Sports

Il faut que la France prenne enfin ses sportifs au sérieux (sous peine d'être ridicule en 2024)

Temps de lecture : 6 min

Organiser les JO est une chose. Y remporter des médailles en est une autre... Et ça risque d'être compliqué.

Paris aux couleurs des JO | Ludovic Marin / AFP
Paris aux couleurs des JO | Ludovic Marin / AFP

Mercredi 6 décembre, au Musée des Arts Forains, à Paris, le Conseil social du mouvement sportif (CoSMoS) a fêté son 20e anniversaire à travers son assemblée générale et un colloque intitulé: «Quelles politiques pour favoriser l’emploi dans le sport?» Fait plutôt rare, ce rassemblement a notamment mis en présence trois anciens ministres et un ancien secrétaire d’État en charge des sports —Guy Drut, Marie-George Buffet, Jean François Lamour, Thierry Braillard— et l’actuelle «tenante du titre» —Laura Flessel. Pour les participants, il s’est agi à la fois de jeter un regard sur le passé et de tracer des perspectives vers un avenir porté par l’immense promesse des Jeux olympiques et paralympiques de Paris en 2024. Il y avait donc de l’optimisme lors de cette réunion, mais aussi des doutes, plutôt nombreux, à l’heure où le sport français, performant jusqu’ici au plus haut niveau, se pose de multiples questions au sujet de sa structuration et de son modèle économique, du sommet professionnel jusqu’à la base de ses clubs amateurs.

Une première observation: alors que la France se lance à l’assaut de ce petit Everest consistant à accueillir un événement de l’amplitude des Jeux olympiques et paralympiques, Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont curieusement opté pour une ministre des Sports certes populaire, en raison de sa notoriété médiatique qui surpasse naturellement celle de ses collègues du gouvernement inconnus pour la plupart du grand public, mais très fragile. Le monde sportif reste perplexe face à ce choix. Laura Flessel a-t-elle la formation nécessaire et l’envergure rhétorique pour assumer un tel rôle? Multiplier les déplacements et lire, de façon parfois trop hésitante comme au Musée des Arts Forains, des discours, des notes ou des éléments de langage pondus par ses services, suffisent-ils à remplir un magistère? Il en faudrait davantage et, pour le moment, une sensation de flottement prédomine autour de cette ministre presque en mode automatique comme presque «pilotée» par son cabinet.

S.O.S ministère en détresse

Marie-George Buffet et Jean-François Lamour, plutôt offensifs lors de leurs interventions au Musée des Arts Forains, n’ont pas été en reste pour s’interroger sur la direction prise ces derniers temps et livrer, en creux, les raisons ayant peut-être présidé à cette désignation «a minima». Tous les deux ont noté la perte progressive des pouvoirs du ministère des Sports qui, dans le temps, englobait généralement la responsabilité de la jeunesse et de la vie associative en s’appuyant sur une administration performante qui, de «détricotage» en «détricotage», a fini par s’égarer dans la nature. Aujourd’hui, le ministère de l’Éducation nationale tendrait, dans certains domaines de formation, à se substituer au ministère des Sports pour contribuer peut-être à le transformer en coquille vide.

Et ce ne sont pas les récentes baisses sévères de budget en matière de sport qui vont rassurer les plus pessimistes tant elles paraissent aller complètement à l’encontre de la décision rendue par le Comité international olympique (CIO) de confier l’organisation des JO à la ville lumière. Dans ce contexte, une personnalité comme Laura Flessel, très éloignée des techniques budgétaires et inexpérimentée au niveau des débats parlementaires, ne peut pas être un contrepoids suffisant pour réaffirmer l’autorité d’un ministère des Sports fort. Reste la puissance de l’image qui lui servira, peut-être, à remodeler la gouvernance du sport français mise à mal par certains scandales, comme à la fédération française de rugby, même si, dans ce dernier cas, elle a constamment usé de la langue de bois avant de passer, à juste titre, le dossier à la justice

À sa façon, et dans son style débridé, François Ruffin, issu des rangs des Insoumis, a d’ailleurs fait le procès de cette méthode désincarnée, jeudi 7 décembre, lors d’une envolée remarquée à l’Assemblée nationale où il a parlé vrai et sonné juste en s’adressant à Laura Flessel vêtu d’un maillot de football: «Madame la Ministre, vous nous parlez de sport en matière de compétitivité, comme un trader. Je voudrais y remettre un peu d'humanité. Moi, je vais vous raconter la vie des bénévoles qui lavent, plient et rangent les maillots pour pas un rond, qui font don de soi dans une société où tout se marchande

Organiser les JO, réorganiser le sport français

Séparons bien les choses. L’organisation des Jeux olympiques de Paris et la réorganisation du sport français liée à ces JO sont deux dossiers bien distincts. Le premier est piloté par le CIO et le Comité d’organisation des Jeux olympiques (COJO) de Paris présidé par Tony Estanguet qui devront tout faire pour respecter la ligne d’horizon budgétaire tracée et il semble que, sur ce point, le CIO sera intransigeant—c’est une bonne nouvelle. De passage à Paris il y a quelques jours, l’institution lausannoise est apparue très ferme sur le sujet lors d’un séminaire au terme duquel ses responsables ont laissé entendre que le projet initial promu par le comité de candidature ne sera pas exactement la projection du résultat final. Interdiction de sortir des clous comme l’a répété Christophe Dubi, le directeur exécutif des JO au CIO, selon qui «tout doit être fait pour respecter le budget [organisationnel ndlr] de 3,6 milliards d'euros qui a été avancé pour les Jeux de Paris 2024 quitte à faire des économies».

Le deuxième volet est de la responsabilité entière du sport français dans toutes ses composantes qui devra faire que ces Jeux laissent «un héritage durable», selon l’expression désormais tarte-à-la-crème, mais obligatoire, de toute tenue d’événement sportif. C’est la partie la plus complexe à mettre en œuvre loin des discours de la candidature. Au-delà des retombées économiques supposées, l’objectif est de rendre ce rendez-vous utile pour diverses populations qu’il s’agisse des athlètes, des pratiquants et de la jeunesse dans son ensemble ou de celles directement touchées géographiquement par la mise sur pied de ces JO. En résumé: faire de la France une nation plus sportive.

Mais le contexte est de plus en plus délicat comme l’ont souligné les débats du CoSmoS. Nombre de clubs et d’associations tirent aujourd’hui la langue dans une période où les subventions, venues des collectivités territoriale, sont parfois taillées à la serpe et où les emplois aidés, dont le sport a été très consommateur (20.000), sont globalement remis en cause par l’actuel législateur. Là encore, le futur se dessine dans un flou relativement complet tandis que, selon Thierry Braillard, «des clubs de football en arrivent jusqu’à refuser des jeunes» faute de structures ou d’encadrants suffisants.

«On est tous issus d’un club ou d’une association, c’est le club qui fait la richesse du sport français»

Guy Drut, ancien ministre de la Jeunesse et des Sports

Cette paupérisation, à la fois sur le plan des moyens financiers et des ressources humaines, se conjugue à la nécessité pour ces mêmes associations et clubs de se transformer en profondeur en usant des outils de la transformation numérique. Dans ce registre, tout ne se fait pas sans difficultés à cause de la formation nécessaire due aux bénévoles, globalement en attente de reconnaissance, et de la concurrence des médias sociaux qui court-circuitent la pratique sportive habituelle. Se donner rendez-vous sur une place pour aller courir par le biais de Facebook plutôt que passer par un club pas forcément prêt à développer de telles structures immatérielles. «On est tous issus d’un club ou d’une association, c’est le club qui fait la richesse du sport français», a répété Guy Drut.

Le marché de l’emploi sportif ne suit pas non plus. La crise touchant la filière Staps (sciences et techniques des activités physiques et sportives), en grande tension et à bout de souffle, souligne l’inadéquation entre une formation qui attire les jeunes en masse, mais qui offre de très maigres débouchés, souvent précarisés, comme le ressasse régulièrement le CoSmoS.

Marie-George Buffet, incontestablement la meilleure ministre des Sports des 40 dernières années, a justement conclu que l’héritage des JO ne devait pas commencer en 2024, une fois les Jeux terminés, mais dès à présent. «Aujourd’hui, la moitié des gamins de mon département de Seine-Saint-Denis ne savent pas nager», a-t-elle indiqué avant de s’interroger: «On fait comment?» Question sans vraie réponse pour le moment. Si le sport français a de nombreux atouts dans sa manche à l’horizon 2024, il manque encore clairement d’une vision nette et d’un(e) chef d’orchestre identifié pour le mettre en musique durant les sept années qui viennent…

En savoir plus:

Yannick Cochennec Journaliste

Newsletters

Au Pérou, l'album Panini coûte la moitié d'un mois de salaire minimum

Au Pérou, l'album Panini coûte la moitié d'un mois de salaire minimum

Les contrefaçons permettent à tous les habitants et habitantes de coller leurs vignettes.

L’habit ne fait pas le moine: l’équipe de France l’a prouvé en 1978, la Hongrie en souffre encore

L’habit ne fait pas le moine: l’équipe de France l’a prouvé en 1978, la Hongrie en souffre encore

Un épisode rocambolesque précurseur de l’audacieuse génération Platini et prélude au dramatique déclin magyar.

Pourquoi l'équipe d'Uruguay a-t-elle quatre étoiles sur son maillot?

Pourquoi l'équipe d'Uruguay a-t-elle quatre étoiles sur son maillot?

Deux étoiles pour ses victoires en Coupe du monde, plus deux étoiles supplémentaires.

Newsletters