Égalités / Culture

Un film sur le viol provoque un puissant mouvement de révolte des Pakistanaises

Temps de lecture : 2 min

La censure du film «Verna» impose (enfin) le débat #MeToo au Pakistan. 

Sara (Mahira Khan) dans «Verna» (capture)
Sara (Mahira Khan) dans «Verna» (capture)

Le film Verna, sorti en novembre et réalisé par Shoaib Mansoor, a enflammé le Pakistan. Son intrigue: une jeune femme est violée par le fils d'un homme politique influent. Elle entame alors, seule, un long périple pour que justice soit rendue. Un sujet tabou dans ce pays où les femmes sont encore largement dépourvues de droits fondamentaux.

Sans surprise, Verna a d'abord été censuré, avant d'être de nouveau autorisé face à la grogne populaire provoquée par cette interdiction. Car entre temps, l'esprit du puissant mouvement #MeToo est passé par là. Et même au sein de la très conservatrice République islamique pakistanaise, l'impunité des agresseurs se voit progressivement remise en question.

Seule contre tous

C'est Mahira Khan l'actrice «la plus populaire et la mieux payée» du Pakistan, d'après le New York Times, qui incarne Sara, compagne d'un homme handicapé avec lequel elle forme un couple heureux... Elle se fait kidnapper et subit des viols à répétition durant trois jours, avant d'être relâchée. S'amorce ensuite un éprouvant combat pour que les responsables soient punis. Résignée d'avance car consciente de la passivité de la justice en matière d'agressions sexuelles, la famille de la victime choisira de rester silencieuse. De son côté, le mariage de Sara s'en verra inéluctablement affecté et sombrera dans un cercle malsain. La jeune femme n'aura plus qu'à se battre seule et, pour cela, n'hésitera pas à recourir à des méthodes aussi risquées que radicales.

Un film qui écorche «l'image des institutions étatiques»

Considéré comme déviant par le Pakistan’s Central Board of Film Censors, le drame social a été immédiatement censuré. L'instance audiovisuelle l'a notamment accusé de «ternir l'image des institutions étatiques». Une décision contre laquelle s'insurge rapidement toute une partie de la société pakistanaise –médias compris– via la campagne #UnbanVerna (Autorisez Verna). Une mobilisation fructueuse, puisque la censure du long-métrage sera finalement levée.

En salles depuis le 17 novembre dernier, Verna a permis à la vague de révolte post-Weinstein de trouver, enfin, une résonance au Pakistan. Depuis sa sortie, les témoignages de victimes de sévices sexuels se multiplient de manière exponentielle sur les réseaux sociaux. Morale de l'histoire: en voulant à tout prix étouffer le sujet, les autorités n'ont fait que mettre de l'huile sur le feu et lui offrir une publicité phénoménale. C'est ce qu'on appelle l'effet Streisand.

Un écho à #MeToo

La comédienne Mahira Khan le revendique, Verna s'inscrit dans le mouvement #MeToo en ce qu'il diffuse l'idée que rester silencieuse face à l'injustice n'est «plus une option»:

«C'est ce que mon personnage prouve. Elle parle haut et fort et c'est ce que les médias pakistanais, le grand public, les internautes et les fans ont fait en exigeant que l'interdiction du film soit annulée.»

«C'est tellement ironique qu'à la lumière du mouvement #MeToo, une oeuvre de fiction mettant en scène une survivante de viol qui se bat contre les autorités soit bannie» et, ce faisant, «fasse de la question un débat de premier plan», commente quant à lui Iram Parveen Bilal, réalisatrice pakistanaise ayant acclamé le film.

Verna rappelle inévitablement, d'après le New York Times, l'histoire vraie de Mukhtar Mai, jeune villageoise victime d'un viol en réunion en 2002. Au lieu de se suicider, «comme le font souvent les victimes de viol en milieu rural», elle avait osé porté plainte contre ses agresseurs, devenant ainsi l'emblème de la lutte pour les droits des femmes au Pakistan.

Newsletters

Deux massacres sans importance: Pointe-à-Pitre 1967 et Philadelphie 1985

Deux massacres sans importance: Pointe-à-Pitre 1967 et Philadelphie 1985

D'où vient l'indifférence qui nimbe la longue histoire de la répression policière des minorités?

Le catch féminin, ou l'histoire d'une prise de pouvoir

Le catch féminin, ou l'histoire d'une prise de pouvoir

Il aura fallu attendre plus d'un siècle pour que les catcheuses s'imposent sur le ring, et le chemin est encore long pour que la discipline soit réellement inclusive.

Les classes populaires paient le plus lourd tribut au Covid-19

Les classes populaires paient le plus lourd tribut au Covid-19

Les personnes qui occupent les emplois les moins rémunérés sont particulièrement exposées au coronavirus. En temps de crise, cette situation pourrait aggraver les inégalités sociales de santé.

Newsletters