Culture

Le pénis géant qui a choqué Manhattan

Temps de lecture : 2 min

Dévoilée le soir de Noël, l'œuvre de la street-artist Carolina Falkhort a tant perturbé la population du quartier qu'elle a fini par être recouverte.

L'oeuvre de Carolina Falkhort (Capture écran YouTube / Review Anio)
L'oeuvre de Carolina Falkhort (Capture écran YouTube / Review Anio)

Le soir de Noël, les habitantes et habitants du Lower East Side (arrondissement de Manhattan) ont pu découvrir la nouvelle oeuvre de la street-artist Carolina Falkhort: un pénis multicolore peint sur le côté d'un immeuble de Broome Street. D'une hauteur de quatre étages, fièrement dressée vers le ciel, cette verge bigarrée fait écho à d'autres oeuvres de l'artiste suédoise visibles dans New York , dont la représentation d'un vagin, aussi massif mais voulu comme moins réaliste, sur un mur de Pike Street (Manhattan).

Dans une interview accordée au Guardian, Falkhort expliquait que son travail vise notamment à permettre à chacune et chacun de s'assumer. Le but est de «ne pas avoir honte de votre corps et de qui vous êtes en tant que personne sexuée».

L'artiste, qui représente très régulièrement des vagins et des vulves dans ses oeuvres, affirme avoir senti qu'un phallus s'imposait pour poursuivre sa série. Le résultat a fortement divisé l'assistance, et les multiples plaintes enregistrées par la mairie de New York ont fini par conduire à la suppression de la fresque dès mercredi, soit 3 jours à peine après sa finalisation.

Philosophe, l'artiste a réagi pour le Guardian:

«L'art est l'un des seuls domaines dans lesquels il est possible d'être réellement libre et de débattre autour de n'importe quel sujet; il permet de traduire et de transformer le langage dans toutes les directions possibles.»

Belle joueuse, Carolina Falkhort n'a pas crié à la censure, préférant sans doute se concentrer sur les prochaines fresques qu'elle compte peindre à New York et ailleurs.

Slate.fr

Newsletters

Et si les seconds rôles étaient les vrais héros des séries?

Et si les seconds rôles étaient les vrais héros des séries?

Que serait «The Office» sans Dwight Schrute, «Parks and Recreation» sans Ron Swanson ou «Oz» sans les tirades introductives d'Augustus Hill? Réponse: pas grand-chose!

Montrez-lui la bande annonce, et cette intelligence artificielle vous dira qui ira voir le film

Montrez-lui la bande annonce, et cette intelligence artificielle vous dira qui ira voir le film

Un dispositif tout à fait réel qu'un grand studio de cinéma américain est bel et bien en train de mettre en place.

Chronique d'un vieux chat

Chronique d'un vieux chat

[BLOG, You will never hate alone] Mon chat va vers ses dix-huit ans et question comportement, il ressemble de plus en plus à Tatie Danielle!

Newsletters