France / Monde

L’obsession balte de Jean-Luc Mélenchon

Temps de lecture : 8 min

Son manque de solidarité avec la Lituanie, l'Estonie et la Lettonie participe à la déstabilisation de la région.

Jean-Luc Mélenchon II BERTRAND GUAY / AFP
Jean-Luc Mélenchon II BERTRAND GUAY / AFP

Jean-Luc Mélenchon a un problème avec l’Europe, lié à ses positions souverainistes. Et une de ses stratégies est de faire supporter le coût de son souverainisme par d’autres pays, souvent vulnérables à l’instar des États baltes (Estonie, Lituanie et Lettonie). Hormis le caractère de politique «à la petite semaine» du procédé et une profonde méconnaissance historique, Mélenchon attise les tensions au sein d’une Europe malade du populisme. Plus grave, il foule au pied le principe de souveraineté populaire qu’il aime tant invoquer pour la France, mais qu’il semble dénier aux «petits» peuples.

Par deux fois cette année, Jean-Luc Mélenchon s’est distancié de l’Europe en s’en prenant aux pays baltes. Il y a eu le débat télévisé lors de l’élection présidentielle le 20 mars 2017 lorsqu’il a affirmé que «toutes les tensions [en Crimée, Ukraine] viennent du fait que quand l’empire soviétique s’est écroulé, personne n’a négocié les frontières avec qui que ce soit. C’est le moment de négocier les frontières».

Avant de répéter: «Il faut qu’on rediscute de toutes les frontières (avec la Russie)». Et de préciser sa pensée: «C’est une vue de l’esprit d’imaginer que la France va étendre son parapluie nucléaire sur les 28 pays d’Europe... alors elle ne peut pas participer à des systèmes intégrés en Europe qui la conduiraient à entrer en guerre sitôt qu’un pays balte aurait un problème avec son voisin. Et ils ont des problèmes avec les Russes depuis mille ans. Alors, je préfère que l’on se tienne à une distance qui permet de faire la paix.»

Dans l’hebdomadaire Le 1 du mercredi 18 octobre 2017, Mélenchon persiste: «Commençons par former un peuple souverain. Le “peuple européen”, qu’est-ce que c’est? Je ne me sens rien de commun avec les pays baltes. C’est le bout du monde, même les Romains ne sont pas allés là-bas! La grande matrice de l’Europe, ce sont les frontières de l’Empire romain.» Et il ajoute: «Il y a un million de Maghrébins qui vivent aujourd’hui en France, dont une majorité sont français! On a des familles en commun! Mais on les traite en suspects! Et on traiterait de frères de lointains Lituaniens sous prétexte qu’ils sont chrétiens! Ce n’est pas mon histoire.»

Méconnaissance historique

Mélenchon joue à un jeu dangereux. Pour des raisons floues, il s’en prend régulièrement aux pays baltes. Le problème est triple: une méconnaissance de l’histoire, l’accentuation d’un risque géostratégique –le même que fait courir Trump par son imprévisibilité, son incompétence ainsi que son tropisme prorusse– et une menace pour le projet européen.

Puisque Mélenchon aime tant l’histoire, un éclairage sur la région balte s’impose. Tout d’abord, contrairement à ses déclarations, les Baltes n’ont pas de problème avec les Russes depuis 1.000 ans. Les territoires qui constituent de nos jours la Lettonie et l’Estonie ont été incorporés à l’empire russe à la suite du Traité de Nystad en 1721 (1772 pour la Latgale).

Depuis 1629, une grande partie du territoire de la Lettonie était sous contrôle suédois. Au XVIe siècle, il avait été disputé lors de la guerre de Livonie entre la Russie et une coalition formée du royaume de Danemark-Norvège, de la Suède, de la Pologne et de la Lituanie. Avant cette date, les territoires letton et estonien constituaient la Terra Mariana (ou Confédération livonienne) dominés par l’Église et la noblesse allemande (Riga a été d’ailleurs fondée par des croisés allemands en 1201 et est restée sous contrôle allemand du XIIIe au XVIe siècle). Le nord de l’Estonie a été par deux fois propriété danoise (de 1219 à 1346, puis de 1559 à 1645). La Lituanie de son côté a été un grand-duché du XIIIe au XVIIIe siècle, puissant, allié pendant un temps à la Pologne.

Donc le «problème avec la Russie» date du XVIe siècle, en jugeant de manière large. De plus, les Romains ne sont peut-être pas allés jusqu’en Lituanie, mais les Allemands, Danois, Suédois, Norvégiens, Polonais y sont allés et s’y sont souvent installés (pour ne citer qu’eux). D’ailleurs, le drapeau danois (Dannebrog) serait tombé du ciel lors de la bataille de Lyndanisse en 1219 en Estonie.

Une Seconde Guerre mondiale tragique

À l’époque contemporaine, les pays baltes ont arraché leur indépendance à la Russie soviétique lors d’un conflit qui a perduré jusqu’en 1920. À tour de rôle, les forces estoniennes et lettonnes ont combattu l’armée rouge, les Russes blancs et les corps francs allemands pour assurer leur indépendance. Des pays occidentaux, au premier rang desquels figuraient la France et la Grande-Bretagne, ont soutenu cette lutte. Des soldats et marins français sont tombés pour défendre Riga. En 1921, Aristide Briand a même obtenu la reconnaissance de jure de la Lettonie par la Conférence des pays alliés.

Fête nationale en Lituanie, date inconnue I AFP

L’indépendance a pris fin lorsque l’URSS a annexé les pays baltes en 1939 en application de protocoles secrets adjoints au pacte Molotov-Ribbentrop. Il convient d’insister: la perte d’indépendance des pays baltes est une conséquence directe de l’entente entre l’URSS et l’Allemagne nazie. Il faut réaliser que par ses déclarations Mélenchon ressuscite ce passé et le sentiment d’insécurité qui va avec.

Dans les mémoires collectives, ce passé c’est l’invasion de l’Armée rouge en 1939, l’exode des Allemands baltes (présents depuis le XIIIe siècle) en 1940, la répression soviétique, puis l’invasion de l’armée nazie en 1941, la Shoah, la seconde invasion soviétique en 1944 suivie d’une annexion à la fin de la guerre. Des horreurs innombrables ont eu lieu pendant et après la Seconde Guerre mondiale: viols de masse, déportations, tortures, exécutions, extermination des juifs.

S’en sont suivies quarante-six années d’occupation et d’une entreprise de russification: immigration massive de travailleurs et soldats russes dans les pays baltes, rôle prédominant de la langue russe dans l’espace public. La démographie illustre ces tumultes. Lors du recensement de 1925, les Lettons représentaient 73,4% de la population et les Russes 10,5%, contre 52% et 34% en 1989 (à la veille de l’indépendance de 1991). En 2017, les proportions sont de 62% et 25,4%.

Inconséquence géopolitique

Ces chiffres, ce passé, expliquent une certaine nervosité balte lorsqu’on aborde des questions comme celles de la renégociation des frontières avec la Russie. D’autant plus qu’en 2007, une étroite bande de terre (Abrene en letton, Pitalova en russe) a été de jure rattachée à la Russie après que celle-ci l’a occupée de facto depuis 1991.

Depuis des années, les pays baltes subissent la propagande de divers médias russes, notamment à destination des populations baltes russophones. Diverses théories du complot sont diffusées et les pays baltes sont présentés comme des États en déliquescence (failed States). Certains pays européens, comme le Danemark, ont pris la mesure du risque et financent diverses initiatives régionales, comme la formation des journalistes et l’indépendance des médias (Le Baltic Centre for Media Excellence fait partie de ces initiatives). L’une des principales tâches est d’offrir un journalisme fondé sur les faits et les valeurs démocratiques, tâche compliquée dans un monde marqué par la post-vérité et les «faits alternatifs».

Dès lors, comment ne pas comprendre la méfiance, voire la défiance, à l’égard du voisin russe? On peut toujours reprocher aux pays baltes de ne pas avoir encore réglé la question des non-citoyens ou de parfois exagérer les risques posés par leur puissant voisin, mais le fait est là: il existe des tentatives concertées afin de déstabiliser les pays de la région et ces tentatives sont le fait d’un État qui se revendique de l’ancienne puissance d’occupation. Et cela ne s’arrête pas aux médias.

L’espace aérien balte est régulièrement violé par des appareils militaires russes qui coupent leurs transpondeurs ou se livrent à des manœuvres d’intimidation sur des bâtiments de guerre ou des avions de l’Otan. Les appareils de l’Otan ne sont d’ailleurs pas en reste. Le climat est électrique.

Risque de déstabilisation

La question ici n’est pas de discuter du rôle l’Otan, c’est de se rendre compte de la portée symbolique ainsi que des potentielles conséquences stratégiques de saillies contre les pays baltes qui n’appartiendraient pas à l’Europe, qui devraient se débrouiller face à la Russie ou accepter de renégocier leurs frontières.

Cela n’enlève rien à l’instrumentalisation de la question russe dans ces pays. Mais instrumentalisation ne signifie pas forcément menace fantasmée. Il y a un risque, moins d’une invasion que d’une déstabilisation de la région. Dans ce contexte, les déclarations de Mélenchon jettent de l’huile sur le feu. Il fait partie de ceux qui attisent les tensions dans la région, au même titre que Donald Trump (bien que ce dernier se soit assagi du fait de l’enquête sur les relations de son équipe de campagne avec la Russie).

Poutine I Alexey NIKOLSKY / SPUTNIK / AFP

Sur les questions géostratégiques, Mélenchon fait la démonstration soit d’un manque d’envergure politique, soit de cynisme. Soit il ne connaît pas la situation, mais a décidé de donner son opinion malgré tout, ce qui est une faute professionnelle. Soit il est informé, mais a décidé de verser dans la provocation, ce qui est une faute morale. Dans ce dernier cas, la faute consiste à faire supporter par autrui le coût de sa pureté morale ou de son engagement politique.

Improbable solidarité européenne?

Au final, Mélenchon est incohérent. D’un côté, il considère que les pays baltes ne font pas partie de l’Europe, mais il clame qu’il est nécessaire de renégocier toutes les frontières avec la Russie. En général, les renégociations de frontières se font entre États souverains, Mélenchon le sait très bien, lui qui est si à cheval sur la souveraineté française. Dès lors, de quel droit peut-il imposer aux États baltes auxquels il dénie l’appartenance à une entité politique commune de renégocier leurs frontières? Compte-t-il les forcer à négocier ou négocier en leur nom? Et renégocier quoi au juste? Pour quelles raisons?

Mélenchon paraît avoir une conception de la souveraineté à deux vitesses. D’un côté, il y aurait la souveraineté de pays comme la France qui devrait être respectée par tous et qui justifierait de faire fi de nos liens de solidarité en Europe. De l’autre côté, il y aurait la souveraineté au rabais des petites nations que l’on pourrait marchander dans le cadre de négociations avec des nations plus puissantes.

Maintenant, les déclarations de Mélenchon soulèvent une question fondamentale: «Devons-nous nous sentir solidaires à l’égard des Baltes (et d’autres)?» En dépit de ce qui a été écrit ci-dessus, certains peuvent encore penser que notre fonds historique et politique commun avec les pays baltes est trop ténu pour justifier un quelconque devoir de solidarité. Il y a de nombreuses raisons de penser que ce jugement est erroné.

Toutefois, même si nous ne sommes pas convaincus de l’appartenance culturelle ou historique des pays baltes à l’Europe, une raison devrait nous pousser à faire preuve d’un minimum de solidarité. Il s’agit des risques que représentent pour l’Europe les troubles à sa frontière orientale. En particulier, lorsqu’on prend en compte l’histoire et l’entremêlement des pays européens, il existe de solides raisons pour considérer que la paix de notre continent se joue en partie à l’Est. De ce point de vue, toute déstabilisation des pays baltes finira par nous affecter, tôt ou tard, et pas de manière positive. Au final, en nous refusant à la solidarité, nous y perdrions une partie de notre âme.

Xavier Landes Professeur en éthique des affaires et développement durable à la Stockholm School of Economics de Riga

Newsletters

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

*Et les supportrices.

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

Newsletters