Monde

La seconde vie des stations de métro abandonnées

Temps de lecture : 2 min

Un voile de mystère et de fantastique entoure les stations de métro abandonnées, explique El Viajero, un site du journal El Pais, qui se livre à un rapide tour du monde des ces lieux étonnants. Certaines d'entre elles peuvent s'apercevoir depuis un wagon. D'autres, réhabilitées et converties en musées, se visitent. C'est le cas, par exemple, de la station Chamberí, à Madrid, construite en 1919 lors de la création du métro et fermée dans les années 1960. 

Londres comporte des dizaines de stations closes, charriant un grand nombre de légendes. A l'ancien arrêt British Museum, le mythe voudrait qu'un vieil égyptien apparaisse la nuit, vêtu d'un cache-sexe. Avec sa décoration Art nouveau, la station Aldwich, inutilisée depuis 1994, sert parfois de lieu de tournage pour des films, comme «V pour Vendetta ». Lors de la seconde guerre mondiale, cette même station abritait les Londoniens pendant les bombardements. El Viajero fait aussi un détour par Berlin, New York et Paris. St Martin serait, d'après l'article, la station abandonnée la mieux conservée de la capitale.

[Lire l'article complet sur El Viajero]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: métro parisien via Flckr

Newsletters

Dans la lutte contre le coronavirus, Cuba s'impose comme un allié de choix

Dans la lutte contre le coronavirus, Cuba s'impose comme un allié de choix

La médecine cubaine est aujourd'hui appelée à la fois à protéger la population de l'île face au Covid-19 et à aider divers pays étrangers, dont l'Italie et la France.

Migration: quand le stigmate change de camp

Migration: quand le stigmate change de camp

Le cas des Européen·nes bloqué·es ou expulsé·es de pays étrangers nous invite à réfléchir au sens profond de la liberté de circulation.

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Avec près de 40.000 personnes par kilomètre carré, la propagation du virus serait un désastre.

Newsletters