Science & santé

Quand faut-il parler de sexe à ses enfants?

Repéré par Léa Marie, mis à jour le 23.11.2017 à 16 h 07

Repéré sur The Conversation

De manière appropriée à chaque âge bien sûr, mais le plus tôt est souvent le mieux.

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Family_eating_meal.jpg

En famille | Via Wikimedia CC License by

Parler de sexe avec ses parents est, pour la plupart des enfants, plutôt gênant. Pour ne pas dire carrément embarrassant. La tâche n'est pas non plus facile pour leurs géniteurs, qui sont souvent les initiateurs de la première discussion sur la sexualité. À quel âge dois-je aborder la question? De quelle manière? Comment le faire sans imposer mon opinion ou révéler inconsciemment mes propres préférences sexuelles? Autant de questions qui taraudent la plupart des mères et des pères quand leur bambin entame sa puberté. Ou demande à 5 ans comment on fait les bébés.

L'influence parentale sur la façon dont nous appréhendons la sexualité et intégrons ses codes depuis notre plus jeune âge est décisive. Voilà pourquoi il est essentiel de communiquer avec ses enfants sur le sujet, soutient un groupe de chercheurs dans un article paru sur The Conversation. Et ce, bien plus tôt que ce que vous pourriez penser: «Parler de sexe à un jeune âge contribue généralement à une sexualité épanouie.» 

Cette thèse s'appuie principalement sur un constat: très peu d'étudiants se sont vus enseigner des éléments d'éducation sexuelle par leurs parents. Mais les rares qui en ont bénéficié ont perçu cette expérience pédagogique comme constructive: la vision du sexe qui leur a été transmise par leurs proches s'est avérée plus positive que celle véhiculée par leurs amis, les médias, les institutions religieuses... ou n'importe quelle autre source, expliquent Veronica I. Johnson et Guy Ray Backlund, deux universitaires américains. 

L'hyper-exposition des enfants au sexe 

«Le sexe est trivialisé dans la pornographie, les médias et la pub comme nulle part ailleurs», souligne Jean Kilbourne, spécialiste de l'image des femmes dans la publicité. La vision déformée et peu réaliste des relations sexuelles qui y est diffusée façonne les attentes des jeunes. Et peut leur faire perdre tout sens de ce qui relève d'une relation normale. 

En 2000, une étude américaine intitulée Adolescent sexuality and the media démontrait que les ados étaient témoins de près de 150 contenus explicites ou scènes sexuelles à la télévision, par semaine. En prime-time. Dans bien des cas, le petit écran ne fait pas l'écho de relations intimes sûres et saines. «Ils ont tendance à glamouriser, dégrader et exploiter la sexualité. (...) Ils promeuvent la promiscuité et l'objectification des femmes et font passer des attitudes agressives pour des éléments normaux des relations intimes», déplore The Conversation. Avec les risques de mimétisme que cela comporte. 

Bien sûr, il est difficile de déterminer le modèle de communication parentale qui conviendrait le mieux. Les avis divergent quant à l'âge adéquat auquel les enfants sont prêts à parler sexualité avec leurs parents. Et sur le discours que ces derniers doivent leur tenir. Toutefois, il a été prouvé que la transmission familiale d'informations fiables réduit les risques de comportements à risques.

Délégation et résistances

 

La façon dont les parents abordent les relations intimes influent grandement sur la perception du sexe que leurs enfants développeront. Les mots ont un poids. Et le silence, une lourde signification. Ainsi, qu'ils décident de briser la glace ou de conserver le tabou qui entoure cette thématique, les parents forgent malgré eux, d'une manière ou d'une autre, l'imaginaire sexuel de leur enfant.

D'autres acteurs plus institutionnels sont partie prenante de la discussion. En France, la loi du 4 juillet 2001 oblige les établissement scolaires à dispenser à leurs élèves au moins trois séances d’éducation sexuelle par an. Une mesure qui, à en croire un rapport de Jacques Toubon sur les droits de l'enfant, peine à être respectée. 

Ce dysfonctionnement s'inscrit dans un cercle vicieux. Une partie de la résistance à l'enseignement de l'éducation sexuelle à l'école, outre le manque de moyens des établissements, découle de la réticence des familles. Certaines d'entre elles considèrent que l'école n'a pas à remplir ce rôle –qui devrait incomber à la sphère privée. Sauf que bon nombre de parents choisissent –par conviction personnelle ou croyance religio-culturelle– de ne pas se mêler de ces questions. Des élèves sont donc totalement privés d'éducation intime, chez eux comme dans le milieu scolaire.

Comment parler de sexe à ses enfants?

 

Enfin, les enfants reçoivent parfois des informations contradictoires. L'éducation religieuse et l'enseignement laïque ne leur fournissent pas les mêmes grilles de lecture. Sans compter l'influence diverse de leurs amis et camarades. Dans cette confusion, les parents ont un rôle fondamental à jouer, insistent Veronica I. Johnson et Guy Ray Backlund: «Une communication ouverte et honnête sur le sexe au sein de la famille peut aider les enfants à y voir plus clair.» 

Il n'y a pas vraiment de bonne ou de mauvaise façon de le faire, tant que la pudeur des enfants est respectée et que ces derniers ne se voient pas brusqués. Veronica I. Johnson et Guy Ray Backlund proposent toutefois quelques pistes aux parents.

Parmi elles:

-Faire appel à des livres pour enfants adaptés à leur tranche d'âge, et qui pourront «préparent le terrain» de manière légère et ludique. 
- Regarder la télé avec eux. Les films ou séries ont tendance à faire émerger des interrogations, qui s'avèrent ensuite être un bon support de conversation plus large.
- Se montrer disponible, ouvert d'esprit, et encourager leur curiosité.
- Proposer de l'aide concrète, en matière de contraception notamment. 

Un seul mot d'ordre donc: brisez l'omerta. Et ce, même si cela ne plaît a priori pas plus à vous qu'à vos enfants.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte