Égalités / Monde

Cet Américain blanc «transracial» a décidé de se vivre comme Philippin

Temps de lecture : 2 min

Un peu comme Rachel Dolezal, qui était blanche et se disait afro-américaine, Ja Du s'est trouvé une nouvelle identité.

Capture
Capture

Ja Du est un Américain blanc –son vrai prénom est Adam– qui vit en Floride et se considère «transracial». Comme une personne transgenre, qui a une identité sexuelle différente de celle de sa naissance, une personne «transraciale» pense que son identité ethnique de naissance n'est pas la bonne. Dans le cas de Ja Du, il se définit comme philippin plutôt qu'américain.

Il conduit même un tuk-tuk rose, ces tricycles motorisés communs dans plusieurs pays d'Asie du Sud-Est, et explique qu'il se sent vraiment à l'aise dans cette culture.

«Quand j'entends la musique, quand je mange la nourriture, je me sens bien dans ma peau», a-t-il expliqué à la télé locale de Floride.

Cette fascination remonte à plusieurs années:

«Je passais des heures à regarder une chaîne historique... et rien ne m'intriguait plus que la culture des Philippines.»

Il a créé un groupe de soutien pour les personnes transraciales sur Facebook et dit avoir reçu de nombreux messages de gens qui ressentaient la même chose.

Comme pour Rachel Dolezal, cette femme blanche qui se disait noire, il ne s'agit pas simplement d'aimer ou de s'intéresser à une certaine culture –afro-américaine ou philippine– mais de se vivre comme noir ou philippin.

Premières moqueries

La différence entre Dolezal et Ja Du est que Dolezal se disait métisse et s'était bronzé la peau et frisé les cheveux pour se donner cette apparence. Elle disait que son père était noir, et pendant plusieurs années, elle avait été acceptée en tant qu'Afro-Américaine (elle était directrice d'une organisation de défense des droits des Afro-Américains). Ce n'est que quand le mensonge a été découvert qu'elle a revendiqué le fait d'être transraciale.

La position de Ja Du est différente: il reconnaît être blanc mais dit que sa véritable identité, celle qui lui permet de se sentir bien, est d'être philippin. Il n'essaye pour l'instant pas de se changer physiquement pour ressembler à un Philippin.

Le sujet du transracialisme est controversé aux États-Unis. La critique principale du concept est qu'il est malhonnête et insultant de se dire non blanc quand on n'a pas vécu les discriminations qui vont avec.

Dans The Root, une journaliste d'origine philippine se moque ainsi de Ja Du:

«Penser qu'on doit devenir une personne de couleur pour célébrer les personnes de couleur est le truc le plus blanc possible.»

Slate.fr

Newsletters

C'est trop facile de dire que les femmes sont coupables d'en faire trop

C'est trop facile de dire que les femmes sont coupables d'en faire trop

L'égal partage des tâches domestiques est difficile à atteindre, y compris quand on est féministe. Et ça n'a rien à voir avec une guerre de territoire ni une exigence naturellement féminine.

«Mulholland Drive» est-il un film féministe?

«Mulholland Drive» est-il un film féministe?

Reconnu comme un chef-d'œuvre de l'histoire du cinéma, «Mulholland Drive» fait aussi état de la violence contre les femmes à Hollywood et montre une impossible solidarité entre elles.

Les femmes, premières victimes de la guerre du fake sur internet

Les femmes, premières victimes de la guerre du fake sur internet

Les deepfakes porno ne sont qu'un symptôme de plus d'un usage misogyne des technologies.

Newsletters