Culture

Bernard Pivot raconte Apostrophes

Temps de lecture : 2 min

Bernard Pivot a passé sa vie à faire parler les plus grands écrivains, de Duras à Lévi-Strauss, pour les émissions Apostrophe, Bouillon de culture... Un coffret DVD regroupant des entretiens paraît aujourd'hui. Dans Esprit critique, il raconte la fierté professionnelle qu'il en éprouve, et des anecdotes sur ses émissions littéraires.

Un an avant la mort de Vladimir Nabokov, Bernard Pivot le reçoit sur son plateau. Il l'a rencontré quelques temps avant en Suisse, assez hardi pour lui demander une interview alors que tout le monde lui expliquait que l'auteur de Lolita n'en donnait plus du tout. Nabokov a donc accepté, mais à une condition secrète: toutes les questions lui auront été posées par avance, par écrit, et toutes les réponses qu'il fera auront été rédigées par lui: il ne fera que les lire en direct. Il cache ses fiches, et fait semblant de chercher l'inspiration, de temps à autres, avec une feinte hésitation.

Pivot prétend aussi lui verser du thé, alors qu'il lui sert de l'alcool, lui demandant régulièrement: «un peu de thé Monsieur Nabokov?» Parce qu'une heure sans alcool était un peu trop à supporter pour l'écrivain.

Bernard Pivot et Vincent Josse reviennent aussi sur l'alcoolisme de Marguerite Duras, sur Albert Cohen en robe de chambre face caméra, sur la façon dont Pivot est venu à la télévision.

[Ecouter l'entretien complet sur France Inter]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Bernard Pivot sur Wikipedia.

A LIRE AUSSI: Pourquoi «L'Original de Laura» de Nabokov n'aurait jamais dû être publié

Newsletters

Les fans des films de zombies ont été mieux préparés à la pandémie

Les fans des films de zombies ont été mieux préparés à la pandémie

Ils auraient moins souffert psychologiquement que les autres depuis le début de la crise sanitaire.

À quoi ressemblait vraiment l'Angleterre à l'époque de «La Chronique des Bridgerton»?

À quoi ressemblait vraiment l'Angleterre à l'époque de «La Chronique des Bridgerton»?

La série de Netflix est un portrait romancé du pays pendant la Régence.

«L'Exorciste selon William Friedkin» ou la difficulté absolue du métier de cinéaste

«L'Exorciste selon William Friedkin» ou la difficulté absolue du métier de cinéaste

Dans un documentaire disponible en VOD, le réalisateur du film dévoile les influences et les partis pris qui l'ont aidé à réaliser cet éternel classique.

Newsletters