Double X

Les violences sexuelles sont-elles imputables au porno?

Peggy Sastre, mis à jour le 23.11.2017 à 14 h 10

Cela peut paraître contre-intuitif, mais les liens entre pornographie et violences sexuelles sont vraiment très (très) ténus.

XXX | SpiritBunny via Pixabay CC0

XXX | SpiritBunny via Pixabay CC0

«Le mépris des femmes est au cœur de la pornographie contemporaine.» La phrase est de Susan Brownmiller, l'une des références de bien des bibliographies féministes sur la culture du viol –l'idée que les violences sexuelles seraient minimisées, excusées voire justifiées dans notre société.

Dans son livre Le viol, Brownmiller associe effectivement le porno –qui connaissait au moment de sa publication en 1975 un relatif âge d'or–, aux violences sexuelles –qu'elle conceptualise comme une arme de coercition massive que les hommes utiliseraient pour maintenir les femmes dans un état d'asservissement perpétuel. Un véritable terrorisme comportemental que Brownmiller résume en ces termes:

«[Le viol est un] processus délibéré d'intimidation par lequel tous les hommes maintiennent toutes les femmes dans un état de peur constant […]. Lorsque l’homme a compris que son pénis pouvait servir d’arme pour répandre la peur, il a fait l’une des découvertes les plus importantes des temps préhistoriques, au même titre que l’utilisation du feu et de la première hache de pierre.»

L'intérêt idéologique de lier porno et violences sexuelles

Des propos faisant écho à ceux que l'on peut souvent entendre ou lire dans la bouche ou sous la plume de personnalités se situant plutôt (très) à droite de l'échiquier politique. Dernière (ou presque) occurrence en date: la tribune de la sexologue Thérèse Hargot dans le Figaro, associant l'épidémie de violences sexuelles que l'affaire Weinstein aurait permis de révéler à la consommation massive de pornographie en général, et chez les jeunes en particulier.

La coqueluche de «la Manif pour tous» écrit que dans notre société «hypersexualisée», nous nous sommes habitués à «déshumaniser femmes et hommes, faire des premières des appâts et des seconds des porcs à qui on peut faire avaler n'importe quoi», une acculturation permise par «des millions d'heures de vidéos pornographiques […] consommées par des adolescents à peine pubères, que dis-je, des enfants laissant libre court à des pulsions sexuelles qui, pourtant, demandent à être éduquées pour vivre en société».

Avant d'enfoncer le dernier clou du cercueil de la libération des mœurs quelques lignes plus bas:

«Dans la rue, sur les écrans, au travail: sollicités à outrance, les hommes sont tout autant victimes de cette hypersexualisation de la société. Et personne ne semble s'émouvoir que cela puisse produire, et de façon massive, harceleurs, agresseurs, abuseurs, violeurs, c'est-à-dire des individus enchaînés dans un rapport compulsif au sexe, à l'autre sexe.»

Emmanuel Macron semble faire le même raccourci: son plan de prévention contre les violences faites aux femmes, qui devrait être dévoilé samedi 25 novembre, comprend une opération de sensibilisation dans les collèges français contre la pornographie.

Une telle convergence se comprend évidemment d'un point de vue idéologique. Le puritanisme sert autant les intérêts des féministes radicales, qui envisagent le fonctionnement social comme un mélange de loi de la jungle et de lutte des classes sexuelles –les hommes oppresseurs et prédateurs des femmes– que ceux des conservateurs, qui savent sans doute mieux que personne que le sexe est l'une des forces les plus antisociales de l'évolution, pour paraphraser le biologiste E.O Wilson.

Un discours loin d'être évident face aux statistiques

Mais se comprend-elle d'un point de vue factuel? La pornographie –et, plus précisément, sa consommation– est-elle un facteur de violences sexuelles? Les hommes amateurs de porno (voire ceux que le porno obsède) ont-ils plus de risques que les autres d'aller agresser sexuellement des femmes? En d'autres termes, le porno est-il un déclencheur de viol?

Pour parler poliment: c'est vraiment loin d'être évident.

D'abord, la base: où en sommes-nous en matière de violences sexuelles et de consommation pornographique?

Le second terme de l'équation paraît limpide. Comme le veut l'adage, «the internet is for porn» et l'arrivée massive d'internet dans les foyers s'est traduite par une hausse exponentielle des contacts entre des yeux et des images pornographiques.

Selon des chiffres de 2014 collectés par l'Ifop, «le nombre de Français à avoir déjà surfé sur un site pornographique au cours de leur vie a progressé de manière continue au cours des 10 dernières années, passant de 17% en 2005 à 39% en 2009 pour s’élever désormais à 60%». Et en 2017, cette tendance haussière se poursuivait.

C'est du côté des violences sexuelles que les choses se compliquent. En France, les études statistiques sur le sujet sont relativement récentes –la première «Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France» date de 2000– et les outils méthodologiques divers, tant et si bien qu'il est compliqué d'établir de réelle tendance.

En janvier 2017, le ministère de l'Intérieur statuait cependant qu'«en moyenne, entre 2011 et 2015, 0,3 % des personnes âgées de 18 à 75 ans (soit environ 147 000 personnes) ont déclaré avoir été victimes de violences sexuelles [au cours des douze derniers mois], de la part d’une (ou plusieurs) personne(s) ne vivant pas avec elles au moment de l’enquête (en dehors du ménage). Sur la période précédente, entre 2006 et 2010, cette proportion était identique». Au total, en comptant les agressions commises à l'intérieur du foyer, «ce sont 200.000 personnes chaque année qui indiquent […] être victimes de violences sexuelles», note le rapport.

On peut donc déjà en tirer cette conclusion provisoire: si explosion de la consommation pornographique il y a eu, les violences sexuelles n'ont pas suivi.

En allant voir du côté de pays à la tradition statistique plus ancrée que la nôtre, et aux chiffres dès lors plus fiables, le phénomène se fait d'autant plus saillant. Aux États-Unis, des données sont disponibles depuis au moins 1973. On peut ainsi observer que les violences sexuelles ont diminué de 85% depuis les années 1980.

En 2009, le psychologue Christopher J.Ferguson et le criminologue Richard D.Hartley constataient:

«Les preuves d'une relation causale entre l'exposition à la pornographie et les agressions sexuelles sont minces et ont pu, parfois, être exagérées par des politiciens, des groupes de pression et certains chercheurs en sciences sociales. Le débat a pu se focaliser sur la pornographie violente, mais les faits permettant d'attester du moindre effet négatif sont inconséquents […].»

Selon les chercheurs, les statistiques sur les violences sexuelles aux États-Unis et dans d'autres pays comme le Danemark, la République tchèquele Japon, la Suède, l'Allemagne ou la Chine «démontrent une corrélation inverse entre taux de viols et consommation de pornographie».

Et Ferguson et Hartley de conclure qu'«il est temps d'abandonner l’hypothèse voulant que la pornographie contribue à une hausse des violences sexuelles».

Des consommateurs de porno plus féministes

Comment ça? Avez-vous la berlue? Le porno pourrait même être non pas un déclencheur mais un empêcheur de violences sexuelles?

C'est tout à fait probable, comme le rappelait en 2011 la journaliste scientifique Melinda Wenner Moyer (par ailleurs contributrice de Slate.com) dans le Scientific American: «Contrairement à ce que croient beaucoup de gens, des études récentes montrent qu'une consommation modérée de pornographie ne rend pas les usagers plus agressifs et ne promeut pas le sexisme […] L'exposition à la pornographie pourrait même diminuer la propension de certains individus à commettre des crimes sexuels.»

Ce que confirme une étude publiée l'an dernier et fondée sur un échantillon statistiquement représentatif d'Américains. Menée par des chercheurs canadiens en sociologie et psychologie, ce travail se focalise sur les effets proprement psychologiques de la consommation de porno. Est-ce que regarder du porno pousse à mépriser et à dénigrer les femmes, comme le défendent les puritains de tous bords?

En réalité, ce qui ressort de ce travail compulsant trente-cinq années de données statistiques rassemblant 10.946 Américains et 14.101 Américaines (1), c'est qu'une consommation relativement régulière de porno (c'est-à-dire, selon l'étude, en avoir regardé au moins une fois l'an) semble inciter à davantage d'égalitarisme sexuel et genré.

Pour résumer la chose, à tout prendre, consommer du porno rendrait légèrement plus féministe qu'outrageusement phallocrate et misogyne. Plus précisément, les participants regardant régulièrement du porno, soit 22,82% de la cohorte tous sexes confondus, étaient tout aussi susceptibles de s'identifier comme féministes que les 77,18% restants.

En outre, si l'on posait aux pornophiles des questions spécifiques sur le travail des femmes, l'organisation d'un foyer ou encore l'avortement, ils avaient significativement plus de chances de valoriser l'indépendance financière et professionnelle des femmes, d'être progressistes en matière de droits sexuels et reproductifs ou encore de ne pas avoir de conception traditionnelle de la vie domestique et des rapports entre hommes et femmes au sein de la famille.

«Au lieu de démontrer de solides associations entre usage pornographique et non-égalitarisme», concluent les chercheurs, cette étude «laisse entendre une faible association allant dans la direction inverse». Des conclusions comparables à celles d'études plus anciennes (et moins significatives) menées aux États-Unis et se penchant sur le lectorat de magazines porno soft ou chez les usagers et le personnel de cinémas pornos.

«Je ne voudrais pas vivre dans une société où un gouvernement décide de réguler ou d'interdire des comportements ou des contenus parce qu'il les estime nocifs. Je préférerais qu'il démontre d'abord l'existence d'une telle nocivité», explique Taylor Kohut, l'un des auteurs de l'étude.

À en juger par l'amour très ancien que manifeste notre espèce pour les images d'organes génitaux en action, il faut croire que nous sommes assez nombreux à ne pas vouloir vivre dans de telles sociétés.

Reste à savoir si celles et ceux qui prétendent penser et légiférer pour tout le monde, en faisant l'économie d'une telle exigence empirique, peuvent l'entendre de cette oreille.

1 — Blancs à 82,58%, noirs à 13,29% et d'une autre ethnicité à 4,14%; mariés à 53,94%, célibataires à 19,97%, divorcés à 12,48%; de tendance politique modérée à 35,94%, conservatrice à 31,89% et progressiste à 24,56%; protestants pour 60,58% d'entre eux, catholiques pour 24,54% et sans religion pour 9,70%... Retourner à l'article

 

Peggy Sastre
Peggy Sastre (31 articles)
Auteur et traductrice
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte