Double XMonde

Avoir leurs règles, le calvaire de millions de femmes réfugiées

Repéré par Léa Marie, mis à jour le 13.11.2017 à 16 h 53

Repéré sur Huffington Post

Absence de protections hygiéniques, d'intimité et de structures adaptées: les menstruations sont-elles les grandes oubliées de l'aide humanitaire?

Une jeune irakienne dort dans une tente d'un camp de réfugiés près de Fallujah - Jean Marc Mojon/AFP

Une jeune irakienne dort dans une tente d'un camp de réfugiés près de Fallujah - Jean Marc Mojon/AFP

Si les règles sont vécues comme un fardeau par des millions de femmes, elles deviennent un véritable calvaire pour les réfugiées qui fuient la guerre et les persécutions.

Alors que le monde traverse une intense période de flux migratoires –entre le conflit syrien, les combats sanglants en Irak et, plus récemment, l'exode des Rohingyas—, la question des menstruations dans les camps humanitaires devient de plus en plus pressante.

Les problématiques de survie auxquelles les habitantes et habitants de ces derniers doivent répondre au quotidien –sécurité, alimentation et besoins sanitaires– relèguent inévitablement les règles au second plan. Il en va pourtant de la dignité humaine des centaines de milliers de filles et femmes concernées.  

Loin d'être une priorité

L'UNHCR estime à 65,6 millions le nombre de personnes déracinées à travers le monde du fait de confits et de persécutions, à la fin 2016. Contraintes de fuir leur pays dans l'urgence et dans des conditions effroyables, ces populations sont, pour la plupart, démunies de tous leurs biens.

«On voyage avec un minuscule sac, souvent vide, car on nous demande d'être le plus léger possible sur les embarcations», explique Sarah, une citoyenne égyptienne en exil, à l'agence Reuters.

Autant dire que les protections hygiéniques sont loin d'être une priorité. Durant son long périple à destination de l'Europe, la jeune femme peinera à en trouver. «Comment décrire ces produits aux hommes, surtout s'ils ne parlent déjà pas la même langue que moi?», déplore-t-elle. 

Des moyens insuffisants 

Une fois arrivées à destination, les femmes ne sont guère mieux loties. Dans les camps de humanitaires, que ce soit en Europe, au Moyen-Orient ou encore en Asie, rares sont celles qui disposent de serviettes ou de tampons. Elles seraient près de 30 millions dans le monde à pâtir de ce manque, d'après Marni Sommer, professeure à l'École de santé publique de l'université de Columbia, à New York:

«C'est un problème passé sous silence. Les gens disent que vu que ce n'est pas une question de vie ou de mort, il n'y a pas de raison d'y prêter attention.»

Dans le cadre d'une étude datant de 2015, des chercheurs ont interrogé près de 150 femmes vivant dans des tentes ou structures d'accueil provisoires au Liban (réfugiées syriennes principalement) et au Myanmar, sur leurs besoin menstruels. Dans ces deux zones, l'approvisionnement en protections hygiéniques représente un réel défi.

Nombreuses sont les femmes qui doivent, faute de moyens, utiliser du papier toilette ou avoir recours à des solutions peu hygiéniques, d'après Terri Harris, membre de l'ONG Global One: «Des vieux bouts de tissus [...] ou des morceaux de matelas.» De quoi provoquer, chez près de la moitié d'entre elles, d'après Reuters, des infections urinaires ou autres complications médicales.

Selon une seconde étude menée par Global One, près de 60% des réfugiées en Syrie et au Liban ne disposeraient même pas de sous-vêtements

L'absence d'intimité et de structures adaptées

À l'insuffisance de matériel adapté vient s'ajouter l'accès limité aux toilettes, décrits par ces femmes comme étroits, sales, privés d'eau potable et loin de leurs habitations. Plusieurs d'entre elles disent donc préférer changer leurs protections dans leurs abris, bien que ces derniers ne permettent aucune intimité.

Une adolescente libanaise explique à Reuters: «Les bâches qui séparent les tentes ne sont parfois que de fines couvertures plastiques transparentes. On peut nous voir de l'extérieur.»

Les réfugiées déplorent également l'absence de poubelles dans lesquelles jeter leurs protections usagées, ce qui participe de la honte que les règles provoquent chez elles. Et en particulier dans certaines communautés ethniques ou religieuses qui perçoivent encore ce phénomène, pourtant élémentaire et vécu par la moitié de la population, comme malsain. Au Myanmar, par exemple, des réfugiées sont réduites à «enterrer leur serviettes usagées dans la terre, à la nuit tombée», rapporte Marni Sommer, à laquelle l'une d'entre elles a confié:

«Si tu prends trop de temps dans les toilettes, quelqu'un risque de rentrer alors que tu te changes, et personne n'est censé voir que tu as tes règles. Tu dois nettoyer des serviettes en cachette.»

Un manque d'éducation 

Des adolescentes syriennes racontent quant à elles manquer de connaissances basiques sur les menstruations, en particulier au moment de leurs premières règles. Elles sont parfois victimes d'idées fausses et de mythes, qui ne font qu'accentuer la gêne et le stress causés par leur perte de sang. Selon des chercheurs dépêchés sur place, certaines croyaient par exemple qu'elles ne pouvaient pas se doucher pendant leurs règles.

«Ces filles [...] ont leur premières règles dans une situation d'urgence, ce qui complique tout, souligne Bethany Caruso, docteure en santé environnementale à l'université d'Emory, à Atlanta. Et parmi toutes les choses auxquelles elles doivent penser, et tout ce qu'elles doivent faire, il n'y a pas de place pour ce problème

Il ne s'agit pas uniquement de mettre à leur disposition des biens hygiéniques, mais également de les informer et de répondre à leurs interrogations. Autant d'enjeux délicats, alors que les menstruations demeurent taboues et font encore l'objet d'une omerta tenace. «Les règles d'une femme ne s'arrêtent pas pendant une crise humanitaire», rappelle avec ironie Ugo Daniels, employé du Fonds des Nations Unies pour la population

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte