Monde

La Grande-Bretagne manque déjà de main d’œuvre européenne alors que le Brexit n'est pas encore effectif

Repéré par Fabien Jannic-Cherbonnel, mis à jour le 13.11.2017 à 10 h 08

Repéré sur The Independent

D'après une nouvelle étude, des champs situés en Cornouailles sont en train de pourrir à cause du manque de travailleurs européens.

Criss Crossing the land one evening par Broo_am (Andy B) via Flickr.

Criss Crossing the land one evening par Broo_am (Andy B) via Flickr.

Le Brexit n’est prévu que pour le 29 mars 2019, mais ses effets commencent déjà à se faire sentir au Royaume-Uni. D’après The Independent, des champs entiers seraient en train de pourrir en Cornouailles, à cause du manque de travailleurs européens.

La région accueille actuellement 17 000 ressortissants de l'Union européenne, mais d’après une étude locale, les fermes n’ont pu embaucher que 65% des travailleurs dont elles ont besoin depuis le vote du pays en faveur du Brexit. Toujours d’après cette étude, le changement des lois d’immigration concernant les citoyens européens pourrait se traduire par la perte de millions de livres, lié à l’impossibilité pour l’industrie de maraîchère de trouver des ouvriers qualifiés britanniques.

La Cornouaille a voté à 56% en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, alors même que la région bénéficie de millions d’euros de subventions de la part de l’UE. The Independent relève que les exploitations agricoles de la région ont du mal à recruter des britanniques, car les emplois proposés sont souvent mal payé et très fatiguants.

Hausse des salaires

Les études indiquent que l’incertitude liée au Brexit pousse de nombreux européens à quitter le pays. Cela se traduit pour la Grande-Bretagne depuis plusieurs mois à un manque de main d’œuvre dans de nombreux secteurs, notamment celui de la santé et de l’agriculture. Le Guardian rapportait d’ailleurs la semaine dernière que le manque d’ouvriers disponibles avait fait monter les salaires de 2 à 3%.

«Nous savons que les travailleurs européens quittent le pays à cause de l’incertitude à laquelle ils doivent faire face», indiquait au journal Kevin Green, le président de la Confédération du recrutement et de l’emploi. «Nous avons besoin de clarté quant au futur système d’immigration. Sinon la situation se détériorera et les employeurs devront faire face à un manque de main d’œuvre encore plus grand».

Le gouvernement britannique a pourtant indiqué plusieurs fois que les européens présent sur le territoire avant le vote du Brexit pourrait rester après la sortie du pays de l'UE. Mais le va et vient constat des ministres sur le sujet de l'immigration, ainsi que le blocage des négociations de l'accord de sortie n'augurent rien de bon. Poussant de nombreux européens vers la porte de sortie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte