Culture

Le pénis géant qui a choqué Manhattan

Temps de lecture : 2 min

Dévoilée le soir de Noël, l'œuvre de la street-artist Carolina Falkhort a tant perturbé la population du quartier qu'elle a fini par être recouverte.

L'oeuvre de Carolina Falkhort (Capture écran YouTube / Review Anio)
L'oeuvre de Carolina Falkhort (Capture écran YouTube / Review Anio)

Le soir de Noël, les habitantes et habitants du Lower East Side (arrondissement de Manhattan) ont pu découvrir la nouvelle oeuvre de la street-artist Carolina Falkhort: un pénis multicolore peint sur le côté d'un immeuble de Broome Street. D'une hauteur de quatre étages, fièrement dressée vers le ciel, cette verge bigarrée fait écho à d'autres oeuvres de l'artiste suédoise visibles dans New York , dont la représentation d'un vagin, aussi massif mais voulu comme moins réaliste, sur un mur de Pike Street (Manhattan).

Dans une interview accordée au Guardian, Falkhort expliquait que son travail vise notamment à permettre à chacune et chacun de s'assumer. Le but est de «ne pas avoir honte de votre corps et de qui vous êtes en tant que personne sexuée».

L'artiste, qui représente très régulièrement des vagins et des vulves dans ses oeuvres, affirme avoir senti qu'un phallus s'imposait pour poursuivre sa série. Le résultat a fortement divisé l'assistance, et les multiples plaintes enregistrées par la mairie de New York ont fini par conduire à la suppression de la fresque dès mercredi, soit 3 jours à peine après sa finalisation.

Philosophe, l'artiste a réagi pour le Guardian:

«L'art est l'un des seuls domaines dans lesquels il est possible d'être réellement libre et de débattre autour de n'importe quel sujet; il permet de traduire et de transformer le langage dans toutes les directions possibles.»

Belle joueuse, Carolina Falkhort n'a pas crié à la censure, préférant sans doute se concentrer sur les prochaines fresques qu'elle compte peindre à New York et ailleurs.

Slate.fr

Newsletters

Vous souvenez-vous de Pigalle avant la gentrification?

Vous souvenez-vous de Pigalle avant la gentrification?

Dans son documentaire «Le Pigalle, une histoire populaire de Paris», David Dufresne revient sur l'époque où ce quartier n'avait pas encore subi le lissage de la gentrification.

Ces idées façonnées par le langage

Ces idées façonnées par le langage

Parce que les mots évoluent en même temps que les sujets qu'ils décrivent, ils reflètent la transformation des idées qui traversent la société.

«M», qui fut maudit, mais ne l’est plus

«M», qui fut maudit, mais ne l’est plus

Le film de Yolande Zauberman accompagne avec exigence et émotion le retour d’un homme là où il fut violenté dans son enfance. Et c’est un monde qui s'ouvre sous leurs pas.

Newsletters