Monde

Après s’être trompés sur le Brexit et Trump, les sondeurs ont fait leur grand retour en 2017

Repéré par Fabien Jannic-Cherbonnel, mis à jour le 23.12.2017 à 17 h 15

Repéré sur Kantar

Les sondages ont eu presque tout le temps raison cette année.

Les résultats de la présidentielle 2017 affichés à Marseille. BORIS HORVAT / AFP.

Les résultats de la présidentielle 2017 affichés à Marseille. BORIS HORVAT / AFP.

Qui aurait prédit la victoire du oui au référendum du Brexit ou celle de Donald Trump contre Hillary Clinton ? Sûrement pas les sondeurs qui s’étaient (quasiment) tous trompés. Vilipendés par les médias en 2016, les instituts de sondage ont fait leur grand retour cette année… et ne ce sont presque pas trompés.

L’année 2016 avait pourtant été horribilis pour les sondeurs. Personne n’avait été capable de prévoir la victoire du oui au référendum britannique sur l’appartenance du pays à l'Union européenne en juin. Quelques mois plus tard, rebelote, la profession s’est trompée et n’a pas réussi à prédire la victoire de Donald Trump. Remis en cause par les médias, les sondeurs se demandaient ce qui avait bien pu se passer. «Vote secret», «manque d’anticipation», «mauvais calculs», les explications étaient nombreuses, expliquait à l’époque France 24.

Mais comme l’explique Quartz, les sondeurs ont vu juste cette année, malgré le nombre impressionnant d’élections jugées imprévisibles en Europe. D’après les chiffres de l’institut de recherche britannique Kantar, la marge d’erreur des sondages (sur 15 élections) n’aura été que de 1,9% en moyenne, soit en dessous de la norme de 2,5%. Kantar propose de visualiser les résultats sous la forme d’un graphique :

D’après l’entreprise, ce sont les sondages du premier tour de l’élection présidentielle française qui ont été les plus précis, avec une marge d’erreur de seulement 0,2%. Cela en fait les sondages les plus précis de l’histoire française. L’Allemagne est, à contrario, le pays dans lequel les sondages les plus consistants.

Que s’est-il passé entre 2016 et 2017 ? D’abord, ces élections n’avaient rien de comparable avec le Brexit ou l’avènement de Trump. Ensuite, d’après Kantar, les instituts de sondage ont amélioré la façon dont ils travaillent, mettant en place de «meilleurs échantillons» et partageant les «meilleurs usages entre les différents instituts».

Reste à savoir si cette tendance se confirmera dans les mois à venir. Il faudra que les instituts soient capables de prédire correctement les prochaines élections italiennes ainsi que les élections américaines de mi-mandat.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte