Sciences

Devons-nous ressusciter les espèces disparues?

Temps de lecture : 2 min

Le clonage d'espèces disparues ne pose pas seulement des questions éthiques, mais aussi écologiques.

Tigres de Tasmanie, au zoo national de Washington D.C., 1904 | Wikimedia Commons License by

La liste des espèces disparues, consignée à partir du début des années 1960 par l'UICN, s'allonge lentement mais sûrement. Pendant ce temps, les progrès de la génétique font leur chemin.

Des scientifiques, pris de scrupules ou sujets à une tentation démiurgique, envisagent de plus en plus de se servir des possibilités offertes par le clonage pour opérer une sorte de retour vers le futur et faire revivre des espèces éteintes.

Le 7 mars 2013, la Convention sur le commerce international des espèces menacées (CITES) signait l'arrêt de décès du tigre de Tasmanie, 77 ans après la mort du dernier représentant connu de l'espèce.

Or depuis, la séquence génétique de l'animal, aussi appelé thylacine ou loup marsupial, a pu être documentée et reconstituée, ce qui en théorie rendrait possible son clonage. Cette éventualité ne va pas sans poser de questions éthiques, mais également et surtout écologiques.

Devoir moral

«Nous étions responsables d'avoir chassé le thylacine jusqu'à son extinction –dans ce cas, c'est presque comme si nous devions aux espèces de les ramener [à la vie]», avance Andrew Pask, professeur à l'université de Melbourne, chargé des études sur l'ADN du marsupial.

Cette tentation n'est pas nouvelle. En 2003, une équipe de chercheurs espagnols et français avaient fait «revivre» le bouquetin des Pyrénées, en utilisant des tissus vivants prélevés sur la dernière représentante de l'espèce avant sa mort. Le clone nouveau-né avait survécu une dizaine de minutes, avant de mourir à son tour, et le projet avait été mis en sourdine.

Récemment, le quagga, une sous-espèce de zèbre d'Afrique du Sud décimée par les Boers, est à son tour réapparu sur les terres australes, ou presque. Une équipe de chercheurs, relevant qu'il appartenait à la même espèce que le zèbre des plaines, s'est servi de ce dernier pour réintroduire dans les cycles de reproduction le gène responsable des motifs zébrés propres au quagga. On a donc affaire ici à un cas d'ingénierie génétique, où une espèce proche de la disparue est utilisée pour la faire revivre, du moins sous ses traits les plus caractéristiques.

Conditions écologiques

À cet égard, le Guardian insiste sur le fait que s'il est possible de reconstituer une apparence en modifiant le génome d'une espèce, il s'avère bien plus problématique de recréer son comportement et son environnement écologique. Quand bien même serait-il possible de faire revivre ces espèces, leur survie dans un écosystème qui a lui-même évolué n'est pas garanti.

À propos du tigre de Tasmanie, Andrew Pask relevait d'ailleurs que «même si nous ne l'avions pas chassé jusqu'à l'extinction, nos analyses montrent que le thylacine avait une santé génétique très faible», ce qui laisserait supposer que sa population actuelle «serait très sujette aux maladies et ne serait pas en très bonne santé».

La disparition d'espèces devrait à cet égard être envisagée davantage comme un symptôme que comme le point d'orgue d'écosystèmes en péril. Réintroduire ces espèces alors que leur environnement s'est lui-même dégradé ne permettra pas de rétablir un équilibre. Ce ne sera jamais que restaurer une seule pièce au sein d'un ensemble décadent: louable, mais pas suffisant.

Slate.fr

Newsletters

Je suis colère, donc je suis

Je suis colère, donc je suis

Dans les sciences, la sphère féministe ou en politique, le règne de l'esprit cartésien vacille.

Voir une étoile exploser, à l'œil nu et en plein jour, c'est possible

Voir une étoile exploser, à l'œil nu et en plein jour, c'est possible

Le phénomène reste rarissime.

Ce que vous humez quand la pluie tombe

Ce que vous humez quand la pluie tombe

Vous pensiez que l’eau tombée du ciel n’avait pas de senteur?

Newsletters