Science & santéDouble X

Les femmes sont plus heureuses après 85 ans, quand leur mari est mort

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 16.12.2017 à 16 h 04

Repéré sur Newsweek

Une étude anglaise montre qu'alors que les hommes âgés et veufs sont plus déprimés, c'est l'inverse pour les femmes.

Grand-mère heureuse | ALEX SANTOS SILVA via Flickr CC License by

Grand-mère heureuse | ALEX SANTOS SILVA via Flickr CC License by

Pour une étude, des chercheurs ont posé à 8.000 adultes anglais douze questions sur le bonheur, la dépression, le sommeil, l'anxiété et la confiance en soi. Selon leurs réponses, ils étaient alors classifiés comme ayant ou non des problèmes de santé mentale.

En règle générale, les femmes de tous âges étaient plus déprimées que les hommes, sauf après 85 ans, lorsqu'elles se disaient plus heureuses. 

Pour  les 45-54 ans par exemple, 24% des femmes disaient avoir des problèmes de santé mentale, contre 16 à 18% des hommes. Mais après 85 ans, ces problèmes ne concernaient plus que 14% des femmes contre 19% des hommes. 

Selon Kate Lovett, une psychiatre du Royal College of Psychiatrists, cette différence vient probablement du poids des responsabilités domestiques, encore majoritairement prises en charge par les femmes. Or ces tâches diminuent lorsque les enfants sont plus âgés et les maris décédés.

«Les hommes célibataires, veufs ou divorcés sont plus susceptibles de faire des dépressions, et les hommes très âgés ont plus tendance à être seuls, explique Lovett. Paradoxalement, les femmes mariées sont souvent plus susceptibles d'être déprimées».

Bien que les femmes soient en moyenne plus déprimées, elles avaient plus tendance à en parler et à demander de l'aide, ce qui peut expliquer que le taux de suicide demeure plus élevé chez les hommes.

Les chiffres les plus inquiétants concernaient les jeunes Anglais, avec 28% des femmes de 16 à 24 ans qui souffraient de problèmes mentaux (contre 16% pour les hommes), et 18% d'hommes et femmes affectés pour les 25-34 ans.

Le nombre de jeunes atteints de maladies mentales a augmenté de 50% depuis 2012, et le directeur de l'association YoungMinds parle de «crise de santé mentale pour les enfants et les adolescents.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte