Santé

Les «roulées» plus toxiques que les cigarettes manufacturées

Temps de lecture : 2 min

Les fumeurs de tabac à rouler ont notamment plus de deux fois plus de risques de développer un cancer de la bouche, du pharynx ou du larynx que ceux de cigarettes classiques.

«Roulées» ou «blondes», même danger | Comfreak via Pixabay CC0
«Roulées» ou «blondes», même danger | Comfreak via Pixabay CC0

Lorsque j’aborde la question des cigarettes roulées avec mes patients, c’est à chaque fois la même déconvenue: ils sont persuadés qu’elles sont moins toxiques que les autres cigarettes. Or cela est faux, comme le montre la visualisation ci-dessous.

Jouez avec les flèches pour un maximum d’informations

Certes, elles leur reviennent moins chères à l’unité, comme on peut le voir ci-dessous. La différence est imputable aux taxes moins élevées pour les roulées, ce qui en train d’être modifié en France, avec une augmentation de 15% des taxes appliquées au tabac à rouler.

En effet, en raison du prix moindre, c’est un produit d’entrée dans le tabagisme chez les jeunes (qui pourront aussi y ajouter du cannabis, de l’herbe ou de la résine), et également un produit préféré par les précaires.


Les datavisualisations de cet article ont été réalisées par Marie Simon.

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

The Conversation

Philippe Arvers Médecin addictologue et tabacologue

Newsletters

Les festivals devraient proposer aux gens d’analyser sur place les drogues qu'ils achètent

Les festivals devraient proposer aux gens d’analyser sur place les drogues qu'ils achètent

Lors d'un festival à Cambridgeshire, cette méthode a permis de réduire de 95% les hospitalisations liées à la consommation de drogues.

Gonfler votre nombre d'heures travaillées ne fait pas de vous quelqu'un de plus respectable

Gonfler votre nombre d'heures travaillées ne fait pas de vous quelqu'un de plus respectable

Arrêtez ça.

L'hôpital coule, et il entraîne ses internes avec lui

L'hôpital coule, et il entraîne ses internes avec lui

Chevilles ouvrières de l’hôpital, la plupart des internes en médecine travaillent plus de soixante heures par semaine. Anxiété, dépression, idées suicidaires: plusieurs enquêtes récentes pointent leur mal-être.

Newsletters