Monde

La seconde vie des stations de métro abandonnées

Temps de lecture : 2 min

Un voile de mystère et de fantastique entoure les stations de métro abandonnées, explique El Viajero, un site du journal El Pais, qui se livre à un rapide tour du monde des ces lieux étonnants. Certaines d'entre elles peuvent s'apercevoir depuis un wagon. D'autres, réhabilitées et converties en musées, se visitent. C'est le cas, par exemple, de la station Chamberí, à Madrid, construite en 1919 lors de la création du métro et fermée dans les années 1960. 

Londres comporte des dizaines de stations closes, charriant un grand nombre de légendes. A l'ancien arrêt British Museum, le mythe voudrait qu'un vieil égyptien apparaisse la nuit, vêtu d'un cache-sexe. Avec sa décoration Art nouveau, la station Aldwich, inutilisée depuis 1994, sert parfois de lieu de tournage pour des films, comme «V pour Vendetta ». Lors de la seconde guerre mondiale, cette même station abritait les Londoniens pendant les bombardements. El Viajero fait aussi un détour par Berlin, New York et Paris. St Martin serait, d'après l'article, la station abandonnée la mieux conservée de la capitale.

[Lire l'article complet sur El Viajero]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: métro parisien via Flckr

Newsletters

Le bilan économique de Donald Trump n'est peut-être pas celui que vous croyez

Le bilan économique de Donald Trump n'est peut-être pas celui que vous croyez

Sur aucun point on ne peut dire que, après ses quatre ans de mandat, l'Amérique est réellement «great again».

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 16 au 22 novembre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 16 au 22 novembre

Plongée dans la logorrhée du futur ex-président américain.

L'élection de Joe Biden peut rebattre les cartes en Asie-Pacifique

L'élection de Joe Biden peut rebattre les cartes en Asie-Pacifique

S'il réactivait l'accord transpacifique duquel Trump s'était retiré, le futur président des États-Unis troublerait la toute nouvelle plus grande zone de libre-échange au monde.

Newsletters