Sciences

La NASA a découvert la planète la plus épouvantable de l'univers

Temps de lecture : 2 min

Les chercheurs ne croyaient pas qu'un environnement aussi hostile puisse exister. 

La planète WASP-18b | NASA
La planète WASP-18b | NASA

Surpopulation, dérèglement climatique ou encore épuisement des ressources naturelles: autant de facteurs qui nourrissent en nous l'espoir de pouvoir vivre, un jour, sur une autre planète. Mais à l'heure actuelle, une chose est sûre: ce ne sera pas sur WASP-18b!

Récemment découverte par la NASA, cette exoplanète au nom barbare aurait des caractéristiques si épouvantables que les scientifiques ont du mal à comprendre son existence-même.

Immense et brûlante, WASP-18b aurait une masse 10 fois supérieure à celle de Jupiter —qui est, pour rappel, la plus grande planète de notre système solaire. Les données récoltées par les astrophysiciens révèlent également que son atmosphère est emplie d'un monoxyde de carbone hautement toxique. Un phénomène jamais observé auparavant.

«La composition de WASP-18b défie toutes nos attentes», affirme Kyle Sheppard, du Goddard Space Flight Center de la NASA. «Nous n'avons connaissance d'aucune planète extra-solaire où le monoxyde de carbone domine complètement l'atmosphère.» À cela vient s'ajouter, d'après l'étude publiée dans l'Astrophysical Journal Letters, l'absence totale d'eau —et par conséquent, d'oxygène. Autrement dit, WASP-18b coche tous les critères d'un environnement meurtrier. Pour les chercheurs, toute forme de vie y est donc absolument inenvisageable. Et ça tombe bien, ironise Metro, puisqu'il faudrait près de 67.500.000 ans pour que les êtres humains puissent atteindre l'exoplanète infernale.

Si la découverte de WASP-18b fait froid dans le dos, elle s'avère en tout cas extrêmement instructive pour le personnel de la NASA, qui va ainsi devoir remettre en question ce qui constituait alors, pour eux, des certitudes.

Newsletters

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Le problème de résistance des cellules cancéreuses aux thérapies anti-hormonales a enfin une solution.

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Alors que le virus, improprement appelé «variole du singe», se diffuse de manière inhabituelle en Europe, il est nécessaire de mettre en place des stratégies viables pour tenter de stopper l'épidémie.

Mon Europe à moi: «L'UE doit poursuivre ses efforts pour lutter contre la perte de biodiversité»

Mon Europe à moi: «L'UE doit poursuivre ses efforts pour lutter contre la perte de biodiversité»

L'Union européenne semble se focaliser sur la réduction des émissions de dioxyde de carbone. Quitte à oublier la perte de biodiversité massive.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio