Science & santéMonde

Asgardia, le royaume qui veut être la première nation spatiale, vient de lancer un petit satellite

Repéré par Fabien Jannic-Cherbonnel, mis à jour le 11.12.2017 à 10 h 41

Repéré sur Motherboard

L'expérience est soutenue par la NASA.

Une vue d'artiste du Royaume d'Asgardia

Une vue d'artiste du Royaume d'Asgardia

Le Royaume d’Asgardia, ça ne vous dit rien? Et pourtant, la petite nation vient de lancer ce jeudi un satellite orbitant autour de la Terre. Cela en fait, d’après ses créateurs, le premier «pays» ayant 100% de son territoire situé dans l’espace.

Comme l’explique Motherboard, Asgardia a beau se revendiquer comme nation, ce n’est pour l’instant qu’une association basée à Vienne en Autriche, financée par le millionnaire russe Igor Ashurbeyli. Le but de l’organisation? «Construire un royaume qui mine les astéroïdes et défends la Terre des météorites, débris spatiaux et autres menaces», explique Business Insider.

L’idée peut paraître farfelue, mais les leaders de l’organisation sont très sérieux. «Asgardia sera une nation spatiale trans-ethnique, trans-nationale, trans-religion, éthique et en paix», explique notamment Ram Jakhu, le directeur de l’Institut spatial de l’université McGill et fondateur d’Asgardia. Le satellite envoyé dans l’espace cette semaine est de petite taille, mais contient en format digital, la constitution de la nation, ces symboles nationaux ainsi que des photos et vidéos, pour la plupart des selfies et des mèmes.



Asgardia fait partie, comme tant d’autres, de ce qu’on appelle les micro-nations, ces pays auto-proclamés qui ne sont pas reconnus par la communauté internationale. Frans von der Dunk, un professeur du Nebraska College of Law spécialisé dans les lois encadrant l’espace, est d’ailleurs dubitatif: 

«Légalement parlant c’est beaucoup de bruit pour rien. Le concept de territoire a été plutôt bien défini par les lois internationales, et celles-ci n’incluent pas des territoires artificiels, comme des satellites, pas plus qu’elles n’incluent des plateformes pétrolières, avions ou bateaux.»

Le lancement du satellite est tout de même une expérience intéressante, notamment pour la NASA, qui s’est occupée de l’envoi dans l’espace de ces données. Le satellite devrait orbiter autour de la Terre pendant quatre ans, ce qui permettra de mieux comprendre comment des données vieillissent lorsqu’elles restent longtemps dans le vide de l'espace.

En attendant, les fondateurs d’Asgardia prévoient de lancer d’autres satellites, puis à terme de connecter des plateformes entre elles pour créer la première «nation» spatiale. Reste à savoir si l’humanité aura atteint Mars avant ou après l’installation de ce royaume.

espacenationsatelliteNASA
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte