Sciences / Monde

Des pêcheurs ont découvert un homard «tatoué» du logo Pepsi

Temps de lecture : 2 min

Un symbole des conséquences néfastes de la pollution des océans sur la biodiversité marine.

The Canadian Press Via Twiiter
The Canadian Press Via Twiiter

À elle seule, l'image témoigne des ravages causés par la pollution marine. Un homard floqué du logo Pepsi a été découvert, la semaine dernière, par des pêcheurs canadiens.

Karissa Lindstrand, membre de l'équipage, s'apprêtait à attacher les pinces de l'animal quand elle s'est rendue compte que l'une d'entre elles était recouverte du design rouge et bleu des canettes de soda. L'image semblait littéralement tatouée sur le homard, raconte-t-elle. Du jamais vu en quatre ans d'expérience sur son navire, le Honour Bound.

La faune et la flore océaniques menacées par les déchets humains

Après avoir été photographié, le homard a tout de même fini dans une caisse destinée à un acheteur. Mais il n'a pas manqué de relancer le débat sur l'étendue de la pollution marine et les dégâts que les déchets humains causent à la faune et la flore océaniques.

Comment ce bout de canette a-t-il pu se retrouver ainsi sur le crustacé? Comme l'explique The Guardian, certains doutent qu'une boîte métallique ait réellement pu adhérer au corps de ce dernier et pensent qu'il s'agit en réalité d'une image imprimée. Impossible pour d'autres, qui estiment que cette dernière se seraient rapidement détériorée dans l'océan.

L'incident survient en tout cas alors que la quantité de débris présente dans les eaux du monde entier atteint des niveaux records: 5 à 13 millions de tonnes de plastique finissent chaque année dans les océans. Une grande partie d'entre elles seront ensuite ingérées par des oiseaux, poissons ou autres organismes marins. Au point, explique la navigatrice britannique Ellen MacArthur, qu'il pourrait y avoir plus de plastique que de poissons en mer d'ici à 2050.

Slate.fr

Newsletters

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Elles manquent toujours à l'appel dans la recherche cardiovasculaire, par exemple.

Les humains ne réprésentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant)

Les humains ne réprésentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant)

Nous sommes les moins nombreux, mais les plus gênants.

«Je jalouse un peu mes amies qui jouissent sans problème en cinq minutes chrono»

«Je jalouse un peu mes amies qui jouissent sans problème en cinq minutes chrono»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Sandra, une trentenaire qui arrive à jouir seule, mais pas avec ses partenaires.

Newsletters