaume-Uni, rapporte la BBC.

Le premier bus du genre, officiellement appelé «service de gestion des intoxications par l'alcool», a commencé à circuler dans les rues de Bristol en 2013. Équipés de lits, du nécessaire pour faire des prises de sang, ou encore d'oxygène, ces bus regroupent du personnel de la police et du personnel paramédical.

Selon le directeur du NHS, ces bus permettent de soulager les services des urgences, encombrés jusqu'à 70% par des personnes trop alcoolisées. «NHS ne signifie pas "National Hangover Service"», ou «service national pour la gueule de bois», a rappelé Simon Stevens.

Toutefois, selon le Docteur Katherine Henderson, consultante en urgence médicale, généraliser ces «drunk tansk» n'est pas la solution:

«Installer ce type d'équiments, cela revient à dire "vous pouvez compter sur le NHS pour vous fournir un endroit sûr pour décuver."»

«Ce serait peut-être une meilleure idée de commencer par parler à ces gens pour leur dire de boire moins», suggère la consultante sur Quartz.

Slate.fr

Newsletters

Commotions cérébrales: l'ovalie jusqu'à la folie

Commotions cérébrales: l'ovalie jusqu'à la folie

Une étude médicale sans précédent démontre que les commotions cérébrales augmentent le risque futur d’affections neuro-dégénératives et de maladie d’Alzheimer. Dans le même temps, le jeu de rugby devient de plus en plus violent.

Que faire pour les 20% de la population souffrant d'au moins une maladie mentale?

Que faire pour les 20% de la population souffrant d'au moins une maladie mentale?

La stigmatisation des malades mentaux continue à contrarier la prise en charge de beaucoup d'individus.

Vous avez mal, mais aucune raison d'avoir mal. On vous explique

Vous avez mal, mais aucune raison d'avoir mal. On vous explique

À l'origine de ces souffrances qui empoisonnent la vie sans qu'on sache vraiment d'où elles viennent.

Newsletters