Sciences / Santé

De plus en plus de femmes enceintes fument du cannabis

Temps de lecture : 2 min

Les experts sont encore divisés quant aux risques encourus. 

 | Cannabis Culture via Flickr CC License by
| Cannabis Culture via Flickr CC License by

Fin d'un tabou ou tendance inquiétante? Un nombre croissant de femmes enceintes fumeraient du cannabis, pour lutter notamment contre le stress mais aussi les nausées et autres maux de tête qui accompagnent la grossesse. D'après l'étude américaine à l'origine de ce constat et parue cette semaine, les adolescentes et les jeunes adultes seraient particulièrement concernées.

Aux États-Unis, la proportion de femmes enceintes consommant du cannabis serait passée de 4,2% à 7,1% de 2009 à 2016. Parmi les moins de 18 ans, ce taux est passé de 13% en 2009 à près de 22% en 2016. Et de 10% à 19% chez les femmes âgées de 18 à 24 ans.

C'est en se basant sur un large échantillon de plus de 279.000 femmes enceintes que les chercheurs ont observé de telles hausses. Toutes étaient suivies dans des cliniques qui effectuent automatiquement, auprès de toutes les futures mamans, un test de dépistage du THC. Celui-ci permet de déterminer si la patiente a fumé du cannabis, ou en a consommé sous une autre forme, durant les 30 derniers jours.

Un sujet sensible

Parallèlement, les femmes étudiées ont été amenées à indiquer, via des questionnaires, si elles fumaient du cannabis, à quelle fréquence et en quelles quantités. Parmi celles qui se sont révélées positives au test du THC, 55% s'étaient abstenues de le déclarer par écrit. En cause, probablement: les nombreuses injonctions médicales –mais aussi sociétales– autour de la grossesse, qui contribuent à l'ultra-culpabilisation des femmes enceintes.

Si les risques que peuvent représenter la cigarette et l'alcool pour la santé du foetus ont été prouvés à de nombreuses reprises, ceux du cannabis seraient eux, moins évidents. Tout du moins, tant que le cannabis n'est pas mélangé à du tabac, selon les experts. C'est surtout ce dernier, insistent-ils, qui est nocif.

Le rôle de la légalisation

Les auteurs de l'étude semblent pointer du doigt la légalisation du cannabis par plusieurs États américains, dont la Californie, où ont justement été menées les recherches en question. Pour Barbara Yankey, «le recours croissant au cannabis durant la grossesse peut être lié à la légalisation de la marijuana médicinale, qui pousse les gens à percevoir cette drogue comme moins dangereuse».

Pourtant, affirme-t-elle, les femmes qui fument du cannabis seraient plus exposées aux risques d'accouchement prématuré et donneraient naissance à des bébés plus frêles. D'autres médecins se veulent moins alarmistes et sous-entendent qu'une consommation occasionnelle ne présenterait pas de risques. Face à ce flou médical, souligne Dr Horsager-Boehrer, éditrice du blog américain Your Pregnancy Matters, certaines femmes adoptent «une vision plus pragmatique de la grossesse. Elles savent qu'elles sont exposées à divers risques potentiels tels les médicaments, l'alcool, le tabac ou autre, mais estiment que ces risques sont acceptables car encore mal identifiés et incertains».

Slate.fr

Newsletters

Dix minutes de méditation par jour améliorent l’efficacité du cerveau

Dix minutes de méditation par jour améliorent l’efficacité du cerveau

On prête moult vertus à la méditation de pleine conscience, parfois sans base scientifique. Pour ce qui est d’améliorer la concentration ou la mémoire de travail, la science a parlé, et elle valide.

Je suis colère, donc je suis

Je suis colère, donc je suis

Dans les sciences, la sphère féministe ou en politique, le règne de l'esprit cartésien vacille.

Voir une étoile exploser, à l'œil nu et en plein jour, c'est possible

Voir une étoile exploser, à l'œil nu et en plein jour, c'est possible

Le phénomène reste rarissime.

Newsletters