Égalités / Tech & internet

Jamais autant de femmes de 20 à 24 ans ne se sont donné la mort

Temps de lecture : 2 min

Le Royaume-Uni a enregistré une forte hausse du taux de suicide depuis 2006 sur cette classe d'âge en particulier. Certains pointent du doigt la «culture du selfie».

 | Marcino via Pixabay CC License by
| Marcino via Pixabay CC License by

Une «hausse sans précédent». C'est ainsi que les experts qualifient l'augmentation du nombre de femmes âgées entre 20 et 24 ans qui se sont donné la mort au Royaume-Uni sur une décennie. Le taux de suicide chez ces dernières a augmenté de 76% et ce alors même que les chiffres nationaux déclinent.

Au total, 118 Britanniques appartenant à cette tranche d'âge ont mis fin à leurs jours l'an passé, rapporte The Independent, contre 67 en 2006. Le taux de suicide chez les adolescentes de 15 à 19 ans a quant à lui augmenté de 20% dans cette même période. Celui de la population dans son ensemble a pourtant reculé de 4 points en 2016, sa plus forte baisse en vingt ans.

Certains experts, à l'image du porte-parole de l'ONG Mental Health Foundation Chris O’Sullivan, établissent un lien de cause à effet entre ces statistiques alarmantes et l'importance accrue des réseaux sociaux dans la vie des jeunes femmes. Pour lui, la «culture du selfie» et la pression du corps parfait véhiculées par Instagram n'y seraient pas étrangères:

«Les jeunes femmes font face à une immense palette de défis dont la plupart émergent trop rapidement pour que les adultes les saisissent. Le monde numérique et la manière dont les jeunes s'y identifient est un domaine sur lequel nous devons nous pencher davantage.»

Les idéaux de beauté souvent irréalistes véhiculés sur les réseaux sociaux peuvent directement ou indirectement affecter la santé mentale de leurs utilisatrices et les pousser à des conduites à risques. Régimes drastiques, troubles du comportement alimentaires, sport à outrance, notamment.

Atteinte à la santé mentale

Comme l'indiquait récemment Peggy Sastre dans un article intitulé «Les réseaux sociaux sont-ils en train de pousser les ados au suicide?», les suicides et les symptômes dépressifs chez les jeunes âgés de 13 à 18 ans sont repartis à la hausse aux États-Unis, depuis 2010, après une décennie de baisse constante. «Chez les jeunes filles, le taux de suicide a augmenté de 65% entre 2010 et 2015 et a été multiplié par deux depuis la fin des années 1990.»

Jean M. Twenge, docteure en psychologie et professeure à l'université de San Diego, pointe elle aussi les réseaux sociaux du doigt. Dans son étude «Les smartphones ont-ils détruit une génération?», l'experte américaine affirme que ceux-ci ont «changé radicalement tous les aspects de la vie des adolescents, de la nature de leurs interactions sociales à leur santé mentale».

Début décembre, l'actrice de films pornographiques August Ames se suicidait à seulement 23 ans. Après un tweet considéré par des milliers d'internautes comme homophobe, la Canadienne s'était retrouvée au cœur d'une violente polémique. Victime d'un véritable lynchage virtuel fait de harcèlement, d'insultes et de menaces, explique Thomas Deslogis, «August disparaît des réseaux, deux jours après quoi la nouvelle de sa mort est annoncée». Un issue tragique qui illustre à elle-seule la redoutable puissance du monde virtuel sur le quotidien –réel– de jeunes individus.

Slate.fr

Newsletters

Depuis #MeToo, les tournages de scènes de sexe de HBO ne sont plus les mêmes

Depuis #MeToo, les tournages de scènes de sexe de HBO ne sont plus les mêmes

Et l'initiative de la chaîne commence à se répandre à Hollywood.

Les bibles distribuées aux esclaves étaient expurgées de certaines références

Les bibles distribuées aux esclaves étaient expurgées de certaines références

Une bible de missionnaires anglais ne comportait que 10% de l'Ancien Testament.

Les hommes sous-estiment le niveau de harcèlement sexuel auquel sont exposées les femmes

Les hommes sous-estiment le niveau de harcèlement sexuel auquel sont exposées les femmes

Les femmes aussi, mais pas autant.

Newsletters