FranceCulture

L'anti-américanisme n'explique pas le succès d'Avatar (MàJ)

Jonathan Schel, mis à jour le 09.01.2010 à 11 h 16

Le succès exceptionnel en France du film de James Cameron est-il le reflet de l'anti-bushisme et l'anti-militarisme américain?

Voilà plus d'un quart de siècle qu'on n'était pas autant allé au cinéma en France. Le Centre national de la cinématographie a annoncé, jeudi 7 janvier, qu'on avait comptabilisé 200,85 millions d'entrées dans les salles françaises. La barre des 200 millions n'avait pas été franchie depuis 1982. C'est le succès d'Avatar au mois de décembre qui a permis au box-office de battre des records.

Avec les Américains, ce sont les Français qui se sont le plus enthousiasmés pour Avatar. Avec ses 7,8 millions d'entrées en 21 jours, le film a déjà rapporté en France 85,6 millions de dollars - plus d'argent que partout ailleurs (sauf aux Etats-Unis). Reste à savoir les raisons de ce succès et s'il s'agit d'une revanche indirecte contre le militarisme américain?

Pourquoi cet engouement? Il y a la somptuosité esthétique du film, bien sûr, l'expérience unique d'une 3D pensée comme un outil formel au service d'une histoire, et non comme un simple gadget façon Voyage au centre de la terre. Mais on peut aussi s'interroger sur ce qui parle aux Français (plus qu'à d'autres) dans la fable de James Cameron. Il n'aura échappé à personne que les grands méchants du film - un industriel et un militaire - veulent piller les ressources de la planète Pandora. Ils décident d'une invasion brutale dans le seul but d'avoir accès au précieux minerai. Quand le général veut motiver son intervention, il parle d'ailleurs de la nécessité de frapper pour éviter le danger d'une attaque des Navis. C'est donc bien une guerre préventive que subit Pandora.

Cet anti-bushisme manifeste serait-il l'ingrédient magique qui explique le succès d'Avatar en France? Ah, mais s'il suffisait d'être anti-Bush pour tenir un succès en France, ce serait trop simple! Il n'est guère de film américain sorti sur les écrans dans les cinq dernières années qui n'use du même genre de métaphore... Et tous n'ont pas été des succès, loin s'en faut. Kingdom of Heaven, de Ridley Scott, était une critique de la politique américaine au Moyen-Orient déguisée en film de croisades. Echec cinglant. Doute, de John Patrick Shanley, raconte l'histoire d'un prêtre soupçonné de pédophilie par une mère supérieure intransigeante, façon (assumée par l'auteur) de critiquer la certitude érigée en méthode de gouvernement et donc l'administration Bush. Aucun succès.

Bien sûr, d'autres films métaphoriques ont marché. Mais quel pays dans le monde n'a pas succombé à la folie Dark Knight? Certes, Christopher Nolan y suggère fortement qu'en luttant contre le terrorisme à tout prix, on peut perdre son âme, passer du côté obscur de la force... Osera-t-on avancer que seuls les Français auraient compris le message?

La vérité, c'est qu'en France, les films qui affrontent directement le sujet de la guerre en Irak ou de la politique américaine des dernières années ne marchent pas. Lions et agneaux, Détention secrète, World Trade Center... Ces bides internationaux n'ont pas davantage séduit les Français. Il y a même des films sur le sujet qui marchent partout sauf en France. Démineurs, l'un des triomphes critiques de l'année 2009 aux Etats-Unis - un film parti pour obtenir bien des nominations aux Oscars, est passé quasiment inaperçu au pays de l'anti-bushisme.

Kathryn Bigelow (qui est l'ex-femme de James Cameron) y propose pourtant une vision sans concessions de la guerre en Irak... Il faudra peut-être quelques statuettes dorées bien américaines pour donner envie aux Français de voir ce film. Comme quoi, le fameux anti-américanisme gaulois connaît bien des exceptions: Avatar est loin d'avoir fini sa spectaculaire carrière locale...

Jonathan Schel

A lire aussi sur Slate: Pourquoi Avatar sera forcément une réussite:

Image de une: Avatar, DR.

Jonathan Schel
Jonathan Schel (29 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte