Égalités / Culture

Rashida Jones explique pourquoi elle quitte Pixar et ce n'est pas lié aux avances de Lasseter

Temps de lecture : 2 min

Pas de lien, d'après l'actrice, avec les «avances non souhaitées» que lui aurait faites le directeur artistique de Pixar.

Gauche: Rashida Jones, Los Angeles, juin 2017 | Kevin Winter / AFP. Droite: John Lasseter, San Francisco, novembre 2017 | Kelly Sullivan / AFP.
Gauche: Rashida Jones, Los Angeles, juin 2017 | Kevin Winter / AFP. Droite: John Lasseter, San Francisco, novembre 2017 | Kelly Sullivan / AFP.

Il est considéré comme l'homme qui a fait renaître Disney. John Lasseter, co-fondateur de Pixar, est la dernière figure hollywoodienne en date rattrapée par la vague de scandales sexuels révélés depuis l'affaire Weinstein.

Accusé de comportements «inadéquats» envers plusieurs de ses employées, le magna du cinéma d'animation a annoncé, le 21 novembre dernier, qu'il prenait un congé sabbatique de six mois pour se ressourcer et «réfléchir sur la marche à suivre».

«Différends artistiques et philosophiques»

Parmi les victimes présumées de John Lasseter, l'actrice Rashida Jones, qui co-écrivait jusqu'alors le scénario de Toy Story 4 aux côtés de Will McCormack. Elle affirme avoir subi des «avances non souhaitées» de la part du directeur artistique de Disney.

Dans la foulée, les deux collègues ont annoncé leur départ du projet, officiellement pour des «différends artistiques et philosophiques». Pas de lien, soutient Rashida Jones, avec les allégations visant le boss de Pixar:

«Nous n'avons pas quitté Pixar à cause d'avances non souhaitées. Ce n'est pas vrai. Cela étant, nous sommes heureux de voir des gens dénoncer les agissements qu'ils ont subis.»

Manque de représentativité

L'actrice détaille ensuite au New York Times les points de désaccords qui l'ont poussée à se retirer du projet, et notamment le manque de représentativité supposé dans les œuvres du géant de l'animation et ses équipes:

«Il y a énormément de talents chez Pixar, et nous restons d'immenses fans de leurs films. Ils sont toutefois porteurs d'une culture où les femmes et les gens de couleurs ne bénéficient pas du même poids créatif. Nous incitons Pixar à montrer l'exemple en soutenant, recrutant et promouvant des leaders et protagonistes féminins plus divers. Ce faisant, nous espérons encourager tous ceux qui ont eu le sentiment que leurs voix ne sont pas entendues, et leur donner de la force.»

Certains médias américains demeurent sceptiques et peinent à croire que le harcèlement sexuel et les attouchements commis par John Lasseter n'aient pas pesé dans cette décision. L'expression «différends philosophiques» ferait, selon les observateurs, une allusion au comportement déplacé de ce dernier.

Si la production du dernier volet des aventures de Woody et Buzz l'Éclair n'est pas ralentie par le départ de Rashida Jones et Will McCormack, Toy Story 4 devrait sortir courant 2019.

Slate.fr

Newsletters

À Singapour, les lesbiennes mènent la lutte pour les droits LGBT+

À Singapour, les lesbiennes mènent la lutte pour les droits LGBT+

Alors que la Pride de la cité-Etat, encore plus politique qu’à l’accoutumée, aura lieu dans une semaine, les femmes cis et transgenres sont aux avant-postes.

L’Illinois interdit les centres de détention d'immigrés privés

L’Illinois interdit les centres de détention d'immigrés privés

Ils bénéficient de la politique migratoire de Donald Trump, mais de nombreux cas d'abus ont déjà été rapportés.

À Chicago, les riches peuvent vivre 30 ans de plus que les pauvres

À Chicago, les riches peuvent vivre 30 ans de plus que les pauvres

C’est la différence qu’il y a entre habiter dans un quartier blanc ou dans un quartier noir.

Newsletters