Monde

Un candidat au Sénat US pense qu'apprendre la théorie de l'évolution pousse au crime

Temps de lecture : 2 min

«Ils se comportent comme des animaux parce que nous leur avons appris qu'ils venaient des animaux», explique Roy Moore, soutenu par Donald Trump.

/
Roy Moore lors d'un événement de campagne, le 5 décembre 2017 à Fairhope dans l'Alabama. JOE RAEDLE/AFP

Le 12 décembre, les résidents de l'Alabama vont élire leur représentant au Sénat: ils ont le choix entre le démocrate Doug Jones, connu pour avoir fait condamner des membres du Ku Klux Klan qui avaient tué quatre fillettes noires en 1963, et Roy Moore, qui est accusé d'agressions sexuelles sur mineures et pense que l'homosexualité est un «crime contre la nature».

Pour l'instant, les deux candidats sont au coude-à-coude dans les sondages, ce qui est inhabituel pour un État comme l'Alabama, où les démocrates ne gagnent à peu près jamais. Ce sont les accusations faites par huit femmes qui ont nui à Moore, qui est entre autres accusé d'avoir tenté de forcer une serveuse de 16 ans à lui faire une fellation dans sa voiture. Mais l'ancien juge, qui est soutenu par Donald Trump et le parti républicain, a aussi fait toute une série de déclarations extrémistes, qui l'aurait discrédité dans la plupart des États du pays.

Un journaliste vient de retrouver une intervention de 1997 dans laquelle Roy Moore, qui était alors juge, critique la science de l'évolution (sans aucun vrai argument, à part que c'est bizarre) et finit par expliquer que c'est cet enseignement scientifique qui cause les fusillades aux États-Unis.

«On a des gamins qui se tirent dessus dans leur voitures... ils se comportent comme des animaux parce que nous leur avons appris qu'ils venaient des animaux. Ils traitent les autres humains avec haine parce que nous leur avons appris qu'ils venaient des animaux, pas de Dieu.»

Et non, Roy Moore n'a pas l'air d'avoir changé d'avis sur le sujet. En septembre, il a dit au Washington Post:

«L'évolution, ça n'existe pas. On serait les descendants d'un serpent? Non, je ne crois pas.»

Le fondamentalisme chrétien est au centre de son idéologie. En 2003, il a été suspendu de ses fonctions de juge après avoir refusé de se débarrasser d'une stèle des Dix Commandements qu'il avait faite placer au tribunal, en violation des lois sur la séparation de l'Église et de l'État.

Dans un débat en septembre, il avait dit:

«Je veux que la vertu et la morale reviennent dans notre pays et Dieu est la seule source de notre droit, liberté et gouvernement.»

Slate.fr

Newsletters

Macron à Washington: Make Flatterie Great Again

Macron à Washington: Make Flatterie Great Again

La stratégie du président français à l’égard de Trump n’a pas donné le moindre résultat. Les choses pourraient-elles changer?

Des jardins extraordinairement petits

Des jardins extraordinairement petits

L'Autriche compte 26.000 jardins ouvriers en périphérie des grandes villes. «Comme l'espace est limité, raconte Klaus Pichler, tout doit être bien organisé et, par conséquent, les jardins sont traités comme des salons en plein air.» Le photographe...

La Maskirovka, ou l'art de la roublardise militaire à la russe

La Maskirovka, ou l'art de la roublardise militaire à la russe

Sur le dossier syrien, Vladimir Poutine n’est pas imprévisible, il est… russe.

Newsletters