Science & santéScience & santé

Atteint d'une pathologie rare, cet homme se souvient de chaque jour de sa vie

Repéré par Léa Marie, mis à jour le 14.12.2017 à 11 h 19

Repéré sur The Independent

Joey DeGrandis est capable de se remémorer instantanément le moindre détail autobiographique.

Joey DeGrandis | Via Instagram @joeysjam

Joey DeGrandis | Via Instagram @joeysjam

Un rêve pour certains, un cauchemar pour d'autres. Les oublis, Joey DeGrandis ne sait pas ce que c'est. Sa mémoire est (pratiquement) sans faille et lui permet de se souvenir précisément des moindres détails de chaque jour de sa vie. 

Il a 10 ans lorsque ses parents se rendent compte que quelque chose ne tourne pas rond. Leur fils accumule une quantité incroyable de données et ses capacités mémorielles semblent démesurées. De son côté, Joey ne paraît pas affecté par ce don: il s'en sert au contraire, raconte The Independent, pour épater ses camarades.

«Quand quelqu'un faisait référence à un évènement remontant à plusieurs années, j'étais capable de dire, sans aucun effort: “Ah oui, c'était un lundi” ou “C'était le 20 juin”.»

Diagnostiqué hyperthymésique à 26 ans

Tout bascule pour lui en 2010. Alors âgé de 26 ans, Joey tombe sur un reportage de l'émission américaine 60 minutes, dédié aux individus souffrant d'hyperthymésie. Du grec huper, «avec excès», et thymesis, «se souvenir», le terme désigne une condition psychologique extrêmement rare induisant une «capacité exceptionnellement supérieure à accéder à des souvenirs autobiographiques». 

 

The token NYer/American needed his "iced coffee" #icedcoffee #italy #florence #summer2016

Une publication partagée par Joey DeGrandis (@joeysjam) le

Le jeune Américain se reconnaît immédiatement dans les témoignages des patients. «J'étais en Californie car je faisais un road trip avec un ami et j'ai décidé d'aller consulter le médecin qui traitait tous ces gens qui me ressemblaient», explique-t-il à Time Health

Professeur en neurobiologie à l'Université de Californie à Irvine, James McGaugh diagnostique le premier cas d'hyperthymésie au début des années 2000, lorsqu'une femme nommée Jill Price le contacte pour un «problème de mémoire».

À 48 ans, explique Ann Kato, professeure en neurosciences à l'Université de Genève, elle «peut se rappeler tous les jours de sa vie depuis qu’elle a 14 ans. Elle se souvient littéralement de tout ce qui lui est arrivé, tout ce qui était à la télévision et les grands événements mondiaux». À l'heure actuelle, il y aurait environ 30 cas similaires connus dans le monde.

Pas des ordinateurs vivants

Devenu spécialiste du syndrome hyperthymésique, James McGaugh confirme à Joey deGrandis qu'il en est atteint. Si avoir une excellente mémoire constitue un indéniable atout, cela ne va pas sans contreparties, souligne The Independent:

«Souffrir d'hyperthymésie ne se limite pas à avoir une inégalable capacité à se souvenir de toutes sortes de détails. Cela suppose aussi que lorsqu'un événement négatif survient, il est bien plus difficile de tourner la page.»

Un problème que balaie Joey d'un revers de main en affirmant: «Je me considère chanceux, j'ai jusqu'à présent eu une vie plutôt heureuse donc j'ai surtout des souvenirs agréables.» Pas sûr que ce soit le cas de tout le monde.

Le Dr James McGaugh tient toutefois à préciser que les gens à la mémoire autobiographique surdéveloppée ne sont pas pour autant des ordinateurs vivants. «Leurs souvenirs sont bien plus détaillés que les nôtres et s'étendent sur une plus longue période, mais ne sont pas non plus des enregistrements vidéo.»

Devenu un véritable cas d'étude, Joey DeGrandis se dit en tout cas ravi de «prêter» son cerveau à la science et espère qu'il contribuera ainsi à développer la recherche en la matière.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte