Boire & manger

Café, vin, parfum: les arômes avant tout

Temps de lecture : 3 min

Terroir, assemblage, analyse sensorielle, le café a des points communs avec le vin… Mais aussi avec le parfum.

pixabay.com/en/coffee-cafe-coffee-cream-restaurant-206142/
pixabay.com/en/coffee-cafe-coffee-cream-restaurant-206142/

Lors de la dégustation d’un verre de vin, on observe, on sent, on goûte. Pour le café, c’est presque pareil. Il s’agit même de mobiliser ses cinq sens. Mais la comparaison entre le café et le vin ne s’arrête pas là. Ces breuvages, aussi différents soient-ils, sont tous les deux des produits d’un terroir.

Qu’est-ce qu’un terroir? Le Larousse en donne une première description générale : c’est l’«ensemble des terres d’une région, considérées du point de vue de leurs aptitudes agricoles et fournissant un ou plusieurs produits caractéristiques, par exemple un vin.»

Si on parle de vin, l’OIV (Organisation internationale de la vigne et du vin) précise la définition: «Le «terroir» vitivinicole est un concept qui se réfère à un espace sur lequel se développe un savoir collectif des interactions entre un milieu physique et biologique identifiable et les pratiques vitivinicoles appliquées, qui confèrent des caractéristiques distinctives aux produits originaires de cet espace. Le «terroir» inclut des caractéristiques spécifiques du sol, de la topographie, du climat, du paysage et de la biodiversité.»

Pour le café, l’importance du terroir est similaire. Il existe ainsi de très nombreux terroirs différents, en Amérique centrale, au Brésil, en Afrique de l’Ouest… Chaque zone a son propre café. Des grains d’une vallée péruvienne n’auront assurément pas la même saveur que des grains d’un haut plateau en Ethiopie. Pourquoi? Quelle est l’influence du terroir sur le goût du café? Plusieurs facteurs entrent en jeu: la nature du sol, l’altitude (plus le champ est en altitude, plus le café présentera une saveur acide), l’ombrage de la plantation (permettant le développement tranquille des cerises de café).

L’assemblage, la «recette» d’un café

Mais, comme pour le vin, le goût d’un café n’est pas seulement lié à son terroir. Il dépend également du travail humain. En premier lieu, celui du producteur local, avec le choix de la variété et la récolte à maturité. Ensuite, le café est soigneusement nettoyé, trié, calibré, puis transporté vers les lieux de consommation. Les torréfacteurs comme ceux de Carte Noire entrent alors en jeu. Ils vont choisir de proposer des cafés dits d’origine pure, ou bien de faire des assemblages (aussi appelés «blends») de grains. Ce qui rappelle, là encore, les assemblages réalisés en viticulture.

Pour le café, les grains peuvent venir de différents pays et avoir été récoltés à des saisons différentes. L’objectif est de sélectionner le meilleur de chaque variété, de créer un goût spécifique en mélangeant des arômes complémentaires, mais aussi d’obtenir une qualité constante tout au long de l’année. Enfin, le type de torréfaction influera aussi sur le goût du café et révélera les arômes. Le torréfacteur peut choisir une torréfaction claire (prédominance du caractère acide), moyenne (plus de caractère sucré) ou foncée (plus d’amertume).

Déguster et analyser

La dégustation d’un expresso a des similitudes avec la dégustation d’un verre de vin rouge… Mais on pourrait également la rapprocher de l’analyse d’un parfum. L’odorat, avec l’olfaction directe (par le nez) et la rétro-olfaction (via la déglutition, pour le cas du café), est en effet essentiel. On évalue, on analyse, on décrit les arômes d’un café… Un peu comme on commente les fragrances d’un parfum!

Pour le breuvage, on cherche ainsi des notes épicées, fruitées, fleuries, acidulées, boisées, corsées… En outre, la mémoire olfactive permet de s’y retrouver. En sirotant un café (ou un verre de vin), ou en sentant un parfum, on se rappelle plus ou moins rapidement de l’arôme épicé d’un autre café dégusté, il y a quelques mois, dans un endroit précis, comme on se souvient de telle ou telle odeur fleurie.

Il existe une multitude d’arômes à identifier dans un café : ainsi détecte-t-on des arômes floraux et fruités dans les assemblages de la gamme Arômes de Carte Noire. Des chercheurs et dégustateurs américains ont créé une «roue» des arômes du café. Ils ont recensé 85 arômes - même si près de 800 molécules aromatiques différentes ont été identifiées dans le café! - comme le citron, le poivre, la rose, le sucre roux, le whisky ou encore l’huile d’olive, qui s’assemblent pour former une saveur: fruitée, florale, acidulée, sucrée, végétale, épicée, grillée ou encore chocolatée. D’ailleurs, cette roue est construite comme… la roue des arômes du vin.

Car, finalement, lorsque l’on analyse un café, un vin ou un parfum, on s’attache tout particulièrement à un grand point commun : la richesse des arômes.

Slate.fr

Newsletters

La musique d'ambiance dans les restaurants influence votre manière de commander la nourriture

La musique d'ambiance dans les restaurants influence votre manière de commander la nourriture

C'est aussi le cas pour la musique dans les supermarchés.

Recette: le gnocchi, la cuisine moléculaire à portée de tous

Recette: le gnocchi, la cuisine moléculaire à portée de tous

Ils sont plus que de simples petites boules de pommes de terre.

Silence, on mange!

Silence, on mange!

Le cinéma français n’aime rien tant que casser la croûte. À tel point que la cuisine et la gastronomie sont devenues un élément central de ses chefs-d’œuvre. Ou de ses navets.

Newsletters