Monde

La très angoissante déco de Noël de Melania Trump à la Maison-Blanche

Temps de lecture : 2 min

De nombreux internautes ont trouvé que le style évoquait plus les films d'horreur que la joie de Noël.

Melania Trump à la Maison-Blanche décorée pour Noël, le 27 novembre 2017 à Washington. SAUL LOEB/AFP
Melania Trump à la Maison-Blanche décorée pour Noël, le 27 novembre 2017 à Washington. SAUL LOEB/AFP

Pour décorer la Maison-Blanche pour Noël, Melania Trump a choisi beaucoup de blanc. Des guirlandes blanches, des ballerines en blanc, des branches blanches et une robe Dior blanche. Tellement de blanc qu'un enfant invité pour les festivités a dit que la première dame ressemblait à un ange.

Mais plusieurs internautes ont trouvé que le style général était plus inquiétant que paradisiaque. Lorsque la directrice de communication de la première dame a tweeté une photo d'un couloir tout en blancs et ombres, un humoriste a répondu en photoshoppant les jumelles du film Shining dans le décor:

Pour une ancienne mannequin, Melania Trump est très peu expressive en photo et cette absence de vie sur son visage (souvent caché par des lunettes de soleil) a récemment fait éclore une théorie selon laquelle la première dame serait en fait remplacée par des sosies lors de ses apparitions publiques.

Immobile et silencieuse dans ce palais froid, Melania Trump ressemble soit à une «prisonnière», soit à une «reine maléfique», note Jia Tolentino dans le New Yorker.

Saul Loeb/AFP

«Je vous recommande d'éviter les boîtes de bonbons que Melania tentera de vous offrir», écrit la journaliste Caroline Siede.

«Le vide qui pourrit en nous»

Pour la fête de Thanksgiving, c'était Ivanka Trump, la fille aînée de Donald, qui avait été critiquée pour ses conseils décos (elle recommendait une sorte de coquillage rempli de potirons sans vie).

Sur Twitter, l'humoriste Jess Dweck résume bien le problème de ce style:

«L'esthétique des femmes Trump, c'est "le vide qui pourrit en nous".»

Slate.fr

Newsletters

Un sénateur australien déclare être une femme pour pouvoir critiquer l'avortement

Un sénateur australien déclare être une femme pour pouvoir critiquer l'avortement

Un politicien conservateur annonce qu'il veut changer d'identité de genre afin de critiquer l'IVG en paix.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Frappes israéliennes à Gaza, inondations au Koweït, «Camp Fire» en Californie... La semaine du 12 novembre en images. 

Pour une journée à Toronto, Melania Trump a dépensé 150.000 euros en frais d'hôtel

Pour une journée à Toronto, Melania Trump a dépensé 150.000 euros en frais d'hôtel

La première dame n'a pourtant pas passé la nuit à Toronto.

Newsletters