Science & santé

Loi de Murphy: la syphilis resurgit au moment où son médicament disparaît

Jean-Yves Nau, mis à jour le 04.12.2017 à 16 h 04

L’Agence française du médicament vient d’annoncer une «pénurie durable» de l’antibiotique utilisé dans le traitement de la syphilis. Or, cette vieille maladie sexuellement transmissible est en pleine recrudescence. Comment comprendre?

Syphilis | via Wikimedia CC License by

Syphilis | via Wikimedia CC License by

Il serait trop facile d’invoquer, ici, la fatalité. On peut, en revanche, voir là une forme d’incurie récurrente, sanitaire et politique. Le 23 novembre dernier, l’Agence nationale de sécurité sanitaire des médicament (ANSM) annonçait des «difficultés d’approvisionnement» (sic) de la «Benzathine benzylpénicilline Sandoz® poudre et solvant pour suspension injectable (voie intramusculaire)». Ces difficultés, précisait-on, surviendraient «à compter du début du mois de décembre 2017 et ce pour une durée d’au moins six mois». Or, ce médicament constitue le traitement de choix de la syphilis et il n’existe pas aujourd’hui d’autres spécialités à base de benzathine benzylpénicilline disponibles en France, la multinationale Sandoz étant ici en situation de monopole.

Il faut pour comprendre revenir au 1er avril 2016. L’ANSM expliquait avoir trouvé une solution à l’absence en France de l’Extencilline® –traitement de référence de la syphilis– fabriqué par le géant français Sanofi alors confronté à «des problèmes industriels» sur lesquels rien n’était dit. L’ANSM avait délivré, fin 2014, à Sandoz une autorisation de mise sur le marché pour ses spécialités équivalentes après le mystérieux arrêt de la commercialisation de l’Extencilline ®, sel de pénicilline G insoluble permettant avec une seule injection intramusculaire de traiter toutes les syphilis précoces. 

Après une période  de carence totale du médicament, le relais avait été pris par une pénicilline retard importée d’Italie (Sigmacillina®). «Le laboratoire Sandoz est en mesure d’approvisionner le marché français, en ville et à l’hôpital à compter de ce 1er avril jour pour deux dosages de Benzathine benzylpénicilline», se félicitait en avril 2016, l’ANSM.

«L'ANSM poursuit ses investigations»

 

Un an et demi plus tard, après Sanofi c’est donc Sandoz-Novartis qui déclare à nouveau forfait. Conséquence immédiate: ce médicament va, en France, être drastiquement contingenté. Ses spécialités ne seront donc plus disponibles dans les pharmacies d’officines ce qui pourrait conduire à des situations d’impasse thérapeutique. C’est là une nouvelle illustration des risques majeurs inhérents à la dépendance nationale aux géants de Big Pharma.

Officiellement, rien n’est dit aujourd’hui des raisons de cette nouvelle pénurie médicamenteuse. La filiale française de Sandoz est ici aux abonnés absents. Interrogée par Slate.fr, l’Agence du médicament a toutefois apporté ces précisions:

«Cette rupture de stock est liée à une modification technique dans la chaîne de fabrication chez un prestataire du laboratoire Sandoz, entraînant un retard dans la production de nouveaux lots de médicaments destinés au marché français mais également à d'autres marchés à l'international. L’ANSM poursuit ses investigations afin de pallier l’indisponibilité de ces spécialités, notamment par la recherche de voies d’importation d’autres spécialités similaires. Des mesures complémentaires pourraient être prises en fonction de l’évolution de la situation.»

Les homosexuels, premiers touchés

 

Impossible, en revanche, d’en savoir plus sur la stratégie médicale et commerciale de Sandoz-Novartis. Quel est l’état réel de ses stocks? Quels marchés privilégie-t-elle? Et ce sur quels critères financiers sinon éthiques? Ces questions sont d’autant plus importantes que l’on observe depuis plusieurs années une recrudescence de la syphilis comme en témoignent les observations officielles de Santé Publique France.

«Un réseau de surveillance de la syphilis, basé sur des cliniciens volontaires, a été mis en place par l’Institut de veille sanitaire (InVS) en 2002, afin de suivre les tendances de la syphilis précoce (cas évoluant depuis moins d’un an) et recueillir les caractéristiques des patients diagnostiqués. Cette surveillance a permis de mettre en évidence une augmentation continue du nombre de cas, qui se poursuit sur les années récentes. S’agissant d’un réseau volontaire, le nombre de cas déclarés ne représente pas l’ensemble des cas diagnostiqués au niveau national. En 2014, ce sont plus de 1.000 cas de syphilis qui ont été déclarés à l’InVS, mais le nombre réel de cas est sans doute bien supérieur.»

Aujourd’hui en France, la syphilis touche en grande majorité les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. Ils représentaient 84% des cas de syphilis diagnostiqués en 2014. Dans cette population, le nombre de cas a augmenté de 50% entre 2012 et 2014. Cette augmentation est observée aussi bien en Île-de-France que dans les régions métropolitaines hors Île-de-France.

Sur la même période, le nombre de cas d’infections à gonocoque ou de lymphogranulomatoses vénériennes (LGV) rectales chez ce même groupe a augmenté de façon encore plus marquée (respectivement +100% et +110%), du fait d'une hausse des pratiques à risques.

«À noter que le nombre de cas reste encore relativement faible dans la population hétérosexuelle, mais qu’une tendance à l’augmentation est observée entre 2012 et 2014, notamment en Île-de-France, d’où l’importance de suivre les tendances grâce à la surveillance nationale. La prévention par la protection des rapports sexuels, y compris les rapports oraux-génitaux ou oraux-anaux, est la seule modalité de prévention de la syphilis et de la plupart des IST.»

Des décisions irresponsables?

 

On peut aussi élargir la focale, comme avec la communication faite en mars dernier devant l’Académie nationale de médecine par le Dr Michel Janier, spécialiste réputé de dermato-vénérologie (Hôpital Saint-Louis et Hôpital Saint-Joseph de Paris). Ce dernier avait rappelé qu’en France la syphilis est réapparue à la fin des années 1990 et qu’elle continue de progresser –touchant aujourd’hui, dans 90% des cas, des patients homosexuels masculins dont le tiers sont co-infectés par le VIH. «Les bonnes intentions dont se gargarisent les autorités de santé ne sont malheureusement pas suivies d’actions coordonnées et efficaces», expliquait-il. Au contraire, plusieurs faits récents contribuent, selon lui, à «laisser s’épanouir l’épidémie du fait de décisions irresponsables»:

«La situation est préoccupante. Les sujets les plus jeunes sont très mal informés sur les MST. Or, la syphilis est une maladie potentiellement mortelle ou pouvant conduire à des accidents précoces très graves, en particulier neurologiques, oculaires et auditifs. Elle se transmet particulièrement bien par le sexe oral qui est exceptionnellement protégé.»

 «Le sort semble s’acharner sur cette maladie historique qui avec de telles décisions devrait s’épanouir durablement dans notre pays», concluait le Dr Janier. Incurie ou fatalité?

 

Jean-Yves Nau
Jean-Yves Nau (802 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte