Monde

En Chine, une application mobile récompense ceux qui dénoncent leurs voisins

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 30.12.2017 à 9 h 36

Repéré sur Wall Street Journal

L'appli a été introduite dans plusieurs régions mais malgré le système de récompense, les Chinois sont réticents à l'utiliser.

Policiers en Chine | JOOP via Flickr CC License by

Policiers en Chine | JOOP via Flickr CC License by

Depuis 2016, le gouvernement chinois a introduit des applications mobile qui récompensent les résidents lorsqu'ils notifient les autorités locales en cas de «problème», que ce soit des infractions au code de la route ou la publication de textes «illégaux».

Ce système a été mis en place dans plusieurs provinces, dont le Zhejiang, où le site internet officiel recommande de dénoncer les personnes qui «affectent la stabilité sociale». Parmi les éléments jugés perturbateurs, le site mentionne les membres du mouvement spirituel Falun Gong, les personnes qui lancent des pétitions, les drogués et les malades mentaux.

Avec l'application, les informateurs peuvent notifier les autorités par écrit ou en envoyant une photo, et doivent accepter de révéler leur identité. Les signalisations leur font ensuite gagner des points qui peuvent être échangés en coupons pour l'achat de produits électroniques, de trajets de VTC, de musique sur des services de streaming ou de cafés. 

Lorsqu'une information est signalée sur l'application, elle est envoyée vers un centre de commande de «gouvernance sociale», avec des écrans qui permettent de visualiser où se concentrent tel ou tel problème. Tout cela est partagé avec les officiels locaux qui sont ensuite censés trouver des solutions rapides, et c'est ainsi que l'application est aussi utilisée pour mesurer la performance des élus locaux.

Les idées de «gouvernance sociale» et de surveillance sont des obsessions du gouvernement chinois, qui a déjà fait installer 170 millions de caméras de surveillance dans le pays (avec environ 400 millions supplémentaires qui seront installées dans les trois années à venir).  

Ceci dit, les journalistes du Wall Street Journal qui ont enquêté sur les applications de dénonciation ont trouvé que malgré les récompenses, peu de résidents les utilisaient et que beaucoup se plaignaient de leur fonctionnement restreint. Par exemple, l'application n'avait pas enregistré la plainte d'un utilisateur qui accusait un officiel de corruption. 

Dans les médias chinois, la ville de Fengqiao a été choisie comme modèle pour célébrer la grande réussite supposée de cette application, et ce n'est pas un hasard. En 1963, Mao Zedong avait précisément loué les résidents de cette ville pour avoir dénoncé un grand nombre d'éléments «réactionnaires» en leur sein. En référence à ce «succès», une conférence de 2016 à Pékin sur le «management social» et l'innovation numérique était intitulée «la nouvelle expérience Fengqiao».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte