Monde

Près de la frontière nord-coréenne, les Chinois sont préparés à la guerre nucléaire

Repéré par Léa Marie, mis à jour le 07.12.2017 à 17 h 28

Repéré sur Quartz

Un «mode d'emploi» de survie en cas d'attaque a été publié par un journal officiel.

Capture - Jilin Daily

Capture - Jilin Daily

La menace nucléaire est prise très au sérieux par la province chinoise de Jilin, située à la frontière avec la Corée du Nord. Au point d'enseigner à ses habitants la marche à suivre en cas d'attaque de grande ampleur, nous apprend Quartz.

Un journal local officiel a consacré, ce mercredi 6 décembre, une page entière à un article d'instructions indiquant aux citoyens comment se protéger des radiations nucléaires. Schémas et dessins à l'appui.

Capture d’écran 2017-12-06 à 16.38.09.png
Jilin Daily

Et pour cause: Pyongyang affirmait le 29 novembre dernier avoir atteint son objectif de devenir un État nucléaire. Et ce, après avoir testé –avec succès– un nouveau missile intercontinental capable d'atteindre «la totalité du continent américain», selon les dires de la Corée du Nord. Portant ainsi à 20 le nombre de missiles tirés cette année.

Se préparer au pire

 

Particulièrement intenses, les ondes de choc du dernier essai ont été ressenties jusque dans la province voisine de Jilin, au nord-est de la Chine, où les écoles ont été évacuées par mesure de sécurité. Au même moment, le gouvernement de Xi Jinping activait son plan de «radiation emergency response» pour répondre aux menaces de radiations imminentes. Les autorités «s'attendent au pire», d'après Quartz

L'article paru dans le journal Jilin Daily détaille donc les conséquences d'une potentielle attaque nucléaire et explique, via des illustrations, comment se protéger des ridques de contamination radioactoves. En désinfectant ses chaussures ou en se nettoyant les oreilles à l'aide de coton-tiges, par exemple. Désireux de ne pas paraître trop alarmiste, le quotidien a toutefois assuré à ses lecteurs qu'il n'y avait pas, à l'heure actuelle, de risque immédiat. 

Le Japon et Hawaï également sur le qui-vive 

La province chinoise de Jilin n'est visiblement pas la seule à se préparer à une hypothétique guerre nucléaire. À Tokyo, plusieurs millions de personnes ont pris part à des simulations d'évacuation en situation de bombardements. Le Japon prévoirait d'effectuer ce type d'exercices de manière régulière jusqu'au mois de mars prochain, d'après le journal Sankei Shimbun. Le Premier ministre japonais Shinzō Abe a invité les gouvernements régionaux à identifier des immeubles capables de résister à une attaque de missile, ainsi que des abris et installations souterraines.  

Pour la première fois depuis des décennies, l'État américain d'Hawaï a quant à lui testé ses sirènes d'urgence. De leur côté, les États-Unis et la Corée du Sud ont entamé, lundi 4 décembre, des exercices militaires aériens –prévus de longue date, d'après France 24– comprenant entre autres «des simulations d'attaques sur des installations nucléaires ou sur des lanceurs de missiles nord-coréens». Une «provocation totale», d'après Pyongyang. À l'heure actuelle, c'est toute la communauté internationale qui semble retenir son souffle.

Léa Marie
Léa Marie (13 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte