Monde

18h20: des centaines de milliers de morts, selon le Premier ministre haïtien

Slate.fr, mis à jour le 13.01.2010 à 19 h 10

,

Le tremblement de terre de magnitude 7 qui s'est produit mardi 12 janvier, peu après 23 heures, heure française, à seulement quelques kilomètres des côtes d'Haïti, a dévasté la partie ouest de l'île et il faut s'attendre à un très lourd bilan dans un pays déjà accablé par la pauvreté.

Selon l'institut américain qui mesure les séismes, le
US Geological Survey (USGS, l'épicentre de la secousse était situé à environ 15 km à l'ouest de la capitale haïtienne, Port-au-Prince, où vivent près de 2 millions de personnes.

Notre sélection de liens actualisés en permanence:

[19h04 - CNN] Le Premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive craint des centaines de milliers de morts, et ajoute «j'espère que ce n'est pas vrai, parce que j'espère que les gens ont eu le temps de sortir.»

[18h19 : CNN] Le Premier ministre haïtien évoque des centaines de milliers de morts, selon CNN. Un chiffre qui paraît très élevé, le président d'Haïti René Préval avait parlé, lui, de milliers de morts.

[16h57 - Europe 1] Les témoignages d'un habitant sur place, d'une Haïtienne résidant en France, de l'ambassadeur d'Haïti aux Etats-Unis et de Carel Pedre, un journaliste haïtien.


[16h33- The Miami Herald] Le président d'Haïti, René Préval évoque une catastrophe «inimaginable». Le Parlement, des hôpitaux, des écoles se sont effondrés, explique-t-il dans sa première interview après le séïsme.

[16h 27 - WHITE HOUSE] Déclaration d'Obama : «Nous fournirons l'aide humanitaire nécessaire, de la nourriture, de l'eau, des équipements médicaux. Des équipes de secours de Floride, Californie, Virginie devraient arriver dans les prochaines heures.
Nous travaillerons avec l'ONU, les ONG et nos partenaires du monde entier.
Je m'engage auprès du peuple d'Haïti: les Etats-Unis ne vous laisseront pas tomber


[16H20 - WHITE HOUSE] Intervention de Barack Obama à propos d'Haïti, à suivre en direct sur le site de la Maison Blanche.

[16h01- Twitter] Ce matin, entre 7h et du 10h (heure locale) Haïti a connu ses 4 premières répliques.

[15h33- AFP] Le secrétaire général de l'ONU, Ban-Ki moon, parle de tragédie et redoute «des centaines de mort».  Il souhaite se rendre sur place «dès que possible».

- [14h58 - RTL] Il semblerait que le représentant de l'ONU en Haïti soit mort, selon Bernard Kouchner. «Hélas le bâtiment de l'ONU s'est écroulé et il semblerait que tous ceux qui  étaient dans le bâtiment dont mon ami Hedi Annabi, l'envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies, et que tous ceux qui étaient avec lui et autour de lui, soient morts», a-t-il déclaré sur RTL.

- [14h42 - Reuters] La France va envoyer deux avions et 13O sauveteurs seront aussi dépêchés sur place. Environ 1500 Français vivent à Haïti. Bernard Kouchner a déclaré qu'il ne savait pas encore s'il y avait des victimes françaises.

- [14h 20 - Le Monde] Haïti: «Cyclones, émeutes de la faim... un pays qui vit au rythme des crises».  Depuis la série de cyclones en 2008, la situation économique s'était toutefois un peu redressée, note l'article qui revient aussi sur la situation politique du pays.

 

- [14hO1 - AFP] L'Union européenne débloque une aide d'urgence de 3 millions d'euros.

- [13h10 - Nouvel Observateur] Sur place, le journaliste haïtien Carel Pedre décrit la situation. Il parle de «désastre» et dit avoir rencontré des «blessés tous les deux pas».

- [12h47- Arrêt sur Images] : Le journaliste haïtien Carel Pedre a pris les premières photos du tremblement de terre et les a fait diffuser via Twitter. (photo : Carel Pedre)

 

 

- [12h36] Médecins du Monde déploie une mission d'urgence.

- [12h21 - CNN] Interview (en anglais), de la star haïtiano-américaine du hip-hop Wyclef Jean.

- [12h16 - CNN]

 

-[12H09] nouvelle vidéo des dégâts causés par le séïsme.

- [11h56 - Twitter] Des photos sur le compte Twitter de Lisandro Suero

- [11h30- France Culture] Un mois avant le séïsme, l'émission Place des peuples faisait un large panorama des problèmes (et des quelques motifs d'espoir) de  ce pays «symbole des Etats défaillants». (une émission que l'on peut encore écouter)

- [11h15 - Médecins sans frontières] L'ONG Médecins sans frontières (MSF) constate en ce moment-même "un afflux de bléssés" vers ses structures médicales. Le centre de traumatologie, où les patients peuvent bénéficier de soins chirurgicaux gratuits, «a été sérieusement endommagé par le tremblement de terre», rapporte MSF sur son site.

- [11h12] Sur Twitter, les messages concernant Haïti défilent sans discontinuer, vidéo à l'appui.

- [11h06 - CBS News] une vidéo de CBS, sans commentaire.


Watch CBS News Videos Online

 

- [10h59 - ReliefWeb] Des cartes du séïsme

- [10h53 - BBC] La capitale est dans le noir et les habitants dorment dans la rue par peur des répliques. Sur place les reporters parlent de centaines voire de milliers de morts.

- [10h47 - YOUPHIL] La solidarité internationale s'organise

- [10h40 - AFP-  Petra] Des Casques bleus chinois ensevelis et également trois casques bleus jordaniens identifiés parmi les victimes du séisme.

- [10h33 -AFP] Nicolas Sarkzoy fait part de sa profonde émotion et de son effroi

- [10h25- Global Voice] Comme le rappelle le site Global Voices, le mot «Haïti» s'est rapidement placé en tête de liste des termes référencés sur Twitter après que la nouvelle du séisme se soit répandue sur Internet.

Plusieurs journalistes présents sur place ont pu rendre compte des dégâts causés par la catastrophe en direct sur le site de micro-blogging. Parmi ces journalistes se trouvent un photographe, Daniel Morel, qui lui, à pu, poster des photos de Port-au-Prince, la capitale d'Haïti.

Toujours sur Twitter, CNN a posté un interview du chanteur new yorkais d'origine haitienne Wyclef Jean qui a réclamé «l'état d'urgence» pour son pays d'origine.

- [10h12 - AFP] Le secrétaire d'Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, annonce que deux avions d'aide et de sauveteurs français partent pour Haïti.

Synthèse actualisée à 10h

La ville a été le théâtre de scènes de panique et de tentatives désespérées pour dégager des victimes coincées sous les décombres de bureaux, d'hôtels et de boutiques. De nombreuses sources font par ailleurs état de cadavres dans les rues et de scènes de pillage.

Le centre de Port-au-Prince a été «détruit», selon un témoin cité par l'AFP. Des milliers d'habitants ont erré la nuit, parfois en pleurs, dans les rues dévastées, découvrant à chaque coin de rue de nouvelles images de la désolation. Les habitants sont contraints d'abandonner leurs domiciles et se sont réfugiés dans des espaces ouverts. Quelque part où ils ne risquent pas d'être écrasés par l'effondrement d'un immeuble. «Ils dorment dehors parce qu'ils ont trop peur de dormir à l'intérieur à cause des risques de répliques», remarque une responsable du Secours catholique, Sara Fajardo.

Plusieurs chaînes de télévision d'Amérique du Sud ont déjà diffusé des images de cadavres ensevelis dans les décombres. Les autorités n'ont dressé aucun bilan, même provisoire. L'organisation non gouvernementale Catholic Relief Service évoque des milliers de morts.

Le président René Préval est sain et sauf, selon l'ambassadeur haïtien aux États-Unis, Raymond Alcide Joseph, cité par CNN. Se basant sur la base de témoignages d'officiels sur place, l'ambassadeur a parlé d'une «catastrophe de proportions majeures».

D'après un journaliste de l'AFP présent sur place, la secousse très violente a duré plus d'une minute, allant jusqu'à faire sauter les véhicules en pleine rue. Elle a été suivie d'au moins cinq répliques, variant de 5 à 5,9, a indiqué l'USGS. Un nuage de poussière a enveloppé la capitale pendant une vingtaine de minutes, a indiqué un employé par l'Agence américaine de développement international au réseau CNN.

Le palais présidentiel et d'autres édifices publics se sont effondrés dans la capitale. Un employé des Nations unies sur place a en outre indiqué que le siège social de la mission de stabilisation en Haïti (MINUSTAH) et plusieurs autres de ses bâtiments avaient été détruits. Des employés manquent à l'appel.

L'hôtel Montana, l'un des établissements touristiques les plus réputés du pays, a lui aussi été détruit. Un officiel gouvernemental américain en visite a par ailleurs dit avoir vu des maisons glisser dans un ravin.

Un hôpital s'est également écroulé à Pétionville, une banlieue proche de la capitale. Les lignes téléphoniques terrestres et mobiles ont par ailleurs été coupées, tout comme l'électricité et Internet. L'aéroport de Port-au-Prince a en outre été fermé avant d'être réouvert et serait opérationnel pour accueillir les premiers secours.

Le tremblement de terre a été ressenti de l'autre côté de la frontière, en République dominicaine, qui partage l'île d'Hispaniola avec Haïti, de même que dans l'île voisine de Cuba.
Selon un porte-parole de l'Institut géologique américain, il s'agit du séisme le plus important jamais enregistré dans la région. Le dernier fort tremblement de terre en Haïti remonte à 1984. Il avait une magnitude de 6,7.

Haïti est le pays le plus pauvre du continent américain et l'un des plus pauvres au monde. Près de 80% de la population vit sous le seuil de la pauvreté.

Première réaction après le tremblement de terre, celle des Etats Unis. Le président Barack Obama a assuré Haïti de son soutien. Il a déclaré qu’il suivait la situation de près et que l’aide allait se mettre en place rapidement. Par ailleurs, la France se prépare à acheminer une aide d'urgence en Haïti, selon le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner.
Dès l'information du tremblement de terre reçue, «le Centre de crise du ministère des Affaires étrangères et européennes a immédiatement été mobilisé (...) pour - en liaison avec la Sécurité civile - mobiliser et acheminer sans délais une aide d'urgence à Port-au-Prince», a affirmé le ministre dans un communiqué.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Le Palais présidentiel endommagé par le séisme à Port-au-Prince  Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte