Double XCulture

«Interracial», le symbole du racisme qui hante l’industrie pornographique

Clément Arbrun, mis à jour le 18.12.2017 à 11 h 24

[Épisode 2] En réduisant l'acteur noir à sa «Big Black Cock» et en lui assignant systématiquement le rôle du voyou, le tag «interracial» prouve que le monde du X ne s'est pas encore débarrassé de son racisme.

XXX | Tim Parkinson via Flickr CC License by

XXX | Tim Parkinson via Flickr CC License by

Cet article est le deuxième volet de notre série «Le porno autrement», pour découvrir et décrypter l'univers du X loin des clichés.

Retrouvez aussi: 
Le porno féministe montre les femmes telles qu'elles sont et non telles qu'elles devraient être
Que risque-t-on à visionner du porno dans l’avion ou le train?
Les petites mains du porno

- Le porno trans* en pleine ébullition

«Girlfriend Addicted To BBC» [Big Black Cock, ndlr], «Tiny Blonde takes biggest interracial black cock!», «Curvy blonde gets her holes stretched by big black cock», «Petite Teen Destroyed By Two Monster Cocks»... Parfois, les mises en scène que nous propose le porno 2.0. excitent autant qu’elles dérangent.

De toutes les problématiques qui traversent l’industrie du X, la plus frappante, la plus graphique surtout, se résume à quelques syllabes: interracial. Une catégorie très prisée sur les plateformes de vidéos pornographiques, qui révèle un imaginaire au racisme aussi explicite que les corps fiévreux et musclés qui s’y déchaînent sous nos yeux.  

Idées noires

Contrairement à ce que son nom laisse à penser, rien de très melting pot dans l’interracial. Mais des vagues de vidéos dites de «Black on Blondes», où d’athlétiques hommes noirs s’en prennent à de jeunes actrices blanches et blondes. Ces scènes, des prods comme Black Screws Blondes en jettent à la pelle.

Sachez-le, l’interracial n’a rien de multiracial, comme le titrait récemment le Los Angeles Weekly. En une vaste confusion identitaire, se souciant peu de l’origine réelle des acteurs, l’industrie taille du tag à coups de critères physiques et jauge ce qui est «racial» et ce qui ne l’est pas. «J’ai joué aux côtés d’Asiatiques et de Mexicains... avant de tourner ma première scène “interraciale!”. Ce terme est stupide», décochait l’actrice Keisha Grey en 2015. Contresens avoué dès son intitulé, l’interracial est un monde fermé sur lui-même, un tag aux frontières ardues à ébranler. 

Côté Hexagone, difficile d’oublier la «pornographie éthnique» de CitéBeur.com, où des blacks cagoulés s’encanaillent au détour d’un HLM. Dans ces décorums glauques de cités qui crackent, Noirs et Arabes sont réduits à l’état de racailles à la garde-robe rudimentaire.

De l’autre versant de l’Atlantique, les productions Dogfart Network font carrément office de cas d’école, parcourues par des personnages hauts en couleurs qu’on penserait tout droit sortis d’un clip de rap désuet ou de GTA: San Andreas: lunettes noires, blousons de cuir, chaînes en or, casquettes à l’envers. Ne manquent plus que les pétoires chromées dans le short pour avoir l’attirail parfait.

Le lifestyle gangsta se conjugue automatiquement au doggystyle [levrette, ndlr]. L’expression «gang bang», sexualité groupée inséparable de productions comme Loads of Black ou Club West Coast, retrouve tout son sens à travers ces mauvais pastiches des films de ghettos américains des années 1990, toujours à deux doigts de l’autoparodie crasse.

Violence des représentations sociales

Là, la violence des corps ne fait qu’une avec celle des représentations sociales. La pornographie a beau impliquer les acteurs noirs dans des séquences de double pénétration ou de sexe anal hardcore (pas le temps pour la tendresse), le plus trash se produit au niveau des stéréotypes, et non des performances physiques.

«On accole à l’acteur porno noir un côté ghetto et bandit, moins habitué aux demeures bourgeoises qu’aux repères de fumeurs de crack», nous explique Jean-Raphaël Bourge, doctorant en science politique à l'Université Paris 8, spécialiste des sexualités et de la pornographie féministe. Les vidéos de Devils Gangbangs ne nous proposent que cela: un monde ultra-thug où le straight ass fucking, comprendre la sodomie brutale, est la principale forme de sexualisation de bandes de loubards portant bandanas et tatouages. 

«Imagine un personnage menaçant, agressif [...] qui pourrait très bien ne rien dire du tout et se contenter de baiser [...]: le Noir dans le porno c’est ça, une place rarement valorisante.»

Joss Lescaf

L’interracial est un nid que Joss Lescaf connaît sur le bout des doigts. Suite à son envol aux States, ce charismatique acteur français a croisé la route du photographe et cinéaste Greg Lansky, autre français exilé à la Cité des Anges et iconique pourvoyeur de productions du genre: à travers sa chaîne «Blacked», lancée en 2014 et depuis récompensée par pas moins de quinze AVN Awards (les Oscars du X), cet esthète recycle l’iconographie du «Black on Blondes» mais adoucit le tout en l’habillant d’une photographie très léchée, à l’élégance implacable.

Sous la direction de Lansky, Lescaf, touche à tout passé de Marc Dorcel à Jacquie & Michel, se dit entre de bonnes mains –et pas simplement parce qu’il côtoie des starlettes comme Lena Paul, Brandi Love ou Lennox Luxe. Non, cela lui permet surtout de fuir ces jeux de rôles tonitruants qui hantent l’autoproclamé porno «de races».

«Imagine un personnage menaçant, agressif, à la limite de la maltraitance, parfois quasi muet, qui pourrait très bien ne rien dire du tout et se contenter de baiser, dans les bois, dans une cave, en anonyme: le Noir dans le porno c’est ça, une place rarement valorisante», nous décrit-il.

Bref, l’homme noir est une ombre: il effraie et ne dit rien, il ne fait que passer et bander.    

Initials B.B.(C)

Dans une vidéo porno, un acteur noir est avant tout un corps. Baraqué, imposant. «Le corps de l’homme noir est hypersexualisé. C’est un objet de désir, un épouvantail –un corps noir n’est jamais neutre», analyse l’auteur Insa Sané dans un épisode du podcast Les couilles sur la table consacré aux «masculinités noires».

Le corps noir n’est pas seulement non-neutre, il est exacerbé: par ses jambes, ses bras...et, cela va de soi, son pénis. Prenons la série «Blacked». S’il délaisse tout un imaginaire gangsta très cheap, Greg Lansky ne se prive pourtant pas d’éclairer comme il se doit la «grosse bite noire»: la Big Black Cock.

L’un des plus spectaculaires épisodes met en scène Julio Gomez. Vous ne le connaissez pas? Vous vous en souviendrez: son sexe fait 36 centimètres. Lorsque l’actrice Alexa Grace (blonde, évidemment) le porte aux lèvres, ce n’est pas son physique harmonieux qui importe au spectateur blanc et hétéro, mais bien le gigantisme de son partenaire.

La mise en branle de l’érection confère progressivement à ces scènes des allures de fantasme anatomique totalement régressif. «On a l’impression de regarder King Kong!», commente Pascale Molinier, chercheuse en psychologie sociale à l'université Paris 13 Villetaneuse et auteure d’un article sur le porno hétérosexuel.

«Ce sexe, c’est tout autant un fantasme viriliste, qui fait bander les mecs, qu’une représentation bassement bestiale et animale –comme lorsqu’un gamin s’excite de voir un étalon monter une jument», ajoute cette convertie aux porn studies.

Quelques minutes suffisent pour que l’acteur se fasse voler la vedette par sa Big Black Cock. Certaines chaînes aux blazes bien frappés l’érigent en étendard: «Black Cock Workshiping», «Dick Monsters», «Black Monster Dicks»...Un tag qui à l’instar de BBW (Big Beautiful Woman) confère aux fantasmes le sens de leur (dé)mesure.

Contraste de taille

Si ce sexe nous paraît hypertrophié, c’est parce qu’il est soumis aux mains, bouches et autres orifices d’actrices légères et minces –affublées du sobriquet de «petites» ou de «skinny», voire de teenagers. C’est le cas des vidéos bigarrées de Teens Love Black Cocks et Teens on BBC, où le contraste de taille est saisissant: mastoc du sexe jusqu’aux pieds, l’homme noir s’envoie en l’air avec quelques baby dolls blanches et candides. Ainsi une vidéo issue de la chaîne «My Daughter Fucking A Black Dude» se voit elle titrée (en français): «Petite blonde de 40 kg, prend 30 cm de viande noire bien massive». Tout un programme.

D’une pirouette à l’autre, alors que son sexe domine l’écran, l’acteur noir est privé de son visage. Hors-champs et cadrages bruts le décapitent. Regardez pour vous en convaincre les prods Bang Bros: au bout de quelques minutes d’acte sexuel, le Noir n’a plus de face, seulement une «race» pour le déterminer. Son visage n’est plus filmé: il n’est alors qu’un sexe anonyme, une «enormous dick».

«Un acteur noir dont le sexe fait moins de vingt centimètres, et bien... c’est une petite bite!»

Joss Lescaf

Pour illustrer cet angoisse, contentons-nous de deux mots: glory hole. Le glory hole, c’est cette pratique issue de la culture gay et des clubs échangistes, popularisée dans les peep shows, consistant pour l’homme à introduire son sexe dans un trou, l’offrant à l’initiative du ou de la partenaire derrière le mur. Ce fantasme, les studios Dogfart en raffolent. Car plus le pénis est massif («massive» ou «huge cock» étant l’alpha du champ lexical interracial), plus ce jeu sexuel au cadre légèrement poisseux, se déroulant généralement dans des cabines de toilettes, prend sens. D’où le succès des «trous de la gloire» estampillés «black cock».

Il suffit même d’une simple gorge profonde, gimmick de ce rituel fétichiste, pour que le comédien noir disparaisse totalement.

«Quand tu es un acteur porno noir, tu es obligé d’avoir un physique au-dessus de la moyenne pour rester, pour faire partie de “l’élite” de ce genre-là, nous assure Joss Lescaf, car un acteur noir dont le sexe fait moins de vingt centimètres, et bien... c’est une petite bite!»

Porno postcolonial

Ce porno-là paraît trop gros pour être vrai, pourtant il perdure. Interrogé par Business Insider, la pornstar Mickey Mod fustige les pitchs aléatoires qu’on lui a jeté au visage, du sempiternel rôle du dealer aux situations de pénétration forcée: «La femme est dans sa maison, elle rentre de l’école, et tu rentres chez elle par effraction.»

Pis, qui dit interracial dit intersectionnalité. Une actrice noire ou «ebony» –le tag qu’on lui accole– doit quant à elle s’habituer aux manières vulgos de la gangsta bitch, ou «salope du ghetto», l’inébranlable stéréotype du gonzo.

Dans les vidéos torpillées à la chaîne de Ghetto Gaggers, la «biatch» en question est ainsi destinée aux pratiques les plus hard, du facefucking (une gorge profonde forcée et brutale) au «painal» (l’anal douloureux, le «pain anal»). 

La pornstar Nikki Darling le déplore: le porno mainstream est hanté par cette idée selon laquelle «les femmes noires ne sont jamais aussi innocentes qu’une fille blanche et blonde». Sa collègue Janice Griffith, elle, résume tout ce système à une vaste «fétichisation des ethnies». 

«Ne vous y trompez pas: ici, ce sont bien la femme blanche, actrice, et le producteur blanc, qui, à destination des Blancs, dominent l’homme noir et l’instrumentalisent.»

Marie-Anne Paveau

Face aux images dont le «porno ethnique» nous inonde, une boîte comme Blacked prend les devants et insiste sur son intitulé: «Interracial Fantasy». Comprendre: tout cela est de l’ordre de l’imaginaire. Oui, mais de quel imaginaire, au juste? «Ces représentations sont celles, typiques, du colonisé: cette iconographie est l’apanage des pays colonisateurs, réduisant l’homme noir, le “nègre”, à un grand pénis», nous répond Pascale Molinier.

Car l’astuce, c’est que dans l’interracial, le mâle dominant n’est pas celui qui redouble d’efforts au sein de la vidéo. Non, il est celui qui la finance ou la mate. «Ne vous y trompez pas: ici, ce sont bien la femme blanche, actrice, et le producteur blanc, qui, à destination des Blancs, dominent l’homme noir et l’instrumentalisent: un personnage qui sous nos yeux devient un objet, un sex toy, une fuck machine», nous assure Marie-Anne Paveau, auteur de l’essai Le Discours Pornographique (La Musardine, 2014).

Jean-Raphaël Bourge lui n’hésite pas à employer les termes qui fâchent: porno post-apartheid, postcolonial. «On est dans une ère post coloniale, sans tiret: la colonisation se poursuit. Ce sont d’identiques rapports de soumission qui perdurent», développe-t-il. Des mots qui n’ont rien de vraiment sexy. 

Liaison interdite

Sexy, le racisme du porn fait tout pour l’être pourtant. Le porno emboîte racisme et glamour en tout bien pratique: le tabou, cet or noir. À l’instar de l’inceste et du sleep assault (mise en scène d’un «faux viol» sur une compagne endormie), l’interracial nous raconte l’histoire d’une liaison interdite, une situation qui ne devrait pas avoir lieu. Un peu comme si le porno «de races» était un remake explicite et continuel de Lady Chatterley, remanié à la sauce blaxploitation. Un Devine qui vient dîner? hardcore qui en serait resté au stade zéro de l’évolution sociale.

«Quand tu te balades à Miami et à Los Angeles, personne ne se mélange, d’où l’aspect tabou et raciste de l’interracial: les Noirs et les Blancs ne doivent pas se mélanger, c’est comme ça, et shooter ces scènes paraît transgressif», témoigne Joss Lescaf.

«Quand tu fais de l'interracial, tu te fais insulter. Partout.»

Liza del Sierra

La preuve: la dernière fois que l’acteur a revu Brandi Love, pornstar cataloguée comme l’éternelle «MILF» [Mother I'd Like to Fuck, ndlr] du business pour adultes, celle-ci lui a raconté l’émoi durable de sa fanbase suite à son passage remarqué du côté de «Blacked»:

«À l’époque, c’était la toute première scène qu’elle faisait avec un Noir. Ses fans étaient surexcités: ils avaient juste envie qu’elle se confronte à une “bonne grosse bite noire”. Aujourd’hui, ils ne lui parlent que de ca, comme si cette “bonne grosse bite noire” avait effacé toute sa carrière!», s’amuse-t-il.

Mais parfois, les aficionados voient d’un très mauvais œil cette «toute première fois». La prolifique hardeuse Liza del Sierra, qui a tout connu –de Manuel Ferrara et John B. Root aux gonzos de John Stagliano–, en témoigne crument dans le do-cul d'Alexandra Alévêque, 21 jours classés X:

«Quand tu fais de l'interracial, tu te fais insulter. Partout. Durant mon premier séjour aux États-Unis, j'ai fait beaucoup d'interracial car je n'avais aucun tabou là-dessus. Puis j'ai reçu des emails hyper agressifs, type: “tu vas mourir du SIDA!”».

Fantasme bourgeois

On le devine très vite, ce racisme sexy n’a rien de subversif. S’il renverse ce qui est autorisé, c’est pour mieux faire perdurer une norme inébranlable. Prenez un tag porn des plus tendances si vous vous en doutiez: le cuckold. Le cuckolding, ou candaulisme, est une pratique échangiste qui consiste à observer sa compagne coucher avec une tierce personne.

Ce fantasme voyeuriste teinté d’infidélité consentante base une grosse partie de son fun sur l’humiliation du mari cocufié. Le troisième mec en question, sans surprise, est généralement noir. L’idée de liaison interdite par l’interracial est claire: la polyandrie fait de l’homme noir un fantasme bourgeois, une transgression éphémère. Celui qu’on n’avait pas invité «à dîner» perturbe un temps l’harmonie du couple blanc, mais un temps seulement.

«L’interracial nous propose un mix entre représentations caricaturales et tabous qu’il faudrait violer, une recette qui évoque un autre fantasme, purement orientaliste: le dévoilement des femmes arabes par les hommes blancs», décrypte pour nous Marie-Anne Paveau.

Une pratique courante durant la guerre d’Algérie, passée du contexte religieux et politique aux gangbangs de l’imaginaire porn. Un détour du côté de la fameuse catégorie «beurette» nous le confirme. Ici, l’acte transgressif, consistant littéralement à «lever le voile», n’est en fait qu’une façon humiliante d’affirmer des rapports de pouvoir évidents. Le renversement porno par A+B. 

Vers un X sans catégorie?

Mais faut-il brûler l’interracial? On hésite: l’objet est fascinant. Tout en racontant ce que le porno 2.0. peut avoir de plus archaïque, il en est la quintessence. L’emblème d’une génération tags.

«Je suis Latina, dominicaine, à moitié-noire, à moitié-chinoise... Ça dépend de quel site tu mates» s’amuse l’actrice Janice Griffith. La «fétichisation des ethnies» qu’elle dénonce est un inconditionnel de la pornographie actuelle. Le racisme porn outrepasse la barrière de la peau et glisse doucement le long des cheveux: blonde, redhead, short-hair, sans omettre brunette, désignation des brunes penchant trop sérieusement vers la craspec sonorité beurette.

Peut-être faudrait-il alors commencer à rêver. Imaginer du contenu pour adultes dénué de toute catégorisation réductrice. Du désir sans cases. Dans le monde du X, cette réflexion n’a plus grand-chose d’un délire utopiste.

«Tout ce délire autour de l’interracial n’a aucun sens. Pourquoi la couleur de la bite devrait-elle avoir une importance? »

Charlotte Sartre

La superstar cataloguée queer et black Mickey Mod aimerait balayer ces étiquettes du revers de la main et rêve «d’être dans un monde sans aucune catégorie: hétéro, gays, queer, blanc, interracial, tous ensemble dans un même film [...]. Un monde où les gens pourraient juste explorer leur sexualité sous toutes ses formes».

L’une des dernières belles révélations du milieu, l’actrice Charlotte Sartre (comme Jean-Paul, oui), a quant à elle franchement mal à son existentialisme. Interrogée par Le Tag Parfait, elle le déplore:

«Tout ce délire autour de l’interracial n’a aucun sens. Pourquoi la couleur de la bite devrait-elle avoir une importance? D’autant plus que l’argument selon lequel les mecs noirs ont une plus grosse queue est faux. Je me suis tapé plein de Blancs tout aussi bien membrés [...]. Et puis quand les actrices noires baisent des mecs blancs, ce n’est même pas catégorisé comme de l’interracial...»

Sartre peste sur ces fantaisies bas de gamme où plane «une fascination, une fétichisation bizarre pour “l’homme noir grand et fort” qui malmène la “pauvre femme blanche”». Pour l’actrice, le porno reste le lieu idéal pour faire changer les mentalités.  

Rayons de supermarché

Quand on lui souffle quelques mots sur cette accroche choc de «porno postcolonial», Joss Lescaf nous remet les pendules à l’heure. Pour l’acteur, le référencement «black» a beau inclure tout et n’importe quoi, il n’est avant tout qu’une manière pour les consommateurs de se repérer «à travers une grande profusion de produits, comme lorsque tu te balades dans les rayons d’un supermarché». Ce sont ces milliers de spectateurs qu’il faudrait éduquer.

Il n’empêche, le tag a ses raisons que la raison ignore: de ce système démocratisé du tag, l’acteur déplore le côté obscur, «ce fétichisme qui peut vriller à l’insulte gratuite, comme les tags “slut” ou “whore”: des noms super irrespectueux et dégradants pour l’actrice, qui ne relèvent en rien de la “catégorisation” logique».

Or, pour Marie-Anne Paveau, la mort des tags ne serait pas forcément l’idée du siècle. «La catégorisation est le fondement de la pornographie, du stéréotype, du marketing, mais aussi de la langue, du champ lexical: ce sont des catégories nécessaires, des repères et des cartes du monde», nous dit-elle. 

Mais peut-être est-il justement temps que ce «monde»-là s’effondre? Déjà, le porno ethnique se confronte au porno éthique. La féministe Paulita Pappel, à qui l’on doit la channel Lustery (du porno indé et naturaliste entre couples, par des couples), en appelle à la réorganisation des rayons du supermarché: 

«Tous ces tags racistes et misogynes, il faudrait que l’industrie arrête de les promouvoir. Il faut prendre conscience de comment on parle du porno. La façon dont on utilise le langage est importante, il faut le faire de manière consciente pour faire enfin bouger ce statu quo sexiste et raciste qui pèse dans le milieu», s’alarme-t-elle.

Cet adieu à un langage flattant les plus bas instincts passerait donc tout autant par le refus des tags misogynes, du Big Boobs au Shaved Pussy, autres nuances de catégorisation dégradante. 

«La vraie raison pour laquelle les actrices refusent de tourner avec hommes noirs, c’est parce que leurs petits amis n’aiment pas ça.»

Janice Griffith

Car oui, sexisme et interracial sont les deux facettes d’une même pièce. «La vraie raison pour laquelle les actrices refusent de tourner avec hommes noirs, c’est parce que leurs petits amis n’aiment pas ça» a récemment tweeté l’actrice Janice Griffith.

L’ex-pornstar Aurora Snow le détaille dans une tribune au Daily Beast: l’interracial s’érige en tabou en partie à cause de la jalousie de compagnons trop possessifs. Face à l’adage de mecs «once you get black, you never get back» [«une fois que vous vous êtes mise aux blacks, il n'y a plus de retour en arrière», ndlr], imposant l’interracial comme une catégorisation plus accablante pour une jeune actrice que le sexe anal, Snow privilégie un mot d’ordre délibérément girl power: «Il est peut être temps de ne plus laisser les mecs dicter leurs règles.»

L’ancienne performeuse évoque la nouvelle génération, celle dont Charlotte Sartre fait partie. Cette génération Y du X, en quête d’émancipation, qui n’a plus envie de déterminer ses choix de carrière en fonction des exigences de son entourage masculin –agents ou petits amis.  

Switch social

Pendant ce temps, l’interracial continue sa route, pas forcément pavée des meilleures intentions. Courant octobre, Greg Lansky est revenu à ses premiers amours avec la création toute fraîche d’une ultime chaîne: «Blacked Raw». Un cousin éloigné de «Blacked», remanié à la sauce sextape de luxe.

Le mood est identique. «Blacked» nous dévoilait des acteurs noirs s’ébattant dans des intérieurs très chics, une fine lumière naturelle baignant les parties les plus viriles de leur anatomie. Taillé comme un lieu de réjouissances hautes bourgeoises, le cadre est aux antipodes du ghetto. La Big Black Cock vole encore la vedette, ça oui. Mais l’acteur noir n’a plus rien d’une menace. Il n’entre pas par effraction dans une baraque. Cette maison, c’est la sienne: il est chez lui.

«Greg ne fout pas de cagoules aux acteurs noirs, ne les fait pas parler comme des racailles: il les habillent en costard et en fait des personnages! Quand je bosse pour “Blacked”, je ne suis plus le misérable black qui va aller baiser une pauvre blanche qui passe par là, mais le propriétaire de grosses villas», se réjouit Joss Lescaf.

L’acteur le présume, aimerait en être sûr: le switch social tant attendu est déjà là. Non pas au sein d’un cinéma indé plus confidentiel, mais au coeur de ce porno mainstream au succès colossal («Blacked» dépasse aisément le pic des 630 millions de vues sur Pornhub). Et aux côtés d’un vidéaste qui a osé mettre en haut de l’affiche des acteurs noirs. Ils ont pour noms Flash BrownJason Brown, Prince Yahshua ou Jovan Jordan, et, dixit Lescaff, «bénéficient, fait rare s’il en est, d’une promotion quasiment digne d’une actrice blanche». En attendant la révolution, il faudra se satisfaire de cette évolution.   

Clément Arbrun
Clément Arbrun (5 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte