France

Et Macron acheva de dépolitiser la France

Gaël Brustier, mis à jour le 23.12.2017 à 8 h 03

Trente ans d’alternances sans alternative ont rongé jusqu’aux réflexes civiques des électeurs français. 2017 marque la fin d’un système partisan mais aussi l’avènement d’une stratégie de dépolitisation redoutable pour les oppositions.

Emmanuel Macron accueillant l'Equipe de France féminine de handball à l'Elysée, le 18 décembre 2017 l Ludovic MARIN / AFP

Emmanuel Macron accueillant l'Equipe de France féminine de handball à l'Elysée, le 18 décembre 2017 l Ludovic MARIN / AFP

Après la crise de 2008 plusieurs pays ont connu des crises de régime. L’Union européenne (UE) elle-même a été touchée. La Ve République ne fait pas exception. Depuis le lancement de sa campagne présidentielle et a fortiori depuis son élection, Emmanuel Macron mène une stratégie de dépolitisation qui vise à la stabilisation du régime.

«Et en même temps»: une France sans clivages?

Le «Et en même temps» est la marque de fabrique du macronisme. Il ne révèle pas des clivages, ne définit pas des choix. Non. Il les nie. Il les fond dans un intérêt général prédéfini, patiemment construit par un implacable appareil idéologique. Cependant «Et en même temps» c’est aussi une réponse à une forme de lassitude qui a sapé la légitimité du système partisan de la Ve République inapte à définir un projet mobilisateur aux yeux des Français et incapable de donner des résultats concrets. Les Français ont ainsi connu trente années d’alternances sans alternative, trente longues années durant lesquelles le débat public est passé, assez symboliquement, de la contestation légitime de la raison d’État dans l’affaire du Rainbow Warrior à la mise en cause d’un voyage en avion du Premier ministre en fonction. Du régalien aux notes de frais, voilà la teneur des querelles politiques des années 1980 aux années 2010. Un déclassement sinon un déclin de la vie politique française.

D’accord avec tout le monde?

Dans les débats télévisés précédant le premier tour de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron apparaissait souvent en accord avec ses adversaires, leur manifestant son approbation et suscitant ainsi des interrogations quant à sa stratégie de campagne tant son refus de cliver était marqué. À chaque fois, il réussissait à incarner une option politique, une France, un camp et en même temps l’opposé. La campagne Macron, étonnante en cela, fut captable de rassembler d’anciens ministres d’à peu près tous les partis de gouvernement de la Ve République depuis les années 1970. On pouvait être Robert Hue et en même temps François Bayrou, Daniel Cohn-Bendit et en même temps Alain Madelin.

 

 

Incarner l’ensemble du champ politique

Emmanuel Macron procéda, durant sa campagne, exactement comme Jean-Pierre Chevènement en 2002 mais avec un horizon idéologique opposé, une intention radicalement différente et l’appui d’une sociologie très différente de celle visée alors par le «Che». Durant toute la campagne, mezzo voce, Emmanuel Macron prétendit donc incarner l’ensemble du champ politique français, du moins celui du «cercle de la raison»… La différence est évidemment que Chevènement entendait quant à lui révéler un autre clivage que le clivage gauche-droite et que ce n’était qu’en le subvertissant qu’il pouvait le faire éclore. Depuis 1992 et le référendum sur le traité de Maastricht fondateur de l’Union européenne, des éléments de recomposition du paysage politique sont certes apparus. Si Chevènement s’inscrivait en opposition à Maastricht et entendait repolitiser les enjeux, Emmanuel Macron assume totalement les politiques mises en place depuis le TCE (Traité sur le fonctionnement de l'UE) et la part importante de dépolitisation contenue dans l’européanisation du politique. Si Emmanuel Macron n’en est évidemment pas l’architecte, il assume néanmoins avec constance le fait d’en être un gardien.

Avant l’Union européenne, la Ve République manifesta un biais propice à la dépolitisation par la promotion de la compétence technicienne.

1958, année technocratique

La Constitution de 1958 se caractérisait par la «rationalisation» du parlementarisme mais également par la consécration de la figure du technocrate compétent prenant en charge les nécessaires réformes modernisatrices transcendant les clivages politiques. Depuis, le régime de la Ve République a connu deux mutations d’ampleur: la décentralisation et, plus déterminant, l’accélération d’une intégration européenne adoptant un agenda néolibéral et s’unifiant par ce que Fritz Scharpf a appelé «l’intégration négative». Conséquence quasi-mécanique de ce processus, la France est parvenue non au stade de la «rationalisation» du parlementarisme mais de sa relégation pure et simple. Le savant décompte du nombre de trajets en taxi de chaque député aura bientôt plus d’importance que la teneur de ses votes.

Après 1992, un clivage s’est ajouté au clivage gauche-droite qui avait lui-même succédé au clivage gaullistes-antigaullistes, ce clivage entre pro et anti Maastricht, aussi appelé clivage souverainistes-fédéralistes ou même, sous la plume de Régis Debray démocrates-républicains, a puissamment questionné le périmètre du politique et opposé deux visions du champ politique.

La Ve République, comme la CEE des origines, a professé une ardente foi technicienne. Il n’y avait pas de solution de gauche ou de droite, mais de «bonnes solutions» répondant à un intérêt général faisant consensus parmi les élites politico-administratives du pays. Le mythe technicien avait pris son essor dans les années 1930, décennie au cours de laquelle fut pensée la Constitution de 1958. Durant ces années, un foisonnement de réflexions répandit l’idée de la nécessité d’émanciper la décision politique de l’influence des masses. C’est dans le contexte des années 1930 que José Ortega Y Gasset publie ainsi La Révolte des Masses, réquisitoire contre le pouvoir des masses et en faveur de l’émancipation des élites méritantes. Notre régime est fondé sur l’idée qu’il faut se défier, désarmer, démotiver les masses. Pour les démotiver quoi de mieux que d’incarner tout et son contraire, une chose et en même temps une autre?

Le macronisme, une dépolitisation au service du régime

Emmanuel Macron est «et de gauche et de droite». Incontestablement produit par l’appareil politico-administratif entourant la campagne puis l’exercice présidentiel de François Hollande, Emmanuel Macron s’est, dans un contexte de crise endémique, fixé comme stratégie de nier clivages et antagonismes. Évidemment, son assise de départ est très identifiée, voire très circonscrite mais le discours tenu vise, comme tout césarisme, à unifier les contraires.

Emmanuel Macron est ainsi en fait la projection incarnée de l’ensemble du champ politique français ou, du moins, de la partie du champ politique qui adhère au consensus relatif à l’Union européenne, aux cadres du néolibéralisme adapté à notre continent et nos pays. De droite ou de gauche, de droite et de gauche, on peut se retrouver dans l’agenda politique macronien. Seuls les «extrêmes» sont exclus. Opposition de fait, ils sont délégitimés par une catégorisation qui les place à la marge du champ politique. Le PCF, la France Insoumise, Les Républicains, le Front national sont assimilés à l’extrémisme, au populisme, à la démagogie. Seul existe, non pas La République en Marche ou son groupe parlementaire, mais Emmanuel Macron qui donne à la fonction présidentielle une centralité renforcée.

L’Élysée + la haute fonction publique

Si le paroxysme est atteint en matière d’incarnation présidentielle, il l’est aussi par la montée en première ligne d’une haute fonction publique adhérant à un corpus de mythes modernisateurs depuis 1958 au moins. Les directeurs d’administration centrale sont ainsi reçus par le chef de l’État qui veille personnellement à ces nominations. C’est là encore une simple accentuation d’un des fondamentaux de la Ve République: le mythe du technicien compétent, au service de la France, par-delà les clivages. Quant au Parlement, le moins qu’on puisse dire c’est que la rationalisation est un euphémisme désormais le concernant. Michel Debré, l’un des principaux auteurs de notre Constitution, serait sans doute surpris de constater le rôle de plus en plus restreint de l’Assemblée nationale dans notre République.

Avançant dans le temps, notre République accentue les traits de ses origines: prééminence de la figure présidentielle, ascendant pris par la haute-fonction publique… le Parlement n’est donc plus rationalisé mais relégué. Les enquêtes d’opinion semblent accréditer que la dépolitisation est le remède à la crise de régime… mais pour combien de temps?

Gaël Brustier
Gaël Brustier (122 articles)
Chercheur en science politique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte